Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
» compil de textes
Ven 15 Jan - 16:40 par poeteric

» Eros
Mar 26 Aoû - 13:09 par pendantce

» Premier Moment de l'Instant
Mar 26 Aoû - 13:07 par pendantce

» Amour Besoin
Mar 26 Aoû - 13:06 par pendantce

» Laissons Tout Reposer
Mar 26 Aoû - 13:05 par pendantce

» Etouffement
Mar 26 Aoû - 13:03 par pendantce

» Les goëlands
Mar 26 Aoû - 13:02 par pendantce

» Le Drapeau et le Paravent
Mar 26 Aoû - 13:01 par pendantce

» La Terre et le Propos
Mar 26 Aoû - 13:00 par pendantce

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

      


suite de textes pour archivage ;)

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:10

...BIP - BIP !!!
/
... ... ...
... ... ... ...
... ...
... ... ... ... ... ... ...
... ...
...
.
.
... ... ... ... ...
... ... ... ... ... ... ... ... ...
...
... ..
\.\... ... ... ... ... Je l'aurais un jour !
..\.\... ... ... .../
..Razz___... .../ ...___
Message envoyé: Re: pré-textes 4 Mai 2013 11:44:53
... ... ... ... ..voici
... ... ... ... un ballon
... ... ... ...magique pour
... ... ... ..les enfants qui
... ... ... ...les rend heu
... ... ... ... .reux plus
... ... ... ... ... kdo :
... ... ... ... ... .un
... ... ... ... ... .\/
... ... ... ... ... ..!
... ... ... ... ... ..!
... ... ... ... ... ..!
... ... ... ... ... ..!
... ... ... ... ... ..!
... ... ... ... ... ..!
... ... ... ... ... ..!
... ... ... ... ... ..!
... ... ... ... ... ..!
... ... ..._... ... \/
... ... ... \___/
... ... ... ./. ... .\.
... ... ...O.. ... ..

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:11

sous les chamallow bleus du ciel en pyjama
roulent' déboulent' des chewing-homme aux rhubarbes bondées
leur montre les mâchouille en les faisant buller
sous l'air d'une chorale' chantant hallelujah

les sucettes' au building dégoulinent des doigts
les regards lèchent' le suc d'enseignes fouettées
quand des touristes pointent des crèmes monter
dans un banana split de dix mètres sur toi

dans ce déluge' de glaces' que des langues soutiennent
un grain de sel se dit que là la coupe est pleine
avec un air amer dans son chlore' qui fulmine :

' Mais où est donc ma place' s'il me manque' quelque chose
quelque chose' pour mieux voir la vie en saccharose ?
il me manque' celle que gemme' : ma fleur d'insuline...'

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:11

Mais quel est ce secret claironnant sous vos cils ?
Pourquoi baisser la tête ? Qu'elle est donc cette image
Cachée dans la lueur derrière votre visage,
Dont une foudre entière consume vos pupilles ?

Personne pour répondre est il si tard que ça
Probablement que oui ? la question reste la :
Si vous avez réponse à proposer en vers
ça restera ici entre nous et sonnper !

Si je devais répondre aux questions de moi-même
J'écrirais alors sans me lire et regarder :
( Pour préserver l'anonymat de mon clavier )
' iufrhiug oghoqj q fgap ifji jvoqbijbv jijême ! '

ça veut dire d'une façon moins sibylline
qu'il est encore l'heure à peu près négociable
pour ne pas éclater un réveil détestable
aux murs déjà debout criant ' à la piscine ! '

je tairais ce secret mais je te dis ce rêve :
tout comme un sprinter parti au coup de colt
mon cœur file' droit devant plus vite qu'usain bolt
pour embrasser vainqueur le ruban de tes lèvres !

Mais quel est ce secret claironnant sous vos cils ?
Pourquoi baisser la tête ? Qu'elle est donc cette image
Cachée dans la lueur derrière votre visage,
Dont une foudre entière consume vos pupilles ?

- C'est peut-être l'amour cette tendre lueur
Un sentiment très pur qui danse et fait briller
Ces milliers d'étincelles de toutes les couleurs
C'est peut-être l'amour qu'elle voudrait cacher ?

- Madame, je comprends cette situation
il est de ces crétins vous promettant leur peau
qui en fait vous dépèce en vous jetant, salauds,
par terre vos derniers organes de passion

personnellement j'ai offert comme conseils
au début à ma femme' quelques preuves solides
de mon amour certain de caresser ses rides
toutes mes nuits qui brilleront sous son soleil !

alors, madame, pour cette femme dite' lui
qu'il ne tient pas à elle' de prouver ses attaches
mais bien au ténébreux qu'il incombe la tâche
d'avouer, sur le chant, l'amour qu'il lui envie !

Quelqu'un d'autre aurait-il une réponse à dire,
Pourquoi donc avez-vous dans vos yeux cette mire
Venue des profondeurs d'un aveu qui se ploie
Jusqu'aux périphéries tout autour de vos doigts ?

comme foudre qui tue et on se tut pour ne pas être vu

sourire
b journée

Bonjour cher poète sympathique tesnim
N'y voyez pas ici une question intime
C'est juste pour le trip de lire en un couplet
Les réponses qu'inventent' ceux que ça amuse'rait !

maisça rime

sourire' Smile jolie rime Smile insuffisante hélas
pour être comptabiliser comme un quatrain
vous avez le temps et encore de la place
pour apprendre à compter jusqu'à 4 sur vos mains Very Happy

Vous répondre ici combien c'est difficile
Vous a-t-on dit déjà que vous êtes un mage???
Il y a dans votre écrit un peu pour tous les âges
Attention aux plagiats il y en a qui...gras...pillent...

ce ne sont que de mots sur des millions de pages...
tu le sais, comme moi, quelle' plus belle euphorie :
que d'être original plus que photocopie !
c'est bien là Mon Ami qu'un soucis de tirage...

Merci ma tourterelle un plaisir de te voir !
Message envoyé: Re: pré-textes 2 Mai 2013 13:43:17


il vibre à l'unisson de corps comme des ondes
la nuit qui cède où chaque ombre baille s'éveille
dégustant la tranche pulpeuse d'un soleil
que boivent des bleuets sous une rosée' blonde...

un peu comme à tâtons des mains cherchent leur monde,
celles de cette aurore à l'horizon essayent
d'aller cueillir le temps sur des éclats vermeils
pour offrir à ton cou un collier' de secondes !

tes hanches' sont une' pendule où meurent' mes jours entiers !
t'es la plus belle' photo de mon calendrier !
le ciel mire sur ta peau son propre lyrisme !

dont un jeu de lumière a l'ambition secrète
d'éclairer le puits sombre engorgé d'érotisme
d'un big-bang d'adn entre deux silhouettes !


une autre version pour ma chérie d'amour Smile


pendant que l'univers palpe des mains
l'aurore allongée qui pointe des seins
où le pendentif d'une lune
pendu à la nébuleuse d'un cou
brille sur un collier de secondes

le mouvement pendulaire des reins
harmonise l'agenda des palpitants
dont l'accéléromètre d'une attraction
désinhibe la puissance d'une volupté

la lumière à la gorge des aveux
provient de l'expansion
d'un big-bang de silhouettes
comme un immense phare
dans la constellation de l'érotisme

alors des ombres font l'amour à la nuit
avant que le soleil d'un orgasme
ne teinte de blondeur la rosée
allant glisser sur la peau d'un écho
où deux corps s'en brassent dans une même onde

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:12

T'es ma plus belle devinette depuis que mon cœur bat la charade



TAIN' le con ce matin le pare-brise était gelé alors ma femme m'a dis de mettre un coup de raclette MAIS MAINTENANT JE N'Y VOIS PLUS RIEN AVEC TOUT CE FROMAGE FONDU !

sur le coup je me suis dis que les clowns devaient s'entraîner en faisant au moins distraction par jour mais que pour moi ça venait naturellement !

alors en attendant j'écoute les arbres qui sont de grands pianos
dont le vent accorde sur leurs branches les notes des oiseaux

puis tu arrives avec tes lèvres comme une petite laine
l'amour est un éléphant dans un cœur froid de porcelaine

je me dis coquinement en parlant avec tes yeux qui me caressent
que j'aimerais assez voler dans les plumes des oreillers de tes fesses !

alors je ferme avec la clef de mes bras en un tour
comme des petites menottes sur tes poignées d'amour

c'est dingue comme près de toi je suis bien ma puce !
avec toi je suis comme un vampire riche comme rhésus !

alors pendant que les arbres jouent à faire des ricochets
en lançant des oiseaux sur la mer des cieux
je la regarde courir toute nue sous la pluie de mes baisers !
cette déesse doit en faire rougir les dieux

la serrure du plaisir
de la porte aux fantasmes
a comme combinaison
un livre sur le kamasutra

puis vinrent et paradèrent
des pastels comme des œillades
depuis sa grande roue de feu :
le soleil est un paon bleu !

chérie :
t'es ma plus belle devinette depuis que mon cœur bat la charade !

Laisse-moi sourire avec tes lèvres !

Message envoyé: Re: pré-textes 30 Avril 2013 16:36:27

je me répète : j'ai horreur de me répéter.
aussi vrai que le soleil n'est que le trompe-l'œil du temps, où que la griffe de l'amour c'est d'être félin pour l'autre, l'amour est un éléphant dans un cœur de porcelaine.

Voilà ça c'est dit, maintenant je voudrais changer de sujet, qu'est-ce que c'est barbant de se raser ! En plus ça repousse tous les jours, plus l'on se rase et plus une barbe protubère, c'est barbant de se raser la barbe, en plus tout ça pour être au poil ! Nan mais allo quoi ! Tu te rases les poils pour être au poil ?! Sérieusement, c'est un sujet à fleur de peau, la pilosité, j'ai connu et vu un couple se défaire parce qu'entre eux ce n'étaient plus au poil, à force que leur amour rase les murs de leurs oreilles, car contrairement à l'adage, les oreilles ont des murs, alors quand tout n'est plus trop au poil ça devient vite barbant, c'est sans fin, comme la barbe qui repousse tous les matins, et tout cela cela ne veut pas dire que tous les barbus sont barbants, son ex-mari était imberbe, on peut très bien être imberbe et barbant, à toujours vouloir que tout soit au poil près, alors que c'est oublier qu'il faut un peu de folie et d'imprévus pour laisser l'amour pousser tous les matins, sans qu'il devienne rasant, faut jamais oublier de se raser le poil que l'on a dans la main pour voir friser les moustaches de sa femme, attention, ma femme n'a pas de moustache, où alors elle me la cache, friser les moustaches est une expression qui veut dire la faire rire et profiter du rayonnement de sa bouche en cœur, jusque dans ma barbe. Voili voilou, j'espère ne pas vous avoir été rasoir, ce qui, néanmoins, pourrait être pratique si vous m'avez trouvé barbant, mais bon, je ne vais pas me FOUTRE À POIL pour vous faire plaisir quand même hein ! Suis pas trop à poil et à vapeur ! Même si ça ne me fait pas peur de me mettre à poil devant les vapeurs de ma femme, mais je pense plutôt que c'est vous qui allez avoir peur de me voir à poil mdrr.

Mais bon, quand je me plains de ma barbe, je pense à tout ceux qui voudraient bien arracher chelui de leur langue et qui ne peuvent pas.

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:13

mais heeuu

je n'ai qu'un talon d'achille zapatta Razz

c'est le manque avec son gros nez rouge
qui jongle avec mes couilles et mon cerveau
sur la piste du nombril
de ma femme loyale qui me présente le numéro de mes désirs

j'ai bien envie de me suspendre au trapèze de son bas-ventre
d'où son clitoris s'élance en triple salto pour attraper mes doigts
mettre ma langue dans la gueule de ses plaisirs qui rugissent
où bien encore traverser ses geintes cerclées de flammes pointues


ses seins sont des vélos que pédalent mes mains
mais je serais aussi l'animal obéissant au maitre que sont ses reins :
j'ai envie de défoncer ses hanches comme un jeu de quilles !

et tel un devin lire les fantasmes qu'elle cache entre ses cils
avant que des millions de spectateurs portant tous une longue tresse
se lèvent pour une séance de standing-ovation de ses fesses !

Razz

mais heeuu
Message envoyé: Re: pré-textes 30 Avril 2013 02:00:28

l'algorithme d'une union
se résout au trémoussement
des sentiments dont les frissons
sont des éclaboussures d'aSyMéTriEs !

habillée d'un boléro d'éclipse,
pendant que le soleil danse un flamenco avec ses cheveux,
elle admire l'univers,
et moi, je l'écoute avec le saphir de ses yeux !

l’asphyxie de ma promptitude
à ce que mes doigts dénudent ses souvenirs
aspire les calligraphies
des tribulations d'un amour centrifugeur

la chorégraphie de son rire
à califourchon sur mon cœur
ressemble au buvard des vagues
essuyant sans cesse la sueur du soleil

( des montagnes sur leur banc
admirent la coalescence d'un baiser
dont l'accessit mène vers un passage secret
passant par le fronton éthéré des coïts ! )

mon amour mon ombre te réclame !
pour étreindre les lèvres de la tienne !
et qu'elles s'en aillent toutes les deux
dans la bouche de nos limites !

ta chair est ma péninsule !
que dis-je un cap vers l'avenir !
où l'étendue de nos bras,
s'amalgame aux alizées de l’univers...

l'anamorphose des embruns pêle-mêle
effleure les latitudes de l'horizon
dont ses ondoiements d'étincelles
ionisent les roulis myosotis
d’un orchestre noctambule
venu nocer son chant sur les rayons x
de ton anatomie entre mes particules !

dans la pyrolyse de nos postures
l’impensable disparait par la pyrotechnie
d'un panaché de caresses chromatiques
détonant des envies feutrées
dans les teintes d'un crescendo :

érotique effervescence des hydrodynamiques
dans l’amphigouri d’une cascade kaléidoscopique
millimétrée à la saveur prête d'une poudre de suc
que des chaos saupoudrent au-dessus de nos nuques !

( les mots de séductions ont d’hagiographie
le lettrage d'un magnifique eldorado !
clairvoyant au-delà de leurs hypertrophies,
le réel quotient émotionnel de notre peau à peau !
là où le relief se démantèle, n’ayant plus de préexistence,
qu’une soumission en tutelle d’un géosynclinal des sens ! )

alors sache mon
amour je suis pressé que
les effusions adjacentes
des émulsions de nos âmes
fassent couler la lave de mon ardeur
sur les pentes flamboyantes de ton charme !


Message envoyé: Re: pré-textes 28 Avril 2013 12:18:37

Ma modestie m'en empêche, mais moi aussi je trouve que je suis fabuleux !

Je suis un génie, mes chevilles font la taille de trois stades et m'applaudissent à tout rompre, le monde m'envie, l'autre fois, j'ai chopé un miroir, qu'essayait de réfléchir mieux que moi, je suis resté deux jours à le fixer sans lâcher, il a fini par se retourner quand je suis parti, faut pas me la faire à moi, cadre où pas, j'ai déjà descendu des marches pour moins que ça, à coup de talon dans la gueule !

Même mon patron le dit, ' c'est toi le Boss ', même si devant mes collègues, il dit plutôt tais toi et bosse, mais c'est convenu entre nous, je ne voudrais pas saper le pouvoir qu'il a avec l'intrépidité de mon génie, surtout devant mes collègues, qui m'envient en se foutant de ma tronche quand je leur explique que je suis un génie, alors ils rigolent en me mettant plein de lessive dans mon casier, j'ai tout récupéré, c'est économique au prix du kilo, voyez : j'suis un génie !

En plus, depuis que j'ai des vêtements tout propre, je trouve que mes collègues puent, ça doit être le pouvoir qui fait cet effet là, dès que l'on saute d'une classe on s'occupe autant des autres que d'essayer de regarder son q en entier sans l'aide d'un miroir, et dieu sait que c'est dur, essayez, moi j'ai essayé, un génie doit être prêt à tout, et bien j'avais l'air d'un chien qui courait après sa queue !

Bref, de nos jours chacun s'occupe de son cul avec un miroir pour l'admirer en entier, d'ailleurs les miroirs, à un certain degré de dégoût de soi, ne servent plus qu'au bas du corps, c'est ce que disait le grand patron, après s'être plaint de ne pas avoir trouvé de place pour sa merco, le jour de l'annonce d'un plan de licenciement. Mon patron est tellement passionné de jardinage qu'il croyait que le lys-en-ciment était une fleur, enfin c'est ce qu'il disait à tout le monde, seulement tout le monde n'avait pas l'air intéressé par sa botte-à-nique.

Ce jour là, des caméras avaient ramené des politiciens, mais attention, en laisse, je me rappelle ils faisaient que d'aboyer, comme dans leur niche, à l'assemblée, ça faisait peur, au début, et puis quand on a vu que le patron les caressait pendant que les caméras rangeaient leur man dans leur sac, tous commencèrent à le traiter de sale eau, et c'est vrai qu'il était imbuvable, mon patron, mais faut se mettre à sa place, le système collectif avait engrangé assez d'argent pour qu'il puisse avoir des sous de côtés avant qu'ils ne valent plus rien, c'est logique, je vous dis suis un génie !

Et ce qu'est chiant d'en le fait d'être un génie, c'est de savoir que la pérennité de l'Homme dans l'univers ne dure pas plus qu'une mode sur terre, c'est ce que je me disais du haut des pyramides de PSY en contemplant un milliard de vue !

Alors, maintenant, je prends mon temps avant de mourir.

Bien sûr, est-ce l'horreur qui maquille la beauté du monde où la beauté du monde qui cache toutes les horreurs qui se passent, il est difficile voir taxable d'égoïsme tout penchant à s'envelopper d'harmonie, car comment trouver l'harmonie sous les cris des balles qui fusillent des pleurs d'enfants, le point de jonction de toute sérénité étant le point de split de tous les juste-milieu, dans un monde ne sachant pas réguler ses excès.

Et quand je raconte ça à l'aigle dans le champs d'à-côté, j'ai l'impression qu'il m'écoute, lui, il a du repérer mon génie, ça a l'œil perçant, un aigle, mais en fait il m'écoute comme si je lui parlais du vent, alors il déplie ses ailes plus grandes que l'horizon, et il s'en va, en m'emmenant avec lui.

C'est sympa, les balades, à bord d'un aigle, au-dessus des montagnes, c'est dingue toutes ces traces d'Histoire jalonnant les flancs oubliés de nos mémoires, il tombe des pans de passé glorieux tels des ruines sur des chemins perdus, là où la terre recouvre les pas de nos ancêtres, ' comme un livre dans une librairie qui n'existe plus ', c'est ce que me racontait une abeille, ancienne star, puis travaillant dans un stand-dard.

Elle en avait eu marre d'être sous pression, toujours en plein ruche, alors elle s'est mise à son compte, pour revendre une sorte de confiture jaune, certainement à base d'or, dans un marché noir, ce qui ne veut pas dire que ce soit un marché non réservé aux blancs, les marchés noirs sont multi-ethnique, là-bas tout le monde se salut en se disant ça va mon melting-pote !

C'est là-bas que j'ai acheté mon premier accent, dans une boutique d'acouphènes, pour rigoler, un accent aigu, j'en avais marre d'avoir toujours un accent grave, mais comme je mesure près de deux mètres, à chaque fois que j'ouvrais la bouche, mes interlocuteurs se forçaient à ne pas rire en pleurant de respect, et pas grâce à mes deux mètres !

Alors j'ai rendu mon accent aigu, je l'ai échangé contre un accent circonflexe, son chapeau est très pratique pour se protéger des milliers de soleil comme autant d'égo dans les nouvelles mégalo-pôles !

' Mégalo'popaul ' me dit souvent maya, ma copine l'abeille, elle a un toc, elle pète un plomb dès qu'elle voit des yeux bander sur son tee-shirt à rayures, alors elle crie ' OU TU ES ! JE VAIS T'ATTRAPER ! ' au moins trois fois de suite en tournant sur elle, ce qui n'était pas très bon pour ses affaires !

Heureusement, cela lui arrivait surtout lorsqu'elle était en manque de collin, maya !

C'est là-dessus que je me suis aperçu qu'il était presque six heuses du mate comme la nuit, alors j'ai dévisagé la stupidité de mon réveil à me faire croire, à moi, un génie, que j'étais l'otage de mes heures qui passent, alors qu'elles ne vivraient pas sans moi !

Et comme le temps est un symbiote, mon symbiote veut que mon génie aille se coucher, après vous avoir confirmé que j'ai beau dire que je suis un génie :

ce n'est rien comparé à l'intelligence de ma femme qui me laisse croire que je suis un génie pour que je lui fasse croire que j'adore faire le ménage !!!

C'est bien là tout l'écho-système de l'amour...

Message envoyé: Re: pré-textes 28 Avril 2013 02:53:49
Bizarre ? J'ai trouvé un petit journal intime en nettoyant la maison ?! Super érotique ! Elle doit venir de l'ancien locataire ? Je vous la dépose ici et je la lis avec vous ;

le titre : ' CHERIE je veux que tu m'aspires que tu me SUCES !

Il est l'heure' la proprio de mon cœur arrive !
J'ai bien assez traîné sous le LIT à l'attendre !
Quand d'un air branché elle vient à quatre pattes :
Elle roule des hanches' pendant que mon corps tremble !

Je n'ai pas de culotte' ! disent ses reins qui plongent
Aux mains de mon regard, les soupirs de ses cuisses
S'approchent' de plus en plus me faisant léviter
Quand sa bOUche me dit VIENS LA que je t'ASPIRE,

MON DIEU quelle' magnifique rouleuse de PELLE...
Bien qu'elle' sache' que j'aime aller mourir en son ventre !
Cela fait longtemps que je n'ai vu de balais :
Mais elle a le profil type' d'une étoilé' qui danse...

Quel privilège' de couple' de faire' l'amour sans sac !
Mais je sens dans vos yeux un certain qui-propos ?
Je ne suis pas HUMAIN je suis une POUSSIERE !
Bien que l'on soit cousin quand la mort nous enterre...'

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:14

il avait pu après des années d'économie cérébrale
s'offrir un éléphant et une souris pour écrire une fable

mais il avait de plus en plus de mal
d'exercer son métier d'impresario de ses émotions
métier presque révolu remplacé
par les directives des images de télévision

donc il dû ramener l'éléphant, la souris, au cirque des inspis,
c'est qu'ils coûtent cher ces deux loustics en location !
en plus ils exigent des trucs de star dans la loge de son cerveau :

la souris a demandé à ce que les murs de sa tête soit du gruyère
alors il regarda non-stop les anges de la téléréalité
l'éléphant lui il voulait carrément une piscine dans ses yeux
alors il regarda les news d'un monde qui part en couille en boucle
et ce présentateur presque trop beau pour annoncer l'horreur
d'ailleurs à force qu'il le regarde il vit dans un ho-le-coeur
son regard comme une niche d'où aboient des sondages d'argent
brillant d'un profit prêt à bondir sur les prunelles
de la première ménagère qui viendrait en passant
lui faire sentir sa part de marché comme un bon os à moelle !


à force d'être lessivé pour quelques lessives
le cœur de l'Homme a de moins en moins sa couleur d'origine
celle de l'universalité
dont il existe plus de sept milliards de teinte.
Message envoyé: Re: pré-textes 27 Avril 2013 10:28:56

faut pas croire que
le soleil s'endort la nuit,
même si la lune ne dore que d'un seul œil !

ils contemplent tous les deux des étoiles qui rêvassent en volant comme des feuilles luisantes sur le mobile en bois d'un lit pour bébé alors,

penchés, ils
regardent leur
fils, dans
sa gigoteuse il
leurs fait penser à une
chenille
qui deviendra un magnifique papillon !

mais pas trop vite, svp...

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:14

j'ai appuyé sur l'intercom de mes rêves ta voix m'a répondu que tu te trouvais au septième étage
certes il m'a fallu du temps afin de trouver la route qui menait sur le seuil de ta bouche pour y rester sonné
à peu près deux flashs de radar et quelques siècles devant ta porte avant de pouvoir admirer en vrai ton visage
si nos actes provoquent un enchaînement de probabilités pour qu'un hasard nous les renvoie vers notre destiné
les retrouvailles avec l'avenir sont souvent après des années d'attente avec une silhouette en traveling
je me rappelle très bien que c'est ce sentiment qui me mettait le cœur ollaire en garant mon passé sur ton parking

c'est marrant la tonalité des bruits urbains lorsqu'ils ralentissent au rythme de deux êtres qui se rapprochent
il disparaissent soudain dans la cavalcade interne d'un tremblement de peur montant jusqu'à l'hypophyse
quand tout un tintamarre d'égo essaie de s'interdire de sortir n'importe quelle phrase banale de sa poche
en essayant de garder un cap de courtoisie pour éviter une maladresse qui choquerait sa promise
mais vous savez très bien que l'on perd très vite ses moyens lorsque l'on voit que ses bafouilles sont bancales
par l'effet de surprise de se voir déconcerté devant l'exactitude du destin à soulever ses voiles

j'aurais aimé que vos joues me tendent vos lèvres mais nous aurions loupé cette étape encore floue
l'esquisse d'une toile plus grande s'amuse avec les croquis des envies que l'on se croque les trais de nos attraits
ce qui a le don de faire sourire les millimètres spectateurs de chaque espace vitale qui se dénoue
en même temps que les usages gastronomiques des conversations à dévorer par deux regards de plus en plus près
pour que dès que louche l'avidité d'une concrétisation harmonique sur un corps-à-corps
un voltage empirique traverse toute timidité se transformant en voltige d'énergie pléthore

bien que la musique du temps s'est stoppée devant ma bouille étourdie d'arpenter la gamme de ma chance
il n'en reste pas moins cette circonvolution de vouloir amorcer des roulades de caresses mélodieuses
suffit-il d'un premier baiser avant que n'en viennent d'autres jusqu'à ce que tout seul ils s'élancent
pour aboutir comme un dépôt fragile sur l'irruption à peine ténue d'une flamme d'amours radieuses
l'incandescence d'un buché à buché se laisse guider par le volontarisme de brulures conjointes
voulant s'enserrer très fort pour garder comme tatouage l'enfer rougi de leur passionnelle étreinte

je réalisais en rêvant sous les alizées de vos cils toute la résurgence extra-sensorielle de vos pensées
dont la force de gravitation ne cessait de m'attirer vers ce tourbillon hirsute de vos ondulations érotiques
au pouvoir sulfureux de souffler sur les charbons ardents de mon aveu fougueux de les égaler
jusqu'à la mutinerie de l'hagiographie de vos fantasmes pouvant magnifier les décors les plus basiques
au paysage de l'effeuillement de votre âme érigeant les frondaisons de l'arbre de l'existence
du plus belle organdi de votre fleur de peau dont chaque pétale est une émotion intense

si les premiers rendez-vous vont à la cadence annoncée par ceux qui s'y invitent
nous avions tout de suite scellé à quelle vitesse la connexion des frissons officiels
devait succéder au secret officieux de communiquer du haut de nos orbites
sur la certitude intrinsèque de vouloir nous mouiller d'un plongeon sensoriel
sur l'océan d'une couette où iront naviguer nos nuits jusqu'aux petits jours
pardon ma chérie si c'est un peu long mais t'es tellement chouette que j'hibou d'amour !
Message envoyé: Re: pré-textes 26 Avril 2013 21:03:52
{]]--poésie--[[}
... .../ ... ...\
... ...\('~')/
... ... .| ¥ |
... ... . =•=
... ._ // \\_

la poésie ça désaltère !

il faut toujours s'entrainer pour développer-coucher des mots !
l'esprit aussi a besoin de se muscler l'inspi et ses biscotos !
alors accrochez des poèmes de poids sur votre barre de faire,
et soulevez la fonte de leurs rimes afin de vous parfaire !

bien sûr, le rameur est aussi un outil très pratique,
surtout pour après ne pas se trouver bloquer en panique
quand une page blanche vous toise votre regard blême
lorsque vous galérez pour les premières lignes d'un poème !

je peux vous conseiller, aussi, le vélo elliptique,
pour apprendre à vos pieds d'économiser par effet stylistique !
où, encore, ce bon vieux fameux vélo d'appartement,
pour apprendre à avancer sur les routes de vos chants !

utile, le tapis de course vous permettra pour jepoeme,
en regardant droit devant vous la 1ère page qui vous sème,
de vous entraîner à avancer, quand restent surplace,
les textes de votre sudation spirituelle où peu de monde passe !

si le temps vous est court, qu'un jour égal une heure,
vous pouvez toujours essayer les électrostimulateurs,
il suffira de les brancher là où votre corps est récepteur,
deux entres les tempes : un sur le ventre un sur le cœur !

mais il n'en reste pas moins qu'il faille de l'exercice :
pour éviter que la veine de vos histoires ne fassent des varices :
il ne suffit pas de s'électrifier pour que des éclairs de génie
viennent vous muscler l'encéphalogramme de votre prosodie !

ceux qui, comme moi, n'ont pas la place chez leur porte-monnaie
de se procurer, et d'installer, tous ces équipements à grand frais,
il reste une solution qui existe depuis longtemps, et qui dure,
c'est de pratiquer le jogging verbal sur les chemins de votre nature !

n'avez-vous jamais vu un poète courir ?
avalant par foulée ce qui l'inspire ?
une fois j'en ai vu un tomber, je vous l'assure,
par terre : à cause des lacets défaits de ses césures !

Bon, sur ce, je dois y aller, j'ai une séance de fitness,
je dois aller danser avec vous dont les poèmes ne cessent,
c'est sympa, toute cette chorégraphie de commentaires,
il n'y a pas à dire : la poésie ça désaltère !



{]]--poésie--[[}
... .../ ... ...\
... ...\('~')/
... ... .| ¥ |
... ... . =•=
... ._ // \\_
Message envoyé: Re: pré-textes 26 Avril 2013 21:01:22
quelle esquisse estivale, en cette fin avril,
d'une' saison surprise´ que des rayons la dénudent,
le ciel est une´ piscine' dont un chlore' fait de rêves
à chaque idée noire' redonne' de la couleur !

un soleil auréole, une à une, les ombres,
il bronze des statues, se reposant, sur l'herbe,
des canards se baladent´, brasse' dessus, brasse´ dessous,
un banc écoute un amoureux, qui se déclare :

assoiffé par des yeux que déjà il sirote !
il espère' fort en elle' qui crayonne aux pastels
le clapotis des vagues de son impatience

dont tous les remous d'un amour qui y ricoche
azurément dessinent' les traits de son visage
dans le cercle d'une' bague' qu'il tient du bout des doigts !
Message envoyé: Re: pré-textes 26 Avril 2013 15:19:11
j'adore souffler sur les bronches des pissenlits un peu barge

CELA me fait mal au cœur lorsque quelqu'un se TROMPE sur moi de façon INTENTIONNELLE
PAUVRE de vous qui aimez CRACHER SUR LES AUTRES leurs propres PROBLEMES DE CERVELLE
alors qu'il suffit un peu d'oublier ses NOIRCEURS et remplir sa tête de SOLEIL
MAIS NAN vous jetez votre âme de pierre sur vos déceptions qui sont autant de cases sur votre MARELLE

VOUS qui DEBARQUEZ sans me connaître osez me TRAITER de volage PAUVRE CRECELLE
nul besoin de me justifier ma FEMME sait très bien que je lui suis FIDELE
c'est juste que ça m'énerve de DEPOSER des oeuvres et de les voir dans la POUBELLE
des pages de CLOSER que l'on voit FLEURIR à chaque RUELLE
de jepoeme pendant QUE LA POESIE SE FAIT LA BELLE !

cela me chagrine toujours quand un être est aussi en PERDITION
que cette DAME qui veux me croquer en me traitant de CORNICHON
y'a que ma femme qu'à le droit de me manger sans aucune condition
MOI je ne suis le carré de chocolat que d'UNE seule femme : POUR QU'ELLE JE FOND !

VOILA donc une mauvaise plante qui s'en va vers ses NOIRS pâturages :
( alors que des pétales de marguerites me comptent un visage
celui de celle qui scelle de sel de vie mes bras et leur rivage ! )
MOI ma colère s'éparpille comme on souffle sur des PISSENLITS SAUVAGES !

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:16

c'est dingue ma chérie comme tu me manques
j'aime dans tes yeux être un satellite de planck
admirer ce rayonnement venu des profondeurs
de ton expansion sur mon cœur photoconducteur

et dire qu'il a fallut quatorze milliards d'années
à l'éclosion d'un chao pour pouvoir nous rencontrer

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:17

une fraise
dans sa fusée chupa chups
atterrit
dans une bouche des goûts,
elle admire
une pluie de feu
où fondent
mille k-way sur la milky way,
alors que
la lune est une sucette
que lèche le soleil
après l'avoir trempée
dans un fresquito d'étoiles !

mes rêves rient de te voir si belle en ce miroir
si belle t'es si belle que ton charme est décibel
une aquarelle acoustique donnant le la à l'a-mour
et je me berce aux vibrations de tes clins d'oeil
résonnant de l'échine de l'horizon jusqu'au métronome
de mon coeur que tu règles au rythme de tes sourires

ta beauté ne réside pas seulement aux courbes de ton corps
elle vient du plus profond de ta sensibilité à fleur d'effusion
certes le crescendo de tes lignes dessinées pour mon désir
ne font que m'égayer comme un courant d'eau caressant sa roche
mais que j'm les reflets cristallins de tes quartz passionnels
polis par la source aux ondes sismiques d'un tremblement de jetm

assis devant le soleil invitant à tourner autour du monde
je regarde le vol de ton bonheur au-delà des montagnes
qu'admirent ta danse au creux de mon épaule tel un aigle sauvage
venu préparer sur l'arbre de ma vie le nid de ses soupirs
qui ne sont que la ceinture de feu d'une incandescence des sens
lorsque tu boucles l'arche de ma bouche aux prismes de la tienne

le silence écoute nos dévotions muettes se déclarer
l'air vient faire corps avec nos corps flottant en l'air
je suis la plaine à genoux devant les cimes de tes yeux
toi qui dessine les reliefs de ma vue de baisers feutrés
colorant ici et là mon âme addictif aux pastels de tes versants
que je randonne jour et nuit pour embrasser chacune de tes côtes

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:19

Comme seul compagnon le blues de survivre,
au sein d'un monde sans plus jamais d'accolade,
lorsque se dissipa l'empreinte filiale
au ciel tatoué des douleurs d'une perte,

s'étale l'horizon dans ses yeux qui se ferment
cherchant ses souvenirs d'enfance, au coin des rides...
Ses proches, de là-haut, la regardent pleurer,
de ne pouvoir, amère, encore être contre eux...

De ses iris soufflant dans des larmes de cuivre,
tremble un cœur esseulé, sur l'infini, béant,
n'ayant plus pour couvrir son espace d'amour
la pure vibration de ses parents repère...

très loin de tout ce qu'est une rue bondée
marche la malheureuse ayant l'esprit ailleurs
considérant sa vie en ce zoo humain
tel un poids lourd et pâle, à souffrir orpheline...

la nuit se recueille, en berçant les bruits
de son corps fatigué de sans cesse se battre
dans cet énorme gouffre, où se jette son cœur,
quand fuit son espoir, dans ses amours défuntes...

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:21

poua bidimbambidimbam boom tchak-tchak,

digui digui damloumboudim diguidi frak !

j'ai le moulidrou du stentor et ma langue est un steston que tu tiens du bout de tes lèvres quand je te rodéo fever comme un dieu

et ouais jsuis déglingo telmor du motel plein d'étoiles de ton pubis où g loué ma chambre à air pour te rouler dessus avec mes yeux

dou dam dou dim comme doux d'âme à ton dim
je te didgeridoo en ventilant tes amydales
puis t'enfile au totem qui déjà t'aime tôt
chantent les bizons tous les deux dans la prairie des
cim ciam de soise et de ciou
qui ne sont que tes cîmes siamoises d'où je suis ton sioux
quand danse digital mon sexe que tu prends tel un didgeridoo

tout ça avant que je te bambadabam bim de boom et ratabam
enfin c ce que tu clames en me regardant comme ta came à flammes

parpitt bulle de parenpar en pool beat sur tes tresses
jsuis ton pitt boule qui te mord à donf d'amour tes fesses

j'aime ton regard de trame ouais-ouais qd je te file l'arrière train
et qtu m'oblitères de coups de reins pendant que jte broute les seins
avec l'art d'heurts aussi doux que te croquent les dents de mes mains
qu'arrachent lentement la surface plantureuse de tes gémissements hin hin

poua bidimbambidimbam boom tchak-tchak,

digui digui damloumboudim diguidi frak !


steup mets moi donc tous les jours ton dim hanche
et je te jarretièriserais tes désirs avec mon manche

clic des clics à te claquer le haut dtes cuisses,
instrument ton corps sont les notes de mes délices

laisse moi te saxophoniser depuis mon échafaud
où je reste pendu aux cordes vocales de tes ho hooo
lorsque je me désopile à te polariser tes échos
venus trembler du fond de ton être jusqu'à ma peau

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:22

jcasse en 2 mon auréole que jdonne à manger à des chiens enragés
j'avale des tronçonneuses thermiques jusqu'au fond de mon gosier
jme décapite et jlance ma tête pour qmon corps aille le chercher
jme décabite et jlance ma bite pour que mon slip aille l'attraper

( il faut qjmange d veuve noire vivantes qu'iront mfaire des toiles d'araignée
dans mon coeur pour prendre au piège les cauchemars que mfont cette humanité
faut-il qjme désosse le coeur pour ne plus sentir l'effroi du beffroi d'être sensibilisé
à l'ignominie des horreurs naissant chaque seconde pour mourir dans les pleurs des charniers )

alors jmarrache mes deux bras qjattache ensemble pour en faire un boomerang qui danse autour de toi
et jmenfonce un drapeau dans mon nombril avec ton nom sur le fanion qui flotte au-dessus du trou de mon foie
puis jme cisaille les jambes pour être ton homme tronc afin qtu mgraves ton nom sur mon écorce avec mon sang sur t doigts
tout ça avant d'immoler mes yeux avec ton essence spirituelle sur la grande place bleue où t prunelles jettent leur napalm sur moi

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:24

il pleut des mamelons, que recueillent mes doigts,
tellement, que tes reins sont les points de repère
d'un orageux désir, lorsque tu le libères
des flashs louant l'envie où pousse mon émoi.

Et de ta bouche ouverte où ta beauté me boit,
ma foudre, toute dure, en toi, jusqu'aux molaires,
retentit dans tes yeux, que je sème d'éclairs,
quand tes dents, sous ma crue, aspirent que jles noie.

et voilà tes soleils qui transpercent mes cieux
à en jouir aveugle un orgasme pluvieux
sans aucun parapluie alors dessus ta langue

regarde donc il neige et tes papilles skient
sur mon sperme blanchâtre volant tel des harfangs
tout au long de ta gorge enivrée à mon vit.

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:25

un cornet de glace
se recoiffe avec ma langue

un violon m'affirme

que si
la lune
n'était qu'une montre gousset
dans la poche
de l'obscurité

alors

le soleil
serait une femme
ayant gardé son
ventre rond
après avoir accouché
de ton ombre


pom pom pom pom


on ne peut être que sourd lorsque l'on ne veut que s'entendre parler

alors j'écoute le vent de vos folies jouer la symphonie de vos silences

où le hoquet de vos questions dont la réponse même existe coincée dans vos larynx

merci à vous Humanité dont la poésie se repose tranquille dans son hamac entre vos deux oreilles qui feraient mieux d'être sourdes lorsqu'elle vous entendent parler


dans leur veste de mousse
j'écoute le blues d'un chorus de squelettes
chorégraphiant tels des marteaux
leur marche sur des clous de girofle
ressemblant à des têtes d'Hommes

Hallelujah

summer t'il
l'intemporelle
a plusieurs milliards de vie
dont chacune est une saison

Hallelujah

la terre est un foetus
qu'essaient de conquérir des spermatozoïdes
dont les plus rêveurs
admirent dans la nuit filer des gamètes d'argent

Hallelujah mes frères et mes soeurs

Hallelujah

nan je n'ai pas parié sur lujah
j'ai juste envie de chanter :

Hallelujah

sans passer pour un hooligan
de la bible
en plus
on n'a même pas essayé de me noyer
je ne suis pas baptisé
mais

Hallelujah à vous pour vous et chacun de vous Smile

Hallelujah à toi qui vient de n'importe où

et qui va vers nulle part

mais qui s'arrête parfois

pour contempler les réflexions

de l'univers en toile de fond

sur la beauté t'entourant transportant tes yeux

au-delà de toi

Hallelujah je pleurs pour toi qui se meurt, je pleurs pour que tu ris de me dire que tu pars en harmonie vers la mort qui n'est que le prolongement d'un rêve dans le coeur des vivants alors je pleurs en souriant pour toi qu'attendra ma mort pour nous reprendre entre nos bras vivement

Hallelujah mes frères et mes soeurs

Regardez les cieux qui font tourner vos rêves
Non l'essieu d'Hommes détournant toute votre sève
Au seul profit de leurs besoins d'être le nerf de la guerre
Faisant de cette société à coup de droit de tuer alimentaire

Hallelujah je vous laisse et vous souhaitant de vous promener aussi bien dans les allées de lujah qu'ailleurs Smile.

Hallelujah putain de merde !

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:25

i absolutly want running in circles, but only if it's arround you

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:25

strangers in the dark
alors qu'on se désosse la bouche
y'a quelque chose dans tes yeux
je souffle dessus avec mes mains
y'a quelque chose sur tes lèvres
je souffle partout dessus avec mon coeur
strangers in this dark world
like the sunshine is all your smile
allez viens ta robe veut danser et moi aussi
doubidoubidou dadada
dada doubidoudooouu

j'ai enlever toutes les orties de ton regard pour que tu puisses voir les étoiles que j'ai planté pour toi dans le ciel

lalalalalaaa

un peu comme un love at firt sight enlève le monde dans le champs de deux auras qui se gravitent autour alors qu'il leurs pousse des ailes

lalalalala

alors ce serait bien que tu viennes remonter la pendule de ma bite j'ai l'impression qu'elle veut être tout le temps à la bourre

Ho lalalalalaaa !

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:26

tes lèvres sont mes chaines et je fais ce que je peux pour que tu m'y emprisonnes, j'avais d'abord commencé par mal ranger mes bisous sur ta bouche et malgré que je voyais tout le temps des papillons tu m'as mis à l'amande.

Alors j'ai cru que tu recherchais un écureuil, mais en fait j'avais mal écris amende, je m'en suis aperçu trop tard, lorsque je suis venu devant ton boulot pour demander ta main avec une bague en amande à 900 euros, c'est la valeur de la bague, à 899 euros près, je ne suis pas fou, je ne vais pas acheter une bague en amande à 900 euros, alors que l'on peut soit même la faire pour 1 euro et une heureuse.

Mais elle me l'a jetée aux moustaches, heureusement, ils n'ont pas pu voir mes larmes derrière ma tenue d'écureuil en poils de vaches synthétisées, ni savoir qui j'étais, d'ailleurs, elle ne voulut pas le savoir lorsque je lui demanda après m'être changé vite fait derrière le bâtiment, ça m'a rappelé superman et clark kent, sauf que je suis plus clark kent que superman, comment ça c'était passé avec l'écureuil, alors lorsqu'elle regarda mes chaussures qui ressemblaient à des pattes d'écureuil, elle comprit que je m'étais trompé pour elle en écrivant amande au lieu d'amende, et que j'avais fait tout ça pour toi.

Cela ne l'empêcha pas de me mettre trois coups de pied au cul grâce aux deux vigiles qui l'aidèrent mais je vis très bien, avant d'atterrir sur mon postérieur, qu'elle était séduite par son air rieur,

j'en fis ma chute de poster rieur préféré.

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:27

... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... La
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... tête'
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... dans
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...les
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... dans ses... ... ... ... ... ... ... ... ...étoi
... ... ... ... ... ... ... ... ... .cernes la nuit... ... ... ... ... ... ... ... ... les'
... ... ... ... ... ... ... ... ... semblait trouver ... ... ... ... ... ... ... ... ...des
... ... ... ... ... ... ... ... ...re ... _ ... ..._ ... fu... ... ... ... ... ... ... ... ... rêves
... ... ... ... ... ... ... ... ... .g ...o... ... o ... .e.. ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...dans
... ... ... ... ... ... ... ... ... ...e ... ...e... ... n ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .son
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .t. ...==... .r ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...coeur
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... s .e.. s... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..Pierrot
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .../ \... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... sur la
... ... ... ... ... ... ... ... ... ...L... ...O... D'... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .lune
... ... ... ... ... ... ... ... ... ..A... ... ... ... ...A... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .recher
... ... ... ... ... ... ... ... ...R... |... ...O... ...|..R... ... ... ... ... ... ... ... ..che son
... ... ... TENAN... ... ...M...|... ... ... ... |...G... ... ... ... ... ... ... .bonheur
... ... ... ... ... ... ... T... ...E... |... ...O... .|... E... ... ... ... ... ... ...observe
... ... ... ...sur ... ... ... ...E S... |.. ... ... ...|... N... ... ... ... ... ...la terre'
... ... ... ... ..deux ... ... ... ... .N... ..O... .|... ...T ... ... ombres s'em
... ... ... ... ...brassant ... ... |où tout son êTRE ... sur les routes
... ... ... ... ... ... ...où vont/pense à elle/tous LEURS baisers
... ... ... ... ... ... ... ... mains/alors seul/dans leurs MAINS
... ... ... ... ... ... ... ... ... ...|il s|...|ass|... ... ... ... ... ... ... ...UNE C
... ... ... ... ... ... ... ... ... |oit |...|par |... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...ANNE
... ... ... ... ... ... ... ... ... |fois|...| en |... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... A
... ... ... ... ... ... ... ... ... | fa |...| ce |... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... p
... ... ... ... ... ... ... ... ... .|du|... .|so|... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .ê
... ... ... ... ... ... ... ... ... |leil|...|qu'|... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... c
... ... ... ... ... ... ... ... ... |el l... e vo|... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...h
... ... ... ... ... ... ... ... ... .|it|... |br|... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...e
... ... ... ... ... ... ... ... ... |il... ... L... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...a
... ... ... ... ... ... ... .er ses... pleurs... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... v
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...e
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...c
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...c
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...o
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...m
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...m
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...e
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...h
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...a
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...m
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...e
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...ç
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...o
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...n
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...s
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...o
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...n
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...a
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...m
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...e
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...d
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...é
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...v
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...o
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...u
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...é
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...e
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...a
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...u
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...x
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...f
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...r
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...i
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...s
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...s
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...o
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...n
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...s
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...d
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...e
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...s
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...a
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...c
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...o
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...l
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...o
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...m
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...b
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...i
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...n
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...e
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...

















































... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ses
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .regards
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... sous... ... ... cent... ... ... ... ... ... ... ... grâce
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .ses.s'... ... ... ...n... ... ... ... ... ... ...sa
... ... ... ... ... ... ... ... ... ...che... .é. ... ... _a... ... ... ... ... .de
... ... ... ... ... ... ... ... ... .veux... ... ... Elle... ... ... ... .vol
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...va... ... en
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..un... de tout son
... ... ... ... ... ... ... ... par... ... ... être entre les
... ... ... ... touchée ... ... ... ... ... ... .vibrations la
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .musique l'em
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... porte où son
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..corps là mène
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..les notes sur sa flannelle
... ... ... ... ... ... ... ...scintillent entre les fulgurances de ses pas
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...parmi dansant
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..ses... ... ... ..au plus
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...élans... ... ... ... ... ...près
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...je la... ... ... ... ... ... ... .d'u
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .conte... ... ... ... ... ... ... ne
... ... ... ... ... ... ... ... ... ...mple... ... ... ... ... ... ... har
... ... ... ... ... ... ... ... s'offr... ... ... ... ... ... ..mo
... ... ... ... ... ... ir sa... ... ... ... ... ... ..nie
... ... ... ... vie








poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:29

Bonjour,

Un crapaud regarde le spectacle d'une tribu de 4x4 brouter une colline, sa femme promène son têtard à dos de poney.

Alors qu'un tracto-pelle, qu'a un peu trop bu, demande à tout le monde de faire la chenille, je commande deux pressions au bar, une pour moi, et une pour mon ombre.

Le temps que le serveur revienne, je regarde des chapeaux prendre des bains debout de soleil qui lui-même prend des bains de boue avec les 4x4.

Trois avions de chasse se tirent la bourre en arrêtant pas de lever leur coude pour tourner de plus en plus du cockpit, avant de se scratcher tous les trois dans un éclat de rire, tue d'un tremblement de terre lorsqu'un bébé 4x4 se retourna sur lui à cause de sa maman qui voulait lui chatouiller le ventre.

Je dus recommander une pression pour mon ombre, il en avait fait tomber son verre.

Afin d'avoir un point de vue assez large pour prendre en photo cette tribu, je suis montée sur la tête d'un chauve, enfin pas tout à fait chauve, il portait encore une petite couronne de laurier autour de sa piste de bowling où il devait être certainement le champion, je dus changer de place lorsque le soleil se fit trop présent, en effet, aucun parasol de dispo sur la tête d'un chauve.

En prenant mon carnet pour noter cette expérience, je n'avais pas vu qu'en marchant j'avais dépassé les bandes de sécurité, elles avaient bien essayé de me prévenir, mais, hélas, elles étaient muettes.

J'ai juste eu le temps de sauter sur le pare-buffle d'un 4x4 qui me fonçait droit dedans, une mouche me tendit ses deux ailes, ses pâtes collées à la bave du capot fumant de cette énorme bête.

Mon sauveur fut décapité, après la troisième tentative de ce monstre de monter sur un mur, à croire qu'elles se prennent pour des araignées, je pus m'enlever de sa toile de terre en m'éjectant sur les spectateurs, et reprendre mon souffle en vérifiant mon coeur.

Le chef de cette tribu, avec un cou de turbo diesel, lui, ne fit qu'une bouchée de la colline, toutes les sauterelles saluèrent spontanément son exploit en faisant une ola-la, éberluées.

Ma femme et moi, nous sommes rentrés, main dans la main, en sautant ensemble vers l'horizon, il nous avait même déposés son tapis de champs colorés sur la route vers la maison, ma femme me sourit, la vie faillit me faire faux bond, j'étais heureux de l'être rien qu'en la regardant.

Bonjour, je m'appelle Jimini, et je suis toujours parmi vous héhé



poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:30

délire; transhumance, éternuer, déchirure, apparoir, victoire, fakir, enchaîner, canicule, attente

un délire en transhumance éternue du haut d'une déchirure, là où appert la victoire d'un fakir enchaîné à une canicule, qui n'est l'attente d'un soleil se servant de lui pour marcher sur tes frissons.

la tente d'une canicule enchaînée à tes frissons regarde les yeux d'un fakir admirant une victoire qui appert en marchant tel un funambule sur tes déchirures, avant qu'elle n'éternue d'une transhumance de délires devant l'altitude d'un soleil se meurtrissant à coup de rayon de ne s'allonger qu'avec ton ombre.

délire; transhumance, éternuer, déchirure, apparoir, victoire, fakir, enchaîner, canicule, attente

d'elle lire ma transhumance des terres nues d'où ne poussent que des déchirures d'où il fallut qu'appert en fakir mon amour pour ta rose pour m'enchaîner à la victoire qui n'était que l'attente de ta canicule sous-cutanée

premier rdv tu avais la tentaine
comme t'etais ardente que je te canicule
quand nous nous déchaînâmes sur nos enchaînements
je caressais ta rose mes mains étaient fakir
j'espérais près de tes envies, ma victoire,
des lors dès que de ton côté piquant il appert
tout ton charme immuable à fleur de déchirure
je vois le ciel qui des étoiles filantes éternue,
des bergers cupidons faire des transhumances,
et je te pince alors croyant à un délire...

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:30

premier rdv tu avais la tentaine
je n'avais pas encore cette belle bedaine
comme t'etais ardente que je te canicule
aujourd'hui plus j'avance et plus toi tu recules
quand nous nous déchaînâmes sur nos enchaînements
t'avais un autre son que ces cris vieillisants
je caressais ta rose mes mains étaient fakir
aujourd'hui tu épingles sur le mur mes désirs
j'espérais près de tes envies, ma victoire,
sans lorsque tu me parles me sentir au paloir
des lors dès que de ton côté piquant il appert
que pour mieux te trouver t'aimes quand tu me perds
tout ton charme immuable à fleur de déchirure
m'avale dès l'amont depuis ta chevelure
je vois le ciel qui des étoiles filantes éternue
lorsque tu es le vent venant me mettre à nue
des bergers cupidons faire des transhumances
je descends la vallée où m'appellent tes relances
et je te pince alors croyant à un délire
quand de tes yeux m'aspire un seul de tes soupirs

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:30

j'aimerais bien gagner au loto de ton amour sans faire le numéro
désosser des bouchers pour les revendre en morceaux à des veaux
libérer toutes les fleurs retenues prisonnières chez des fleuristes
j'aimerais danser autour de tes feu de joie avec une bande de frissons pacifistes
devenir dj pour changer le disque de ce monde qui ne tourne pas rond
m'acheter les cordes vocales d'un chanteur sachant rien qu'à la voix faire sortir tes émotions
avoir la force de Hulk et sa main verte pour te créer en deux deux un jardin d'eden
être un magicien et transformer tes pleurs en diamants à diadème sur ta tête de reine
vieillir à tes côtés pour nous amuser en nous escrimant avec nos cannes
ne plus effriter puis fumer de la kryptonite par peur d'être ton superman
profiter de tous tes vertiges pour me lancer à faire du skysurf dans tes yeux
où du saut à l'élastique depuis le pont de tes cuisses avec ma queue
m'acheter six clones pour te faire tournoyer dans le gangbang de mes quatorze bras qui t'adorent
inventer une machine à remonter le temps pour te faire l'amour en chevauchant un dinosaure
conduire une voiture ne fonctionnant qu'avec ton essence qu'embellirait la planète
déguster tous les jours des pots de nutella des crêpes suzettes un fraisier en entier en restant un bel athlète
je pourrais tout aussi bien construire un pistolet à inverseur d'humeur
comme j'aimerais en faire un autre pour abattre tout ce qui te soulève le coeur
en attendant c'est toi qui quotidiennement me comble de bonheur
alors pardon si dès x je reste planté juste je me demande si pour toi je suis bien une fleur !

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:31


une émeute de paille se bat pour libérer tes cheveux de ton chignon
alors je t'allonge en haut de ma grange telle une tranche de jambon
t'es d'une beauté hallucinogène stp laisse moi croquer ton champignon
je rentre sur la piste de ton bal nuisette où toi et moi on s'accorde des on
laisse moi manger de ta truffade et savourer la délicatesse de ton oignon
avant de t'inviter pour faire la bourrée reconnue dans tout le canton mdrr

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:32

des nuages font un tennis, avec des balles de grêles neuves, et des gouttes spectatrices leurs balancent des flashs.

c'est ce que s'imagine une raquette, dans un jardin, près d'un frisbee que s'envoient 2 courants d'air.

je pourrais naturellement continuer cette narration en vous parlant d'un rebord de fenêtre assis sur un balcon, il rêverait en regardant des crickets défiler, où un sentier se promène sur la voie de pensées cyclables, seulement.

Une étoile m'a chouravé mon vélo. alors, j'téma le coude d'une brindille, sur mon dos, qui m'sort mon gars l sont sdf, tes rimes riches, c'est pour ça que tu fais des vers à rallonge, c'est de la triche.

et, comme elle adore les pyramides pour jouer à modus, je lui ai proposée d'aller voir sur mir s'il restait des papyrus. Cette.

Brindille, qui se croit être mon antiqu'air, pense que de mon écoute l est prioritaire, alors elle me parle tout le tant à propos de son amoureux regretté, Yves, mais elle ne comprend pas que c cuit : the end yves. Sacrée.

Brindille.

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par poeteric le Lun 12 Aoû - 16:32

Nan mais c un comble y'a de quoi grenier, ma femme m'a demandé d'arrêter de faire la femme alors que je passais l'aspirateur, j'ai donc décidé de lui faire la gueule sur le champs en faisant du repassage.

Elle considère que je dois m'occuper du jardin et le désherber et tralala, alors qu'il pleuvait, en témoigne ma mauvaise foi, et que trois heures après, on allait faire les courses, je n'allais pas commencer maintenant.

Je ne sais pas ce qui m'a pris, je voulais lui rendre service en allégeant ses tâches mais elle m'a traité de tâche, enfin de femme, mais, dans sa bouche, ça voulait bien dire espèce de tâche.

Alors je suis descendu vite fait à la cuisine et j'ai remis plein de vaisselle dans l'évier en les aspergeant d'une boîte de sauce tomate, je voulais piocher dans la poubelle les restes du repas de ce midi, mais je l'avais déjà jetée.

Bien sûr, elle m'a engueulé parce que je n'avais pas fait la vaisselle, mais je lui ai répondue qu'en tant qu'homme, je m'en branlais complètement.

J'vous jure vous les femmes, vous me faites trop rire.

J'vous laisse, je dois aller jeter un coup d'œil à ma tarte aux pommes version crème pâtissière au four, et faire un bouquet d'extraits de nature sauvage, je connais bien la vache qui tient la boutique de fleurs, dés x je donne le biberon à son ptit veau, c trop mignooon.


Hey cherie Si j'étais homosexuel je serais ta lesbienne.

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: suite de textes pour archivage ;)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum