Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
» compil de textes
Ven 15 Jan - 16:40 par poeteric

» Eros
Mar 26 Aoû - 13:09 par pendantce

» Premier Moment de l'Instant
Mar 26 Aoû - 13:07 par pendantce

» Amour Besoin
Mar 26 Aoû - 13:06 par pendantce

» Laissons Tout Reposer
Mar 26 Aoû - 13:05 par pendantce

» Etouffement
Mar 26 Aoû - 13:03 par pendantce

» Les goëlands
Mar 26 Aoû - 13:02 par pendantce

» Le Drapeau et le Paravent
Mar 26 Aoû - 13:01 par pendantce

» La Terre et le Propos
Mar 26 Aoû - 13:00 par pendantce

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

      


suite de textes pour archivage ;)

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:33

samedi soir : c'est la fête.

les nuages sur leur 31 font la queue devant la boite de nuit de la nuit les mettant en boite avant de les éclairer sous les stroboscopes d'un jeu d'orage, les gouttes de pluie faisant le beat.

C'est soirée mousse pour les fossés qui s'y perdent en rigolant.

sur la piste d'une foudre deux regards essayent de retracer la courbe d'un flash qu'ils ont tordu ensemble.

toute véhémence d'un éboulement de bras ballants les indiffère il semble qu'ils aient mis leur cœur sur leurs oreilles, un peu comme un coquillage, pour mieux entendre leur vague de sentiment s'allonger sur la même plage d'un tube.

( il se peut qu'à n'importe quel moment je me vois dans l'obligation de m'interrompre car ici j'ai l'impression d'être déjà au cœur de la énième guerre mondiale tellement ça explose de partout alors, je, continue, malgré qu'un arbre démembré sorte d'un champs en courant poursuivi par ses membres, avant d'être secouru, par une civière, que tiennent deux bras de crue. )

Je reprends, lui, il s'appelle Ciel et elle, Terre, quelques centaines de millimètres les séparaient dans ce night-club dont le proprio était Univers, c'était samedi soir, le balais faisant semblant de chanter au bout de son manche, les bougies priaient une chanson de boogie-woogie en twistant des genoux, c'est simple, même l'air chargé à la fantasia croyait que tout commandait à son index, ce qui fit rire gracieusement une vache à moitié nue, seulement habillées d'un string en tutu, avant qu'elle ne s'en aille en laissant en clin d'œil comme pourboire au taureau lui ayant offert un verre de taurine,

Tout ce monde là ne stoppa pas la cérémonie de leur geste suivant, d'ailleurs, seul un magnétisme ayant été pourfendu par deux amplitudes laisse sur les taies de l'aurore des poussières d'électro-statisme, d'où s'étiolèrent indéfiniment les sarments des yeux de Ciel ayant été deux piercing d'auréole dans la nuit, avant de soulever un œil de soleil et d'admirer ce matin la Terre allongée entre ses bras de brume.

une flaque d'eau pour son bouquet d'éther
dont les pétales sont les reflets de Terre
le Ciel accroche d'un ruban de rosée sa compo
avant de la disposer dans le vase d'un Écho

qui n'est chérie que le boomerang d'un baiser
que nous nous amusons à nous envoyer
en ne sachant pas vraiment l'heure de son retour
le temps est variable souvent
au temps que prend Ciel pour offrir à Terre son amour
dans la floraison de nos sentiments

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:35

Bella,

g perdu mon matricule quelque part où je pensais à nous
et comme c assez vaste je compte sur toi pour m'en refaire un

alors j'arracherais ces mauvais souvenirs
qui poussent dans tes yeux
entre des pierres de diamants
et puis je t'épilerais des haches
du champs de tes hanches

j'ai trouvé la trappe de ton cœur
en creusant dans ta bouche avec ma langue
qu'a dû en rouler des pelles
pour t'apercevoir enfin sous ta mine sceptique

alors je l'ai vidée du charbon que faisaient tes flammes
plus je m'en mettais plein les mains plus ton sourire se chanelisait
depuis tu l'offres gratuitement aux insectes du coin
dans les salles d'Opium du vent qui leurs deal ton parfum

maintenant j'écoute ton corps de cricket s'assainir
pendant que je te chauffe comme un grillon
laisse moi faire le beau en toute prétention
et retrousser ton humilité voltant au zéphyr

allons chahuter sur l'herbe qui chatouillera nos aisselles
pareil à tes dessous riant entre mes bras que t'ensorcelles
il serait intéressant que nous puissions boumayer together
alors que bébé dort ayant fini sa séance de dancefleur

je t'ai brodée un ensemble
en dentelle de papillons blancs
surpiquées par des lucioles
et pour tes franges une couronne
montée d'un lys saphran

trois coups de baguette magique et l'univers fait le Dj
sur la piste lactée des étoiles faisant le french-cancan
demain le soleil viendra bercer tes cheveux sur mon torse
ou tu aimes semer des baisers comme autant de tourbillon

et dire que l'on rêve à ce que l'on pense impossible
avant que d'un jour à l'autre d'une durée variable au hasard
on ne se retrouve le cul dans un jardin en pleine nature
comme un changement de vie radicale à 100 000 kms

des rapaces surveillent des chats sauvages surveillant des souris
les avions cosmopolites se font rare sur les bordures de l'horizon
je discute avec des tracteurs qui me louangent le génie paysan
avant d'aller au taf à dos d'abeille pour aller gagner mon miel

quatres vieux sapins assis sur le banc du gazon regardent au loin
leur cime mélancolique où montent leurs illusions les regardant alors
De l'esplanade de leurs regrets et remords admirant à 360 degrés
hier maintenant et demain sur la guirlande de leur sourire

orage de lumière
sorti de l'œil du soleil
dont la pluie de tes battements de cils
dégouline sur le ciré de ma peau

j'ai eu le temps de graver ton nom près du mien sur notre foudre
qui elle nous les a taillés sur l'écorce béante d'un arbre de lueurs
avant de jeter des jonquilles sur le voile de nos signatures communes
dont la terre a scellé les empreintes sur le boulevard de notre belle étoile

revêtue
d'une mousseline de mousse d'or
sur sa branche d'adn
qui se penche sur le ruisseau cristallin
d'un ciel minéral
que boivent des groseilliers en fleur
luisant de leur sueur sanguine

j'écoute au répondeur
des piqûres de rappel
hey ho demain c week-end
j'avais à peine déjà creuser ma tombe

que j'en suis ressorti dans des flammes de couleurs

le vent apporte les glaçons
les arbres ont le même langage que la mer
alors je les comprends de mieux en mieux
ici
l'accent des montagnes porte un chapeau circonflexe
qu'elles
vous tirent lorsqu'elles s'adressent à vous en chantant

pour les écouter de près
rien de mieux que de suivre les sillons
d'une montre assis sur un quad
parcourant des chemins hors du temps

les feuilles frétillantes des rictus des lisières
discutent sur la diversification des travaux bio
puis interpellent le vent sur la façon de procéder
la faune obéissant à leur demande de régulation

piquante est la beauté qui se protège pour résister
aux mains tentées de l'homme croyant pouvoir la dompter
je sais lorsque tu m'apprivoises prendre soin des rosiers sauvages
alors que me boivent tel un fakir à la mûre les épines de tes frissons

ton départ au taf dans
la trace de ton rouge à
lèvres sur mon horticole
la balancelle me met un coup de pied au q

un coq yeux écarquillés
me regarde de côté
une pelle dans la main
un sécateur dans l'autre

il pense que ses cocoricos seront vin
alors à l'affût du trou dans le grillage
il échafaude un plan d'évasion à l'arrache
qu'un loup guette à ses dépends

ouf en fait il nettoie les mauvaises herbes
mince se dit en partant un ventre avide
je vous laisse il faut que j'aille biner et + par affinité :
je me suis converti à l'ordre des jardiniers.

mon écriture sera plus verte
alors ne croyez pas que je sois un extraterrestre
c vous les aliens alors faites gaffe :
le géant vert ne tire pas qu'avec des balles de maïs.

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:36

un doute regarde une certitude le dépasser
en se demandant quand est-ce qu'elle va se planter
un début de troisième vers se demande quelle sera sa fin
quand le quatrième s'en branle en se balladant sur tes reins

je rajoute un peu de bass pour faire danser 30 000 fourmis
les bêtes ravent en se fourguant du sucre comme de l'extasy
veuillez m'excuser si je ne suis qu'un chant qui vous épouvantail
je suis distrait depuis que vous avez cueilli ma fleur de fiançaille

je n'ose à peine croire au bonheur de pouvoir le toucher sur vous
que vous voici déjà inquiète à propos des résultats de notre nous
Veuillez s'il vous plaît participer à l'émancipation que l'on s'estampille
lorsque l'on se déguste des yeux ce blé unique poussant sur nos pupilles

j'ai pour pactiser avec la faiblesse de mon bras droit sans vous dessous
la noblesse de croire en vos sentiments les plus purs sous vos dessous
me voici sous le balcon de votre corsage où grimpe sur des pins de dentelle
le lierre de ma voix traduit par son souffle qui vous respire pour expirer sous vos oreilles

prenez moi contre vous que je vous prenne contre moi
où inversement si vous souhaitez faire valser vos et moi
je ne puis sans céder que vous quérir encore à danser
le temps imparti de nous séparer pour mieux nous retrouver

Ainsi, j'avance à reculons d'une civilisation fonçant droit devant
d'une part y'a moins de bouchon et j'ai le temps de me rendre compte d'être vivant
je sens peu à peu battre mon cœur
et la deuxième part je l'offre à qui a lu jusqu'ici pas grand chose de grandissant
à part mon amour pour ma fleur
que je contemple pousser sur le fumier fertile de toutes mes notes mortes pour son chant

Veuillez s'il vous plaît ne répondre qu'en ouvrant grand votre bouche
pour accueillir toute la mienne au palier de nos palais qui se touchent
j'arrive incessamment sous peu prêt à souper vos irrestibles papilles
je veux vivre avec vous jusqu'à ce que je sois votre plus beau croûton au persil

je ferais de vous la star de mon Hollywood shewing-gum
si vous voulez bien tourner pour ma langue goût pomme
je te jure baby t'auras tjrs raison quand moi je termine à tort
ne me prends pas pour ton exécuteur mais bien ton protector

Very Happy

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:39

Un grain de sable fait bronzette devant une vague buvant un cocktail de maillot de bain (60 euros), pendant que deux parasols font un tennis avec une plage faisant la balle (50 euros), alors qu'un immeuble faisant trempette suce son balcon en train de fondre entre ses fenêtres.

Zapette à la main une mouette tente de changer la chaîne de l'horizon, n'appréciant pas trop la gueule de l'avion remplaçant la speakerine qu'annonçait d'habitude la page de pub, seulement sa télé a l'air cassé, alors elle appelle Joe 3000 l'huitre le réparateur qui n'est autre que le vendeur de chichi, mais il est trop occupé à réciter son poème très demandé à la criée.

Une moule, qui dégustait tranquille son rocher suchard (19,90 euros) lui suggère alors d'éteindre sa télé et de profiter de la vue comme de la vie, la mouette voulut en faire son quatre heure, mais elle n'aimait pas trop le sucré-salé.

Le grain de sable voulut y mettre son grain de sable mais il avait peur qu'on le confonde avec un m&m's surtout depuis qu'il avait grossi, alors il continua sa promenade, auprès de son chien, de la race des pitbulles d'écume.

20 euros pour deux feuilles de salade plus tard, un escargot enlève sa coquille et se jette à l'eau avant de trébucher sur le grain de sable et de boire une tasse d'ail et de persil tout en se faisant mordre par le pitbulle, témoins, un couple de serviette éponge pongiste se renvoya la balle en disant que c la faute à l'escargot et l'autre au grain de sable, avant que tous ne rient aux éclats devant une prune allongée sur un pare-brise qui faisait sa blonde en essayant de se mirer devant sa glace à l'italienne, parfum vanille, à 50 euros.

Un toblerone protubérant dans son caleçon de bain, un cerf-volant lui fit le beau au volant de sa berline et lui proposa un café crème, mais elle lui répondit qu'elle ne buvait qu'avec des gars potables des décas potables dans une décapotable, alors il répartit en disant à l'oreille de son toblerone fondu qu'il y aurait d'autres occasion du lion pour tremper sa barre et rugir de plaisir, un cou de perdu dix autres à nuquer, dit il en s'envolant sur une zik de Renault, ce qui fit rire peu Joe 3000 l'huître.

Alors qu'une gaufre se gosse du soleil qui se gaufre dans un gouffre de souffre, la voici tombant à son tour sur le plateau repas de la mouette qui la grignota devant sa série préférée Poubelle la vie, rediffusée à peu près tous les dix mètres.

Joe avait fini par vendre tout son stock et lui avait régler alors la station mir grâce à une télécommande trafiquée de voiturette téléguidée, Joe est une vraie huitre amoureux d'une perle qu'il ne connait que par l'idée qu'il s'en fait du fond de son imaginaire, la première perle qu'il rencontra s'appelait impinpin, elle ne se sentait pas en corps prête pour une histoire d'A, cet été, elle voulait juste pour ses tétés une histoire de B, détruis, il la surnomma sa perle Harbor.
Alors il parti se détendre chez une copine algue venant tout juste d'ouvrir son salon de coiffure new-age, il en ressortît avec une mèche couleur citron vert, c depuis ce jour là que plus personne n'eut de nouvelles de lui, jusqu'à ce que la police le retrouve, derrière une baraque au bas mât, dépecé, ses habits de coquillage traînant sur une assiette longue. Un poulpe fut d'abord accusé sans pieuvre, alors qu'une pieuvre à deux mains et deux pieds se trahie lorsque son poulpe s'emballa comme une samba là à la question du détecteur de mensonge avez-vous tué Joe ?, alors confirmé par ce qu'une tâche de sang grilla complètement sa culpabilité : la pieuvre fut jetée au cachalot pour une durée de 15 ans.

Tous les grains de sable en parlèrent pendant deux jours, le temps que le remplaçant de Joe arrive, Winnie, Winnie l'oursin, un bavard avare : il n'avait pas la langue dans sa poche mais bien des oursins, ct son premier bulot saisonnier.

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:40

20/07/2013, 00h44,

un zombie au bar offre un vers à son reflet, et je crois que c'est moi.
j'attends, depuis deux heures, mon premier rencard, depuis la fin du monde, mais elle n'a pas l'air de savoir être à l'heure.
Où alors c'est moi qui ne sait plus très bien lire une pendule, surtout depuis qu'elles ne bougent plus.
En fait, j'ai l'impression d'avoir été toujours à la même place depuis que je suis rentré dans ce bar bondé de zombie, d'ailleurs, il devenait un peu trop branché, ces derniers temps, mais c'était un bel endroit mort-vivant.
Du coup, je suis parti, deux jours à attendre que personne ne vienne, c'est tuant, à la longue.
Au-dessus de la rue animée par des allumés avec leur gueule d'halloween une pancarte se promenait sur la tronche d'un orage lorsqu'elle alla percuter la vitrine d'une paire de lunette avant de ressortir par la partie droite de sa cervelle qui se répandit en morceaux sur ma veste, déjà pleine de sang, comme par hasard.
Il fallait que ce soit aujourd'hui qu'une cervelle éclate sur moi alors que j'avais rdv avec ma rencontre avec elle, j'y allais, j'en suis sûr.
Maintenant, je ne suis plus présentable, je vais retourner chez moi, et me changer, dès que je saurais où j'habite.
En tout cas, grâce à ça, j'aurais de quoi lui proposer un apéro, genre des saucisses cocktail de cervelle, mais si je veux une chance de lui proposer de venir boire un verre à la maison, il faut que je me rappelle si j'en ai une, et ça, c'est hors de question, réfléchir me fait brûler l'intérieur du crâne.
J'espère qu'elle aura un chez elle, ça me simplifiera la tâche que je suis.
Un homme pressé d'attraper son ombre me demanda de la retenir au sol pendant qu'il essaierait de sauter dessus, nous atterrîmes sur les restes piteux d'une cargaison de poubelles nauséabondes, alors que son ombre semblait nous provoquer d'essayer de l'attraper encore.
Ce fut au troisième essai que je déclina le suivant, heureusement, une autre personne prit ma relève, avant de l'assommer et de s'enfuir avec son ombre, mais, apparemment, elle était reliée à un élastique, car elle retournait à chaque x sur l'homme assommé.
jusqu'au moment où le fil craqua comme sa nuque par mon remplaçant qui lui plaça un grand coup de dent dans le cou.
Une ombre vaut très chair sur le marché noir, certains sont prêt à tout même à vendre la leur.
Lui n'en eut pas le temps.
Je crois que j'habite une crypte, où la chambre d'un gothique, mais pour cette nuit sous le plein soleil, ça fera l'affaire.
il est tard, presque 6h du matin, je regarde l'aurore décapiter une lune rouge avant que des fenêtres ferment leurs yeux.
Je regarde pendant ce temps là le voleur d'ombre se transformer en vendeur à la sauvette et la dépecer au halo passant par des lamelles de volets striant le mur de lames de lumière pour les clients.
Depuis que les gens ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes, la vente au détail a explosé, ils peuvent dupliquer chaque partie manquante de votre ombre, sur mesure.
Personnellement, comme je n'avais pas trop de moyen, ces derniers temps, je me suis offert une ombre de souris, comme je ne sais plus où j'habite, c'est très pratique pour rentrer par n'importe quel trou noir.
Sur le stand d'à côté du receleur d'ombres, un vendeur de temps essaya de me refourguer deux jours pour le prix d'un gramme, mais il ne me restait que dix grammes de cervelle pour survivre.
C'était certes assez suffisant pour exister normalement dans ce monde mais un gramme de moins et dès que je réfléchirais je brûlerais mon poids chiche qui me sert à me demander où est-ce que j'habite alors qu'en fait quelle importance je n'ai plus que deux minutes avant de mourir, je n'ai pas rechargé mon compteur temps en mangeant une cervelle d'Homme, je n'avais plus faim de vivre.
Et comme par hasard, il faut que ce soit à une minute de ma fin qu'il faut que tu te pointes devant moi avec ton charme qui ressemble à un soleil qui d'un seul sourire remplace mon ombre de souris par ma vraie ombre intérieur je savais que je te croiserais et je m'avance vers toi et qui me tend les bras et parce que tu m'attendais aussi et je et je et je.

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:41

pourquoi je me sens tel un moustique tout tartagnan
quand tes yeux me font les quatre moustiquaires
je me vois là accrocher sur tes filets avec mes dents
essayant de le déchirer avec mon épée à transpercer ta chair

pourquoi tu me regardes comme une chenille
quand je tente de m'envoler comme un papillon
le long de ton tapis de frissons où je m'essuie les papilles
lorsque d'habitude tu me laisses butiner la fleur de tes émotions ?

mes doigts qui ne sont que des corsos sur ton corsage
voudraient bien dessiner des sourires sur ton visage
mais apparemment au loin j'entends ton cœur dans un orage
où je me désespoir de te voir m'apprécier sans être un éclair de passage...

allons plutôt sur les sentiers qui nous mènent au fabuleux jardin
d'un hamac qui nous croquera comme deux pomme-de-pain
pendant que jouera notre sérénade un chorus de crickets à poil
et que la lune fera de nous ses lucioles en nous regardant comme 2 étoiles !

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:41

j'ai planté ton fantôme sur le toit de la maison
il indique très bien où va le vent avec tes aberrations
si j'avais besoin d'une épaule pour y percher un perroquet
je n'irais pas au-delà de ta deuxième mer intérieur la chercher

va donc escamoter des lueurs que t'enferme dans tes rêves Herbert
même si ce n'est pas ton prénom et que de tes enfers je n'en serais pas le cerbère
ton cœur n'est pas mon os à ronger mais j'en ferais bien une plume
qui te sortira par le rectum quand t'essaieras d'éternuer quand j'ai un rhume

les sabots longs qui te marchent sur le pied d'une façon monotone
s'en foutent bien de savoir que tu n'as plus que quatre ptits doigts asynchrones
lorsque tu écris comme un pied tes poèmes sur des claquettes sur le sable
mais que l'amer retire en envoyant ses vague gifler ta poésie lamentable

à quelle limite inconditionnelle l'obsolescence de tes inspirations
se réveille au geyser de mes métaphores qui te trouent l'œil de ton fion
alors que tu somnolais sur tes jouissances grammaticales
dont le cri de leurs soupirs assoupis résonne encor' dans ton stade anal ?

poursuis ta route après celle que j'ai su prendre
alors que je la traçais pour sortir de tes méandres
de toute façon tu n'étais qu'une trace spectrale hyperconfidentiel
le monde a autant besoin de toi qu'un film en N&B des pastels

alors toi que j'imagine être l'ancien moi avant ma mue
t'auras beau essayé de t'agiter là-bas dans mon ex tenue
de mes lueurs je suis à chaque instant la nouvelle réincarnation
je ne suis plus le néant dans la ville des aliénations

fini d'être l'ombre de ma bonne étoile
j'ingère ses éclats jusqu'à la moelle
et je décapite toutes les noirceurs
de vos regards perdus par vos torpeurs

j'ai bien trop de belles choses devant moi
pour penser à l'horreur d'être parmi les hommes en feu
lorsqu'ils s'entretuent au nom de leur bonne foi
à propos de la + belle divinité d'un arc-en-ciel de dieux

encore moins de temps à perdre pour palabrer avec ces tristes cires
qui du haut d'un hémicycle où leur excès s'amusent avec des votes
crient pour appuyer d'une loi sur la longueur des chiottes
pour l'enjeu d'argent d'un lobbying qu'achète des voix pour plus s'enrichir

Bon appétit les enfants en famine
j'irais manger mes merguez et
je penserais à votre mauvaise mine
en levant mon verre à votre santé

nan nan nan laissez-moi survivre sereinement
fini les causes perdues d'avance devant des géants
je ne retournerais pas vivre à l'âge des idées au lance-pierre
je capitule en contemplant des montagnes plus hautes que ce monde qui sans perd sans ampère.

pour la peine je v allumer mon barbeuc
et j tiens à vous dire que com où pas : jmen moque.

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:42

la lune a son cheval de crinière blonde
elle file au vent venu lui étoffer son musc
d'un fanage encore frais de fauches dithyrambes
lui offrant en sacrifice de pauvres vierges meules

les yeux marbrés du ciel sur l'horizon en stuc
rafistolent l'élégance de flambantes dynamiques
dont la seule ferveur dépourvue d'axiome
se guide à la lueur de spectres faisant des lustres

l'ataraxie intrinsèque d'une défenestration temporelle
s'arrête aux pieds dla lettre où l'attente des failles
se fait ressentir jusqu'à l'intersection des cinq sens
dégoulinant depuis une envie tenue par deux rictus

quel délit dès que l'eau à l'idée à la folie
de se melanger d'une abondance à l'aphélie
d'une source rose d'où des doigts canoës
remontent sa naissance jusqu'à son empyrée

ce matin pisse du haut d'une tige des hautes herbes folles
là où des équidés comtois écoutaient hier soir des lucioles
et je regarde l'aurore s'épancher sur des diamants en sueurs
pendant sur un collier de cou que porte un champs de fleurs

est il obligatoirement nécessaire de les comparer à des pleurs sans palabre
ces larmes ne sont que des papillons qui coulent depuis les joues des arbres
où je te roule dans une opulence verdoyante pour que tu en sois l'avalanche
moment propice pour absoudre à jamais la sixième pétale de ta robe blanche

nous irons faire l'amour en plein jour sur le dos nu d'un pur-sang crépusculaire
il nous imprimera le rythme où toi tu te cabreras à mes hanches pendulaires
puis nous nous reposerons sous les alizés qui feront de nous ses peluches
en soulevant nos âmes comme deux abeilles bourdonnant dans sa ruche

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:43

une forêt se cache derrière un arbre
un œil avec un doigt dedans la recherche
alors qu'un râteau ratisse les nuages
en se demandant bien où est passée la lune

un barbecue en feu a une envie de braise
il allume une brochette aux yeux de piment vert
les voici qui se chauffent sur le lit d'un jardin
dont les draps rouges sont faits d'herbe de soie

avant qu'oscar abbé ne vienne calmer leur ardeur
en prêchant pour un appétit tout en pures saveurs
il continua son chemin vers ses mantes religieuses
sortant juste de table en rotant leur amant, pieuses,

une fourmi harakiri décolle d'un cerisier porte-avion
prête à tailler en pièces chevauchant un papillon
une armée d'un mille-patte vidant leur réserve d'être
mais le vent l'emporte au bout du monde, à 30M,

devant une plaine lunaire où passent des voitures filantes
sa bataille se trouve de l'autre côté de ce monde sans plante
avant qu'elle ne fasse du stop emportée par un beau-parleur
qui en roulant ne lui parlait que de ses nouveaux enjolivers

au premier arrêt elle se carapatât en pensant quel connard
alors qu'un couple d'escargot devant leur camping-car
lui proposa une place après 3 ans ils retournaient en brousse
ils venaient de gagner contre une limace un 100M en course

la fourmi pressée déclina l'invitation
à la vue d'un sticmou sur un cheval cabré
lui proposant un coup d'œil d'un clin d'apprécier
son 0 à sang à l'heure en une aspiration

au premier virage il fit des tonneaux
il se trouve qu'il avait bu de l'epo
à même la veine tendue du mollet d'un cycliste
et n'en su contrôler la puissance sur la piste

la fourmi alors décapitée se demande qui à gagner
avant de voir le moustique dans un barbeuc se scratcher
provoquant un mini-14/07 qu'éclaira l'ombre de deux amants
qui dans un hamac se racontent des caresses les berçant

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:44

Bonjour,

Je reviens d'une foire aux livres, comme un vide-grenier, chaque personne a un stand et revend ses ouvrages accumulés pendant toute leur vie, dis moi ce que tu lis je te dirais qui tu es, j'ai trouvé un exemplaire de Boris Vian pour un euro, j'espère qu'il ne viendra pas cracher sur ma tombe, sourire, le titre c'est ' je voudrais pas crever ', non pas qu'il raconte sa vie de pneu, mais il intègre tout de même 23 poèmes plus deux textes sur les poètes, j'ai hâte de le lire en grimpant le mont ventoux à vélo, et je ne voudrais surtout pas crevé.
J'ai croisé Paul aussi, mais il s'est fâché avec moi : sept tomes de Paul Verlaine à cinquante euros négocié au lieu de 90, mais c'était ça où le resto pour la famille, la poésie c'est bon pour l'âme mais faut quand même manger je lui dis à Paul, il était vénère, vegra, mais il nous a tout de même souhaités bon appétit à nos vers.
Il y avait une belle reliure de Faust, mais je n'ai pas osé demandé le prix de la vérité pour conquérir l'univers, en plus je n'avais pas le temps, les enfants avaient la dalle.
Un peu telles des statues se tenaient assises des plumes prêtes à dédicacer leur nom d'oiseau sur le livre de leurs ailes en vente en plusieurs exemplaires, elles semblaient bien toutes solitaires, la foule plus agglutinée à farfouiller dans des vestiges littéraires le trésor de leur lecture de jeunesse, des séries noires au san-antonio des bibliothèque rose à verte aux romans arlequin.
un stand parmi d'autres retenait plus les coups d'œil, de grands ouvrages de photos semblaient faire la nique aux lettres de Georges Sand restées poste restante dans un bac plastique.
C'était ma première foire aux livres et j'y retournerais plus longuement la prochaine fois mais là j'ai le mont ventoux à monter avec Boris.

Bien à vous Wink

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:45

il roule sur le foin au grenier d'une grange
les galipettes sanguines de joues qu'étaient orange
là à la dérobée aux langues déliées
de deux sourires fendus du haut de l'escalier
la paille se reflète et ressemble aux cheveux
s'étalant en conquête aux mains aimant leur jeu
lorsqu'à la dérobade il n'y ai plus qu'un tronc
de deux corps faisant l'arbre écorce et peau plastron
quand dans ce vice à vit dans des caresses d'eau
un vis-à-vis s'entrouvre en tirant le rideau
que brodaient leur salut d'un voile d'ignorance
lorsqu'il céda charmé d'une douce violence
le tirant au profit d'une intense censure
lorsque les deux amants retirèrent leurs chaussures
avant de se serrer leurs os allant frémir
par où leur jouissance les emmènera courir
ne pensant plus alors aux basses mentalités
quand leur main dans la main les font fanfaronner
en ville,
alors, ils se cachaient par peur qu'ils les emmerdent :
en ville,
ces deux cow-boys s'ignorent pour ne pas qu'ils se perdent !

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:45

pendant qu'une grange tartine des soupirs avec du foin
une galipette jongle avec des joues comme avec des oranges
et deux langues se délient de la robe de leur bouche
qu'un escalier avale dans son sourire jusqu'au grenier

entrecachée par des mèches de pailles que coiffe
le peigne d'une conquête que tiennent quatre mains
pour ne pas se perdre une dérobade signe son nom sur l'écorce de corps
dont le plastron s'étend tel deux parfums s'échangeant leur fragrance

il se déverse des vices depuis la fontaine des caresses
que je ramasse entre les paumes de ton feu d'artifesse
quand tu tires à la vue de mon vit le rideau de tes reins

Avant que je n'aille broder mes spermatozoïdes qui courent sur tes voiles
par où ta jouissance fanfaronante confondra les diables et les saints
Et nous ne serons plus que nos violences absorbées par un désir astral

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:48


... ... ... par
... ... ..reil à
... ... ton sourire
... ... .le soleil
... ... ...brille

























... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... t
... ... ... ... ... ... ... ... ... ..e ... ... ..î
... ... ... ... ... ... ... .n. ... ... ... ... ... .a.
... ... ... ... ... ... ..c ... ... ... ... ... ... ... .n.
... ... ..r ... ... ... h.. ... ... ... ... ... ... ... ..e ... ... ... \.. ../
... ..t ... ... ..u ... ... e.. ... ... ... ... ... ... ... m ... ... \./
... c... ... ... ... ..e ... ... n.. ... ... ... ... ... ... m.. ... .P. ... ... ... ... ... â.. ... ... ... m..
... o.. ... ... ... ... ... ... m.. ... i.. ... ... ... o.. ... ... A.. ... ... .n. ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..e
... .. l ... ... ... ... ... ... ... ... t.. ... l.. ... ... h.. ..P ... .o. ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... a
... ... ..é ... ... ... ... ... ... ... ... ..e ... l.. ..l' ..i ..s ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .i
... ... ... ... o.. ... ... ... ... ... ... ... ... e.. ..L ... ... ..e .r. d.. ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..m
... ... ... ... ... ..p ... ... ... ... ... ... r.. ... L.. .e. ... en. ... ..e .i. ..n ... ... ... ... ... ... ... ..e
... ... ... ... ... ... ... ..t ... ... è.. ... .O. ..r ... ... ... ... ... ..t ... ... ... ... ét. ... .s' ... ... à
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... N.. ... ..è ... ... ... ... ... ... ... ... ..o
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... i.. ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..u
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... m.. ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..c
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... u.. ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... h
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..l ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..a
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .a. ... ... ... ... ... ... .n
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... l.. ... ... t






























... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..p
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... erdu
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... un cha
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... peau de
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... paille dé
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .. .. ... ... ... .ambule en
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... se cognant le long des vi
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .trines c'est que son proprio
... ... ... ... ... ... ... ... ... ..l'a oublié par terre, il l'a vu
... ... ... ... ... ... ... ... partir, disparaître sur la ro
... ... ... ... ... ... ... ... .ute, avec comme compagne
... ... ... ... ... ... ... ... .une grande sirène accou
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...dée sur lui,
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... buvant son
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .dernier
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..souf
... ... ... ... ... ... ... ... ... ...fle
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..\\
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...\\
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... \\
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .\\
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .//
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...//
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... \\
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .\\
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..\\
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...\\





















... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..p.u i.s .s. e
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... tu. a.v .oi r.. de lui
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..r é.g .l .é. .t. e.. s.. ... l'on
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .p. .r. o.p r.e s.. ... ... pouvait
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..p .r. o.b l.ê m.e s.. ... ... ... dire
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..a .v. a.. nt. qu. e.. ... ... ... ... ... et. ... ... ... ... A.L.U.T
,.. ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... l.a ..m ..o ..r ..t ... ... ... ... ... ... sans ... ... ... .S. dernier
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... n.e .t' .e. n.l .de ... ... .q. ..incertitude... ... ... ... .de ton
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..è v.e .à. c.e.u.x ..son ... .u' .émanait ... ... ... ... ..dulité
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..q .u .i ... cœur .des ... ... ... ... ... ... ..incré
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .t' ..M ... ... lueurs... ... ... ... ... ... ..dans l'
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .amicales... ... ... ... .alement
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... tu n'as pas eu le temps..brut
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .de bien nous ménager, partant
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... avec les ombres vivaces
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .. .de ton souvenir
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...balançant ses ondes
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .solaires sur notre
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .. chagrin
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .dévétu...



En hommage à Alain...

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:51

... ... ... ... ... ... ... ... ... ..t
... ... ... ... ... ... ... ... ..n
... ... ... ... ... ..b... ... e
... ... ... ... ... ... o... v
... ... ... ... ... ... ..n





... ... ... ... ... ... ... ... bé
... ... ... ... ... ... ... ... bé
... ... ... ... ... ... ... ... fa.ut que
... ... ... ... ... ... ... ... je...rentre chez
... ... ... ... ... ... ... ... no... us j'n'en peux plus
... ... ... ... ... ... ... ... de... ...ces idées de toi faut
... ... ... ... ... ... ... ... pa... ... ... s me laisser traîner en moi
... ... ... ... ... ... ... ... y'... ... ... ... a trop d'oreilles sur les murs
... ... ... ... ... ... ... ... qu... ... ... ... ... 'essaient de colporter tes rumeurs
... ... ... ... ... ... ... ... al... ... ... ... ... .ors je me suis mis du papier peint
... ... ... ... ... ... ... ... co... ... ... ... ...mme un bandeau sur mes yeux emmurés
... ... ... ... ... ... ... ... po... ... ... ... ..ur regarder ta peau faite de mes souvenirs
... ... ... ... ... ... ... ... su... ... ... ... .r la piste de danse de ma boite crânienne où
... ... ... ... ... ... ... ... un... ... ... ... .dj mix les scènes super hard de t soupirs
... ... ... ... ... ... ... ... lo... ... ... ... rsque tu t'échappes de moi et que ne
... ... ... ... ... ... ... ... re... ... ... ...vienne l'attraction de tes hanches
... ... ... ... ... ... ... ... su... ... ... ..r mon bassin altier voulant adouber
... ... ... ... ... ... ... ... to... ... ... .n entre-cuisse d'une couronne en
... ... ... ... ... ... ... ... p... ... ... .erles nacrées avant que tu ne
... ... ... ... ... ... ... ... me... ... ..dises hey arthur regarde
... ... ... ... ... ... ... ... do... ...nc où tu mets
... ... ... ... ... ... ... ... to... .n excalibur
... ... ... ... ... ... ... ... md...rrr lorsqu'
... ... ... ... ... ... ... ... en.fin je
... ... ... ... ... ... ... ... te
... ... ... ... ... ... ... ... re
... ... ... ... ... ... ... ... ba
... ... ... ... ... ... ... ... pt
... isa dame du lac lorsque je vis tes yeux devenir deux flaques
... ...où des dauphins s'émerveillaient de suivre ton âme
... ... ...volant au-dessus d'eux d'un bonheur ivre
... ... ... ... pendant que je prenais le vent
... ... ... ... ...de tes mouvements denses
plaqués contre ma voile rose maîtrisant leur intempérance... ... ...


Dernière édition par poeteric le Ven 16 Aoû - 5:32, édité 1 fois

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 17:35

Je ferais le tri dans la semaine Very Happy

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Ven 16 Aoû - 6:03

henri, un goéland plumé au stripoker par une sardine qu'en rit, déambule comme un cornet de glace dans la bouche de ses poches vides, avant de s'asseoir, pensif sur l'horizon poncif, où un port fait des ricochets sur la mer en jetant des bateaux.

une oreille pointue se pointe au pont de ses soucis, puis balance une pièce dans la fontaine de son coeur, en appelant de tous ses voeux un tracteur, qui s'appelle Tom, avant que Sam, le pompier de ce pont plié, ne saute dans le fleuve Cérumen pour la sauver d'une noyade d'amour, alors qu'elle étouffait dans une touffe de sons que sont ses souvenirs, qui dormaient sous le pont de ses tympans.

un nez cabossé sur son balais volant, alors qu'il nettoyait le ciel des poussières blanches, regarde une rivière, crachant des poissons, qui serpente sur la joue d'une larme, avant de se jeter dans un océan fait d'os séant de vagues, qui ne sont que le squelette d'une plage noyée.

une dune se recoiffe, en replaçant son châle de vent, avec une barrette faite d'un reste de chalutier, après s'être lavée dans une solution saline pour éradiquer ses pellicules bleues marines qui, sous la loupe du soleil, sont en fait des marins.




poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Ven 16 Aoû - 6:16


une moule jupe ras la moule foule la houle qu'ourle une foule, un oiseau s'arrache une plume pour lui écrire un poème à la gloire de sa jupe marinière, bavant d'écume d'envie de l'écumer sur le lit d'un oreiller de crème fraîche.


poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 7 Oct - 4:43

l'un sulte l'autre exulte et des mines fulminent
c'est rencard de brancard pour rien qu'un quart d'écart
des coups des paix dans l'eau c'est l'humeur assassine
voici le Colisée aux gladiateurs de foire

débiles de leur bile à répandre en pralines
leur clavier thérapeute aux touches gyrophares
leurs fournit un asile où leur aigreur piétine
cette pâle folie en leur vie frustratoire

et vole le poète au-d'ssus d'un nid d'nombrils
planant dans son exil sans trace aux pieds d'argile
il n'est pas plus sublime au fond que de créer

d'écrire en équilibre et marcher sur un fil
qui se fixe d'un rêve à la réalité
en oubliant leur vide où leur égo s'mutile


poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 7 Oct - 4:44

Ma chérie je suis grave dct maboule de toi lorsque j'essaye de choper d'une caresse les os de tes frissons sous le cri électrique de tes frémissements en réaction, que j'aime toutes les rues de ta peau où tu as implanté une chaîne d'hôtel à ton nom que tu nommas Désir et depuis j'y dors toutes les nuits en ayant payé d'avance avec des billets doux de bisous sauf lorsque tu me mets en prison parce que j'ai cambriolé le coffre de ta bouche en te volant des milliers de baiser, t'es ma carte chance que j'aime tirer ma case départ et ma case arrivée, mon coeur est un scrabble où tes je t'aime comptent triple, et même si je perds tout le temps contre toi au jeu d'échec c'est un plaisir car t'es ma plus belle réussite, alors moi ton cavalier fou d'amour je t'emmène faire un tour sur mon cheval jusqu'à la tour où nous jouons à faire le roi et la reine en regardant nos pions qui sont nos doigts courir sur le damier de notre érotisme, là où tu te transformes en jeu de dame en me disant que souffler n'est pas joué quand je te saute pardessus la jambe et que je m'essouffle sans que t'es pu jouir, heureusement, je te gagne toujours à cette bataille quand je t'ai carte, tout comme au touché-coulé que tes cheveux en bataille avalent quand je sais où aller pour te faire du bien en te faisant mal, un mâle pour un bien, ton orgasme tel un bourricot où j'y dépose peu à peu un peu plus de plaisir jusqu'à ce qu'il réagisse en faisant du rodéo, t'es mon jeu de loi de l'amour et nous ne sommes jamais pressés d'arriver au bout qu'ensemble en ayant dépassés les mille bornes, après nous être tellement emmêlés dans un trivial pursuit, puissance 4, que nous ne sommes plus qu'un, jusqu'à ce que nous redescendions, sur terre, en jouant au qui-est-qui, redessinant, du bout de nos lèvres, le monde au pictionary !

L'amour est un je à deux où l'on se tue pour ne plus être qu'un.

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 7 Oct - 4:44

peux tu sentir mes doigts se faire du rafting
descendant les rochers d'une artère' vertébrale
où ta peau se soulève un peu comme de l'eau
depuis cette cascade aux flots de tes frissons

tombé du canoë de ta bouche' débordé
je nage en ces courants que frisent tes cheveux
dérivant sur tes reins bassin mouvementé
où je m'accroche et tiens tes hanches' comme' je peux

et voilà que je danse au fond de ton pelvis
tes gémissements sont mes bulles d'oxygène
il brille des coraux venant de ton pubis
bactéries qu'un plaisir sécréta de ses gènes

un baiser se transforme en forme de saumon
il remonte ton corps la rive de tes sens
que ton regard liquide est en train d'immerger
le voici sur ta bouche où se fit sa naissance

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 7 Oct - 4:45

- mais monsieur vous ne pouvez pas !
- de quoi donc ?
- venir au travail dans cet accoutrement et de plus avec à la main une guillotine !
- Faudrait savoir ! C'est vous qui m'avez intimé de venir tel quel !
- je vous demande pardon ?
- vous m'avez dis texto ' il faudrait voir à être un peu plus bourreau de travail ' !
- mais il ne fallait pas le prendre au pied de la lettre !
- parce qu'en plus vous m'avez envoyé une lettre de mise à pied ?
- ha non je ne vous ai envoyé aucune lettre de mise à pied ?
- ha ? pourquoi me dites vous alors que j'ai mal pris votre lettre ?
- mais c'est par rapport à là tout de suite et votre déguisement !
- vous ne voulez plus que je sois un bourreau de travail ?!
- mais si bien sûr ! je voulais juste vous dire qu'il faudrait voir à accélérer un peu la cadence !
- haaa okkk ! promis demain je viens en rugbyman !
- en rugbyman ?
- oui avec les crampons le short et tout et promis je vous fais l'haka danse !
- ce n'est pas possible vous le faîtes exprès ?!
- mais vos désirs sont des ordres moi je ne demande qu'à combler votre besoin d'être content de moi !
- ok mais là je vous parle de cadence ! vous ne traitez que 2 dossiers dans la journée quand vous en avez 2 000 à gérer chaque mois ! à ce rythme là vous ne tiendrais pas votre objectif !
- justement, j'y pensais, afin de tenir mon objectif, je pensais ramener un trépied pour m'aider ?
- un trépied ? mais je ne vous parle pas de l'objectif de votre appareil photo !
- ha ? alors quand vous me dites qu'il ne faut pas trop zoomer sur chaque dossier, il est inutile que je les prenne en photo ?
- parce que vous prenez en photo chaque dossier ?
- je fais toujours ce que l'on me demande moi ! d'ailleurs, à qui dois-je demander le remboursement des tirages ? ça fait cher à la fin du mois !
- à personne ! mais c'est quoi ce travail ! votre connerie est aussi brillante que la lune !
- hooo merci chef ! je savais que j'étais brillant mais pas à ce point là !
- mais il est content de lui en plus l'imbécile heureux !
- vaut mieux être un imbécile heureux qu'un intelligent grincheux !
- pardon ?
- c'est ce que disait ce matin un épisode des bisounours !
- parce que vous regardez les bisounours à votre age ?
- pardi c'est vous qui nous l'avez conseillé !
- pardon ?
- vous nous avez dis texto en réunion qu'ici les gens venaient ' en croyant atterrir au pays des bisounours pour se la couler douce, je vous conseille alors de bien les regarder à chaque épisode de vos rendez-vous pour juger sur pièce leur motivation ' alors j'ai acheté toute la série !
- mais vous êtes incroyable! et vous comptez peut être que l'on vous rembourse aussi toute cette collection d'épisodes ?!
- ha non là vous nous avez bien prévenu qu'ils n'auraient aucun remboursement s'ils se la coulaient douce ! et, franchement, comment ils se la coulent douce sur leur arc-en-ciel !
- un peu comme vous je vois !
- alors là certainement pas ! vous croyez quoi ? pourquoi je ne peux traiter que deux dossiers par jour ?! vous pensez que c'est facile vous de vous taper toute la collection de leur série au bureau, ça prend vachement de temps !
- attendez là vous me dites que vous regarder des dessins-animés au boulot ?
- c'est bien ce que vous vouliez nan ?
- bon dégagez de mon bureau je ne veux plus vous voir ! et si d'ici demain vous ne m'avez pas traité de vieux dossiers au moins vingt je vous vire !
- espèce de vieux dossier au moins vain !
- PARDON ?!
- ha mais moi je m'exécute de suite quand on me demande quelque chose !
- vous voulez que je vous vire de suite peut-être !!!
- comment va votre femme ?
- pardon ?
- c'est bien votre secrétaire ?
- maais nooon pas pas pas du tout
- Ha bon, que faisiez vous hier soir avec elle sur votre bureau alors ?
- c'est c'est c'est que que...vous nous avez vus ?
- j'en ai même profité pour faire des photos avec mon objectif
- pardon ?
- tenez, voici les photos !
- ha oui oui oui quand quand quand quand même, écoutez, je veux bien fer fer fermer l'oeil sur no no notre entretien aujourd'hui mais je vous en en en supplie ne ne ne dites rien à à à ma femme !
- d'accord, mais, pour moi, fini de travailler pour trouver du boulot à des gens quand on les envoie faire un stage de cuisinier alors qu'ils ont travaillé vingt ans comme comptable, tout ça parce qu'il faut désengorger des chiffres pour faire présidentiable, j'en ai marre tout est bouché le métier de l'emploi ça devient n'importe quoi ! nan mais ho gérer 2 000 dossiers, ça ne va pas la tête !
- ok ok vous
- je n'ai pas fini !!! et y'a toujours plus de personnes qui s'inscrivent que le contraire, on devient comme la police, on fait plus de la répression que de la prévention, le seul métier qui se fait de plus en plus à cause d'une richesse par trop segmentée, c'est cambrioleur où braqueur, ha ça c'est facile de diviser les gens avec des problèmes qui ne devraient que les regarder,
- mais sinon vous
- je n'ai pas fini ! comme prendre les religions pour les stigmatiser à cause de deux trois c.ouillons fanatiques sur des milliards de pratiquants pacifistes, où l'homosexualité, bataille rangée entre des défenseurs des droits de l'homme et des rétrogrades qui gueulent dans leur caverne qu'un couple c'est un homme et une femme après l'avoir engueulée parce que la bouffe est à c.hier, la France la France ! pauvre pays qui se croit grand mais qu'est
- voyons voyons vous
- je n'ai pas fini toute perdue coincée dans un bureau de l'UE entre 2 000 dossiers de paradis fiscaux pendant que nous on paye des impôts pour payer des voyages d'affaire en vacance à des Cahusac aussi bien de gauche comme de droite pendant que les restos du coeur se ferment peu à peu sous les coups de matraque des budgets fiscaux étatiques ne nous permettant plus de leur faire des dons parce qu'on a plus de pognon dans le porte-monnaie du français moyen qui à terme y finiront bien aux restos des e.nfoirés que créent des e.nfoirés financiers faisant peser sur chaque tête française 30 000 euros de dette ha pauvre France qui marine à voter Marine à cause d'incapables inter-mondialistes qui confondent leur poche avec la notre, le FN ? ce n'est qu'un parti pas plus clair que les autres avec ses magouilles et compagnies ss, je compare ce parti tel au fanatisme grimpant des terroristes prenant le coran comme une arme pour recruter ceux qui veulent se défendre contre leur pauvreté que crée l'occident, le FN eux brandissent du mein kampf façon édulcorée pour attirer les 60 millions de paumés de cette société qui ne sait plus où elle va face au sept milliards d'étrangers potentiellement immigré prêts à manger leur sous parce qu'un immigré c'est obligatoirement un cannibale du capital, le FN ne vaut pas mieux que les factions armées qui lèvent du bout de leur kalashnikov leur appel à une guerre sainte, une guerre sainte ! et pourquoi pas une paix apocalyptique !
- ok ok vous avez fini ? que pensez vous d'un peu de vacance, je vous les offre, et en revenant je vous mets dans un bureau sans contact avec les chercheurs d'emploi ? ça vous va ?
- hum, mouais, je vais prendre trois mois de vacance, ça me fera du bien de ne plus voir votre tête de c.on, au revoir monsieur le directeur !
- heu au revoir monsieur, reposez vous bien...et rappelez vous, pas un mot à ma femme hein ? monsieur ? monsieur ! déjà parti, punaise j'ai eu chaud moi ! ( en appuyant sur l'interphone Smile heu, ma jolie secrétaire ? vous pouvez venir s'il vous plaît, j'ai fait tomber mon stylo sous le bureau !

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 7 Oct - 4:45

le soleil, ce matin, me dit que t'es sublime ?!
hey ! comme si j'avais besoin de lui pour le savoir !
je trouve qu'il te colle, et du matin au soir,
ce coquin, de trop près, de plus : qu'est-ce qu'il frime !

du genre matte moi mon rayon richissime !
toujours à tourner autour de toi pour t'avoir !
et oui ! je suis jaloux quand tu me laisses choir
pour ses câlins chauffant ton coeur de therenim !

il n'y a que la nuit pour enfin être seuls
et couvrir sur ta peau mes reflets qui te veulent
sans être déranger par ce dadais solaire !

moi je vais l'éclipser sa brillante fortune !
ça suffit, il m'énerve ! à te draguer, Ma Terre...
ne suis-je' qu'amant nocturne ? oui, moi, qui suis la lune !

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 7 Oct - 4:46

de sa voix jade et or le soleil interprète
la lyre de la vie ombrant de ses notes
ce monde qu'il ravit sous sa harpe despote
dans ce charme en essor quand ses rayons se jettent

sur toute architexture où des couleurs complotent
quand l'amour s'évapore en sève violette
d'un baiser photophore en deux coeurs qu'effeuillètent
l'embouchure étourdie où leur corps le sirote

Alors de l'herbe rose imbibée de blancheur
d'un tapis d'où se pose un cerisier en fleur
un papillon s'envole auprès de tourtereaux

préparant leur osmose avant le bal d'honneur
de trilles dans la vrille en duo d'un anneau
pour tout accord qui ose unir pire et meilleur

... ... ... ... ... ... ... ... ...Et je
... ... ... ... ... ... ... ... ...rame entre
... ... ... ... ... ... ... ... un des colverts
... ... ... ... ... ... ... ... ... en cueillant sur la rive
... ...une... ... ... ... ... ... des pommes vives
... ... ... ... ... ... ... ... .glorifiant
... ... ... longue... ... ... ..ta beauté
... ... aile... ... ... ... ... ... ...quand je
... ... ... ... ... ...en... ... ... ...me sens
... ... ... ... ..l'air... ... ... ... ... ... tout tarte
... ... ... ... ... ... ... ... me sentant déjà fier de me
... ... ... ... ... ... .savoir ton homme en cancanant
... ... ... ... ..d'un rhizome essayant de te plaire
... ...en te montrant mes chromes je t'invite
... ... ... .au verger des guerriers de
... ... ... ... ... ... ... sparte...le
... ... ... ... ... ... ... ...long... .du
... ... ... ... ... ... ... ... ... ventre...bleu
... ... ... ... ... ... ... ... ..des... vagues
... ... ... ... ... ... ... ... qui... ... se
... ... ... ... ... ... ... ... ..moirent...aux pétales
... ... ... ... ... ... ... ... ... ..de lys et leur voile imago
... ... .reflétant des en/je la passion à valoir
... ... ... le temps que l'on existe au choeur d'un
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...même écho

amoureux les regards font des ronds dans la mare
où chaque iris troublé sur la berge aux roseaux
admire dans des yeux le fond de deux miroirs
dont une onde améthyste effile un grand faisceau !

..tel un
..serpent qui
..rampe un colibri
..roublard n'ayant
... .manger l'hiver... ... ... ... ... ... que
... .nèfles et bonnets... ... ... ...escalade\___
... la rampe où piaffent... ... .les regards.===
... ... piquant du bec un... ..vers digne de
... ... ... .grands gourmets..son désaroi
... ... ... ... ... contemple au sournois
... ... ... ... ... désespoir les plats
... ... ... ... ... .et les desserts
... ... ... ... .placés sur le
... ... ..banquet lapant
... ..la langue ample
... un tit punch du
...pressoir
... ... ..il feint d'être des pairs devant ce grand buffet !

en station sur le bal devant toute l'élite
il fait mine joviale allant cosmopolite
prétextant à qui veut son lien de parenté !

un vide intestinal gazouillant explicite
son projet ambitieux de tarir le hoquet
d'une faim abyssale au festin qui l'excite !

un
rossignol
fixé sur son
arbre à palabre
.s'installe en chef
..d'orchestre invitant
..ses amis pour l'en-
...tendre clamer en... ... ... ... ... ... ... ... ... la___
... brise nomade son... ... ... ... ... ... .chant à... ... ../
... .tue-tête alors en... ... ... ... ... ... inertie de son/
... ... cou enflammé aux braises d'une aubade
... ... ..lui donnant le prétexte informant
... ... ... la prairie d'extraire spontané
... ... ... ...à son cri qui se cabre
... ... ... ... les notes du concept
... ... ... ... des aveux d'être épris
... ... ... ... ... ... ... .\..\... ... ..\..\
... ... ... ... ... ... ... ...\..\... ... ..\..\
... ... ... ... ... ... ... ... .\..\... ... ..\..\

quand sortie une poule au milieu des ambages !
cocloquant toute en feu les spectateurs Ho ciel !
d'où un coucou coucoule en haut de son corsage
en tombant amoureux raide entre ses dentelles !

les hourras de la foule entre les jabottages
zinzolinnent heureux dans des claquements d'ailes
et ceux qui roucoulent brandissent leur ramage
dans le chant merveilleux de l'amour éternel !

Le silence surpris d'être enfin entendu
perplexe et ébahis se tait alors ému
emporté sur la voie au moment opportun

de faire place aux stries des aveux reconnus
consentant dans la foi un destin en commun
quand deux êtres lient leur âme mise à nue :

... ... ... ... ... ... ... ...des... ... ... ... ... ... ... ... ... ..lors
... ... ... ... ... ...s'approchant... ... ... ... ... ...contre la rive
... ... ... ... ... vinrent vêtus de... ... ... ... leur parure brillante
... ... ... ... .deux grands cygnes... ... .majestueux qui fendent
... ... ... ...les ondes... ..dévoilées... .couvrant... ... ...de vagues
... ... ... ...fragilisées... ... ... ... l'éternel... ... ... ... ...brassage
... ... ... ... ... du vent... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...aux lueurs
... ... ... ... ... ... .semées... ... ... ... ... ... ... ... ..du ciel... ... ...allant vibrer
... ...reflétant... ... ... enclos... ... ... ... ... ... .au sein... ... libre à partager
... des attractions... ... ...même... ... ...des yeux..le plaisir apparent en duo
...les échos similaires... ... ..épris... l'un de l'autre l'élégance insoumise
... ..regardant dans la même direction un échange volontaire s'adonner
... ... ... la brûlure lente du temps au laps qui découle entre chaque
... ... ... ... ..émoluments sous la participation aléatoire de divines
... ... ... ... ... ... épousailles du destin mettant en concordance
les enivrements unis à la même intempérance que deux cœurs mariés

près du bar de la plage au siège de l'eau
un coude sur la vague et l'autre sur mon dos
tu admires l'univers danser sur sa scène

son spectacle aux flambeaux laisse sur ton visage
des claps de lumière aux étoiles mécènes
applaudissant des flots la lune au teint sauvage.

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 7 Oct - 4:47

quel est ce regard triste où des larmes tombées,
une ombre malmenant le reflet de tes rires
et creusant chaque joue à force d'un soupir,
Laissent comme une empreinte amère serpenter ?

des poches de tes yeux, tant, qu'elles te dégradent,
se cachent quelque chose, et, sombrent dans ce fleuve
où coule un souvenir, depuis tes pleurs qui pleuvent
ton désespoir, criant, contre leur balustrade...

tu regardes, là-bas, ce visage d'antan,
passé que remémore, aux rires d'un enfant,
l'album de ton cœur, grand miroir d'alouette !

alors, pour ne pas que ton petit s'échappe,
tu palpes ses photos, que tes larmes feuillettent,
en serrant, contre toi, son absence qui t'happe.

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 7 Oct - 4:47

Allons tromper le temps quand nous le refondons
Pauvre ombre dégrafée aux heures qui s'envolent
Comme des graffitis mouvant sur l'horizon
Quand nous faisons du ciel pour nos corps notre sol !

Mets tes cris dans ma bouche et de souffles je fonds
Verserais des sceaux d'Ho contre tes fesses folles
Et le vent signera nos feuillets de suçons
En effeuillant nos peaux d'empreintes phare en dol...

Echafauderons nous chaque seconde en heure ?
Bourrons ce sablier que d'amour rend nos cœurs !
Tu seras lumière et moi cadran solaire !

De chaque jour qui naît peu à peu on se meurt...
Soyons donc la mesure et non les spectateurs
D'une vie qui file aussi vite' qu'un éclair !

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum