Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
» compil de textes
Ven 15 Jan - 16:40 par poeteric

» Eros
Mar 26 Aoû - 13:09 par pendantce

» Premier Moment de l'Instant
Mar 26 Aoû - 13:07 par pendantce

» Amour Besoin
Mar 26 Aoû - 13:06 par pendantce

» Laissons Tout Reposer
Mar 26 Aoû - 13:05 par pendantce

» Etouffement
Mar 26 Aoû - 13:03 par pendantce

» Les goëlands
Mar 26 Aoû - 13:02 par pendantce

» Le Drapeau et le Paravent
Mar 26 Aoû - 13:01 par pendantce

» La Terre et le Propos
Mar 26 Aoû - 13:00 par pendantce

Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

      


éloquences

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

éloquences

Message par aude le Dim 25 Oct - 23:34

les éloquences ont pris leurs quartiers d’envers
sur les mots pelés à rêver
féérie de solitude à envergure de colombe
chatoiement délicat du désert grisé
valse tout autour d’un deuil qui nargue
comme l’armure plombée
devenue molle
au temps du génie
les étincelles d’azur sont accolées aux musées
la quête s’attarde aux pieds des muses assises


Dernière édition par aude le Sam 31 Oct - 23:23, édité 1 fois
avatar
aude
Admin

Nombre de messages : 768
Age : 51
Localisation : Cincinnati OH USA
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://supplementd-amesoeur.blogspirit.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: éloquences

Message par poeteric le Lun 26 Oct - 4:48

lol
exactement ça ce que je resens
trop fort

merci Aude


Dernière édition par poeteric le Jeu 29 Oct - 10:07, édité 7 fois

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: éloquences

Message par poeteric le Lun 26 Oct - 19:00

béance intérimaire d'une violation par abandon à bout de clarté trop opaque, je me réinsert peu à peu à oublier ma défaillance inter-conjoncturelle d'un coup de foudre en plein coeur. Mes yeux ne voyaient plus, les mots pourtant m'avaient prévenus. Alors j'ai tellement plongé dans l'illusion de l'amour interlope sans remise en questions que j'en ai remis à l'ultérieur l'ultime réponse aux disfonctions des événements extérieurs s'échouant temporairement entre les élévations intentionelles de deux corps distincts se cooptant sous la même couette. Nul besoin de réfléchir auprès des instincts à se dévétir. Le vol des tee-shirts en coton fais place à la divulgation enserrée du tissage des frissons épidermiques désorientés, sachant très bien où aller naturellement. Aurais-je été tronqué les traces disparaissent et les souillures chlorydriques se vaccinent aux cachetons de sourires. Que cache t'on par peur du pire en pire dans l'empire en prise sur des rires qui s'aiguisent aux malheurs en devises se jetant avec les sciures de trémollos inutiles sur la paille au feu éternel de la vie soufflant les souffrances alertes dans le seul foyer des corps rompus à leurs braises volatiles. Alea jacta est au tokamak des magnétismes les éjectas d'une sensualité à fleur de lèvres magmatiques fractionnent les baisers ininterrompus qui se frictionnent à la chaine en désintégrant les bases de la réalité jusqu'à la moindre mollécule de catharsis entre les épanchements synapitques à se défaire des illusions qui nous tiennent.
Aimer,
quel don.
la route est sans balises, juste ses valises.
accepter ses émotions, vivre l'instant à fond.

à ma prochaine rencontre, aurais-je vigilance
je ne sais allez contre ce qui va à l'évidence
le coeur archichaud tempèrerais-je ma passion...

pas de réponse juste des fils coupés
les bras ballants comme une poupée
plus personne là-haut je marche enfin sans son nom.

je récupère le mien en me relevant
regonfle mon coeur des pics transperçants
je colmate ses brêches d'une rustine sereine

sur le parquet ciré de mon sang
je serpillère son visage étrainant
quand le bout d'une flêche fait sortie de peines

je lève la tête dans l'horizon hagard
quand deux silhouettes se découpent du noir

ce sont mes enfants...alors je souris en réponse à leur lumière.


Dernière édition par poeteric le Mar 27 Oct - 18:37, édité 2 fois

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: éloquences

Message par aude le Mar 27 Oct - 10:33

la prochaine fois, je te souhaite de replonger les yeux grands ouverts, sans peur...

d'abord parce que l'expérience ne protège pas vraiment, et aussi parce que ça n'est parce que cela se passe ainsi cette fois que la prochaine sera pareille

et puis au fond, aurais-tu vraiment préféré ne pas connaitre ce "grand dérèglement des sens"?

l'amour n'est jamais que dans l'instant, toute tentative de le figer pour le prolonger n'est qu'une vue de l'esprit, alors il faut profiter de chaque instant comme s'il est le dernier. c'est ce que tu as fait et j'espère ce que tu feras encore

je t'aime
avatar
aude
Admin

Nombre de messages : 768
Age : 51
Localisation : Cincinnati OH USA
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://supplementd-amesoeur.blogspirit.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: éloquences

Message par poeteric le Mar 27 Oct - 16:08

Merci Aude pour ton aide précieuse,

i love u.

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: éloquences

Message par poeteric le Jeu 29 Oct - 10:10

flocons en rencontre qu'yeux sans vigiles lancent
à l'apostrophe écho mais me tempèrerais-je
sait-on allez contre cet éclat d'évidence
où les corps archichauds tempêtent de leurs neiges

éclosions lactées place dérive aux songes
globules zizanie estampillant flaneur
la rue enlacée les contemple et allonge
la lumière ravie émoustillant leurs coeurs

Bleu d'automne ciré les cieux au teint glaçant
serpillère l'été visages étrainant
saisons aux pourlêches des amants qui s'enivrent

voie cannelée de chutes en suspend
suturant les brêches des morsures de vivre
l'hiver à l'allée d'un baiser de printemps


courbes oscillantes d'ivresse prolifique
au retentis des airs d'envol intemporel
à l'elle battante caresses mirifiques
l'oeil qui réverbère les feux perpétuels

aucune vérité au milieu des mensonges
prenant pour survie la sudation d'un leurre
jouant sincérité au chemin qui les ronge
l'ombre en nostalgie quand profusent lueurs

la vie sincère se butte à la folie
lueur cheminée dérive qui s'arpente
copie chute d'air quand s'effontent leurs nuits
étoiles shootées dans des courses ardentes

l'espoir n'est pas au fond de son propre trémor
dans l'arc aux sensations mille saisons s'essorent

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: éloquences

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum