Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
» compil de textes
Ven 15 Jan - 16:40 par poeteric

» Eros
Mar 26 Aoû - 13:09 par pendantce

» Premier Moment de l'Instant
Mar 26 Aoû - 13:07 par pendantce

» Amour Besoin
Mar 26 Aoû - 13:06 par pendantce

» Laissons Tout Reposer
Mar 26 Aoû - 13:05 par pendantce

» Etouffement
Mar 26 Aoû - 13:03 par pendantce

» Les goëlands
Mar 26 Aoû - 13:02 par pendantce

» Le Drapeau et le Paravent
Mar 26 Aoû - 13:01 par pendantce

» La Terre et le Propos
Mar 26 Aoû - 13:00 par pendantce

Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

      


Qui suis-je ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Qui suis-je ?

Message par poeteric le Sam 21 Juil - 14:21


Bonjour, j'habite dans les bois, en lisière d'une ville, j'ai la chance d'avoir un super panorama depuis mon balcon en bois, situé tout en haut d'un bouleau, et ça me fait sourire car j'ai l'habitude de dire que comme la plupart des Hommes j'habite au bouleau, je dis la plupart, étant donné cette floraison de chômeur, un ami castor me disait que l'humanité était dirigé par des mauvais bâtisseurs qui considéraient le lys-en-ciment comme une fleur, je trouve qu'il n'a pas tort, des fois je me demande si la vie n'est pas plus facile pour nous, en fait, en tant qu'écureuil, ma principale différence avec vous, c'est que j'aime mon monde à la noix.

Ce matin je cherchais des glands je pensais en avoir trouvé mais ils étaient cousus sur un couple de mocassins en pleine engueulade, j'étais dubitatif, je me demandais bien pourquoi ils avaient accroché des glands autour de leur cou, quand, sous l'oeil auguste d'un réverbère en satin, la lune abasourdie avant qu'elle en rigole, admira son reflet glisser entre les mains, d'une larme étourdie sur une joue molle : ( Un ciel dégagé de ses nuages teints, s'emploie à dévier la grande course folle, d'une étoile perçant le vélux suzerain, des soupirs du midi que soulèvent son col ) ' sentez-vous donc bruler le sein de votre ventre, avouait son regard sur son miroir sans trouble, ces soleils dans vos yeux m'en éblouissent diantre, ce souffle en vos cheveux c'est mon pouls qui redouble, quand pourrais-je fouler mon feu qu'en vous j'éventre,' Puis ce canard habillé comme un cochon de la tête aux pieds palmés vint nous tamponner dans nos pensées, il allait jactant avant que je ne l'impacte, nous restâmes ahuris, je lui demanda alors si il savait pourquoi les couples de mocassin ont le même pendentif de glands autour de leur cou, mais il continua à canneter en cancanant tout seul.

Il vient de sortir du restau, me dit un drôle d'asticot fringué d'une tenue A.Rico, il avait apparemment un rendez-vous dans ses frais apparats, mais elle était tellement obsédée par les détails qu'elle lui a demandé la fréquence exact de ses visites au toilette, ce qui eu le don de le faire rire jaune, surtout qu'il s'attendait à tout autre chose, du moins son annonce ne comportait pas de signe alarmant, à moins que, il se rappelait vaguement avoir lu qu'elle avait quelques folies, mais objectivement il avait plus retenu ses photos subjectives, amalgamant le tout dans une opinion toute relative à son sourire décolleté, c'est lorsqu'elle lui demanda s'il comprenait bien le langage des elfes des bois qu'il chercha comment il allait pouvoir s'en sortir, le premier des mufles serait parti prétextant que justement un de ses potes lutins l'attendait pour son cours de lutte, mais il se dit qu'il avait soif et qu'elle lui devait bien ça pour le déplacement, il enchaina alors en lui avouant à voix basse qu'il en avait croisé énormément dans une station, d'elfes, pendant qu'elle prenait l'air étonné lui surveilla du coin de l'œil certes la serveuse, mais surtout l'addition, prêt à disparaître dès son apparition, j'en fus même le témoin quand elle le maudit avec une drôle de langue qu'elle rangea dans sa poche avec sa carte bleue,

Dans la mémoire résiduelle des siècles passés, il était commun d'avoir le même compagnon jusqu'à la fin de sa vie, à quelques exceptions prêtes. C'est avec cette idée au cœur qu'elle décida qu'il était temps pour elle de le trouver, quitte à se tromper comme avec ce cochon déjà pris, mais elle s'en doutait, son discours était un fleuve pour ses bateaux, alors elle lui avait fait croire qu'elle était folle des elfes. Pourtant, elle ne négligeait pas ses efforts, cherchant dans les moindres recoins cet homme fabuleux qui allait enfin la marier. Il faut dire qu'elle travaillait beaucoup, et aucun de ses collègues ne semblaient à même de la mener sur les berges du bonheur, il y avait bien quelques célibataires, mais elle ne voulait pas concilier travail et amour, suite à une mauvaise expérience, et elle en avait marre, des expériences, elle voulait du concret entre ses rêves abstraits de passion commune. Une nuit, elle s'est même permis des photos exotiques pour rehausser son avatar sur son site en ligne, avec le soin d'éviter ces fameuses bouches en cul de poule, elle se photographia sous des licioles dans son meilleur angle, enfin surtout celui surlignant son profil gauche, trouvant que son bec de nez semblait proéminent du côté droit : il fallait optimiser toutes ses chances d'accrocher le premier coup d'oeil d'un coup de foudre potentiel.

C'est bien gentil tout ça l'asticot, mais moi depuis ce matin je cherche des glands je pensais en avoir trouvé mais ils étaient cousus sur un couple de mocassins en pleine engueulade, j'étais dubitatif, sais tu toi pourquoi ils avaient accroché des glands autour de leur cou ?

mais vois tu c'est bien là l'état actuel de l'amour, l'envie irrémédiable d'une attraction cis-voulue, un peu partout, même sur des sites de rencontres, un ami fouine m'a rapporté secretement qu'il avait cachésa situation de couple, il avait même rajouté qu'il était aussi pauvre qu'un poète du seizième siècle mais etait tres curieux de la vie, moi en tant que canard il est hors de question de déposer de la tune pour une histoire d'A de fortune, même à l'époque où je fus célibataire, je n'aurais jamais pensé à dépenser pour panser mon petit cœur esseulé, mais il est vrai que ce processus est intrigant, payer pour rencontrer, bien qu'il soit dit que l'amour n'a pas de prix, mais établir une relation sur des bases vénales montre bien l'état actuel de l'amour, une fable qui se tarit par être tarifable, du proxénétisme soft. Bien sûr, il faut vivre avec son époque, et celle-ci, où la femme a enfin plus de droits que de devoirs, est une course vers l'aboutissement de son moi, hélas souvent accompagné d'un narcissisme exacerbé dans l'image de soi que l'on voudrait faire réfléchir dans le regard des autres, quitte à s'oublier pour en devenir l'image copycat ronronnant sur la mode et ses dictats, Il est certain, aussi,, que le facteur Temps de chacun est un point important pour la réussite de ces sites d'amour à la fastfood, comment consacrer quelques heures pour découvrir une autre personne, quand déjà nous courons après une poignée  de seconde pour nous même, pourtant, l'amour est un travail à temps plein, difficilement conciliable avec les impératifs de nos asservissements salariales,

Cela ne repond pas à ma question, tu m'as pris pour un poisson l'asticot ? ce matin je cherchais des glands je pensais en avoir trouvé mais ils étaient cousus sur un couple de mocassins en pleine engueulade, j'en suis resté dubitatif, je me demandais bien pourquoi ils avaient accroché des glands autour de leur cou ?

bien sûr, pour repondre à ta question, devant mon verre, lorsque que l'autre parti en grognant, j'ai proposé à cette jolie femme de trinquer, sans ironie, à la santé des fées des bois, j'étais déjà catalogué dans ses yeux comme un drôle d'asticot pour un canard.

...............................Et il
...................................parti entre
................................un des colverts
....................................en cueillant sur la rive
......une.........................des pommes vives
.................................glorifiant
............longue..............sa beauté
........aile..........................quand il
.......................en...............se sent
..................l'air........................tout tarte
................................et pas tres fier de ne
.........................savoir son homme en cancanant
..................d'un rhizome essayant de plaire
........en montrant ses chromes pour l'inviter
.............au verger des guerriers de
............................sparte...le
.................................long.....du
....................................ventre...bleu
..................................des....vagues
................................qui........se
..................................moirent...aux pétales
......................................de lys et leur voile imago
.........reflétant des en/je la passion à valoir
............le temps que l'on existe au choeur d'un
...............................................................même écho

Ce matin je cherchais des glands je pensais en avoir trouvé mais ils étaient cousus sur un couple de mocassins en pleine engueulade, elle lui faisait la moue, il ne savait pas quoi lui répondre, il regardait le sol pour voir si son cœur ne s'était pas délacets, mais c'est toi qui a voulu essayer, répliqua t'il, elle lui tourna les talons en lui tirant la languette, il se sentit mal dans ses baskets, bah oui mais tu vois même à droite tu fais toujours aussi gauche, le raillait elle, oui bien toi tu es la plus maladroite à gauche, voulut il trancher, avant qu'ils ne reprennent enfin leur place, tu vois, lui dit il sur un ton victorieux, nos pas trouvent mieux leurs repères, et puis tu sais, dit il sur un ton plus langoureux, je t'aime tu es ma paire, grr, murmura t'elle, je voulais savoir si t'étais à ma taille, qu'importe la hauteur pourvu que ça marche entre nous, rougit-il, puis, jambes dessus jambes dessous, ils partirent jouer à chat en courant l'un après l'autre, moi j'étais dubitatif, je me demande même encore pourquoi ils avaient des glands accrochés autour de leur cou ?

' c'est un signe fort, envoyé à l'autre, d'appartenance, dont la réciprocité rapporte une certaine élégance à la démonstration d'une notion d'amour,' me dit un aigle de ses hauteurs, avant que d'un air serieux un merle moqueur enchaîna ' je peux comprendre qu'en tant qu'écureuil il vous semble curieux de retrouver vos glands comme des preuves de triomphes, mais ne pensez pas qu'ils se déguisent avec de la nourriture en guise de guirlande, l'emballage n'est qu'un avis décoratif sur l'importance de leur imprégnation anatomique ', ' tout animal n'est pas bête pour autant ' voulut intervenir une oie, et ce n'est pas évident pour un écureuil, d'écouter une oie cacarder.

.............- hihihi
.........../
......( \__/ )....~... ~.
...../.0..0..|../...........'
..{.o.__,....\.\..........{
...../...........)/...........\
.....|..-.|.'-'..\\...........}
....(....._(.....)..____/
.....'.--.~.__/



poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum