Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
» compil de textes
Ven 15 Jan - 16:40 par poeteric

» Eros
Mar 26 Aoû - 13:09 par pendantce

» Premier Moment de l'Instant
Mar 26 Aoû - 13:07 par pendantce

» Amour Besoin
Mar 26 Aoû - 13:06 par pendantce

» Laissons Tout Reposer
Mar 26 Aoû - 13:05 par pendantce

» Etouffement
Mar 26 Aoû - 13:03 par pendantce

» Les goëlands
Mar 26 Aoû - 13:02 par pendantce

» Le Drapeau et le Paravent
Mar 26 Aoû - 13:01 par pendantce

» La Terre et le Propos
Mar 26 Aoû - 13:00 par pendantce

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

      


Méli mélo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 5:23

petit coucou pendant que vous passez :




















................................`·.¸¸ ><((((º>.·´¯`·><((((º>
............................................><((((º> ·...><((((º>
..................................................................·... ><((((º>









.............................. \
............................. } \
...........................` \ . ' \
...........................} \/ ~~ o\
..........................} /\ ) ) _ }
..........................., / /` . /`
............................. ` } /
.............................. /


















........................ .............        . - .
........................ .............     ( e . e )
........................ .............       ( m )
........................ .............   . - ="= - .     W
...................................... / /   =T=  \ \ , /
....................... .............( )   ==|==   ( )
.......................... ...........  \     =V=
......................................   M( oVo )
......................................       / /   \ \
......................................     / /       \ \
......................................   ( )           ( )
......................................    \ \          | |
......................................      \ '        ' |
......................................  =="          "==
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


Dernière édition par poeteric le Mer 15 Fév - 5:28, édité 1 fois

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 5:23




..... /)-/)
... (* •• \
.... / (* *)
.. /o / uu
../O/............tu ne t'es pas cassé le cou eric !
/o /
0/
/

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 5:29


Radioscopie de Mr Eric :

╭------
║~~~~~~~║ 
║◢██◣◢~~~~║ 
║◥██◤◥~~~~║
║~~◢██◣◢~~║
║~~◥██◤◥~~║
╰═===========═╯


poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 5:31



........♡............☏
........_.\........./
, __( ' )<......❥• )
\____)..........( > )
..~^~^~^~^~^~^~^

.............♫♫
........♫
╔══╗ ♪
║██║ ♫
║ ( ● ) ♫
╚══╝♪ ♪_____________________

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 5:32

................................................................................/
........................................................................\..../
.....................:::::::::::::.............::::::::::::::..............\/
..............:::::::::::::::::::::::::...:::::::::::::::::::::::::::...........\..../
..........::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::..........\/
.........::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::
..........::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::
.............:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::
...................::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::
..........................:::::::::::::::::::::::::::::::
.................................:::::::::::::::::::
.........................,.(.........::::::::::..........).,
.....................,.(......~~..,,*,,.,,*,,.. ~~.....).,
..................(*..,..,.~..~...|.|.|.|.|... ~..~.,..,..*),
...........................(..*......|.|.|.|.|. .....*..),
...................................{~*~*~*~},
......................................|.|.|.|.| ,...................................
.............................................................|.|.|.|.| ,...................................
...........................................................\.|.|.|.|.| ./,...................................
....................................................*. \..AMOUR../.*...,..................................
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 5:42



..........(\_/)
..........(....}
........[]-[])o
....... v v



_____________

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 5:44

L'inegalité est devenue une norme égalitaire :


la nuit se promène près de phares felus
l'élu, mi-erre, vagabonde
je fume la fraicheur en recrachant de la buée
il neige partout sauf ici
je n'ai pas vu la queue d'un flocon depuis un an
alors ça m'énerve

le chant des pots d'echappement
repose leur batterie
un peu comme ces hommes bruyants
se rechargeant la nuit

les échos de leurs concerts
dans un de mélange de bribe de voix
reviennent par alternance
parasiter la quiétude du crepuscule

peut on évaluer l'omniscience
à la faculté d'un clique sur internet
étant donné qu'aujourd'hui
l'homme moderne peut faire le tour du monde
de chez lui ?

des encyclopédies comme des billets d'avions

nous sommes plus dans une revolution et qui table
qu'équitable,
et ça m'énerve,
car l'inégalité est devenue une norme
égalitaire.

je n'ai pas envie de faire d'effort pour écrire,
je n'ai plus trop le temps de vous lire,
à un certain niveau, vivre est déjà un roman à lire,
et j'ai du retard dans mes lectures,
comment vous faites, vous, peut-être êtes-vous à la retraite,
je ne sais même pas si les taxes sur mon salaire vous aident à vous inscrire à un loto, avec en premier prix un livre sur comment gagner un loto avec en premier prix un livre sur comment, enfin,
c'est tiré par les oreilles d'un serpent,
je n'ai plus le temps de vous lire,
mais vous vous en foutez certainement,
et je ne vous en blâmerais pas, je m'en fous moi aussi,
je me fous de tout, en ce moment,
je me bouche les oreilles comme un enfant syrien,
m'en fous de votre présidentiel, aucun programme ne me plait, et si j'avais des solutions, on s'en fout, des intérets plus importants sont en je,
' et je vous promets mon q pour que les banques ne soient pas ban ues ! ',
je n'ai plus le goût à rien, y'a toujours un malade pour se prendre pour un docteur,
la télé est une peniciline,
les anonymus sont des gamins, avides de séries holywoodiennes telechargeables avant le bouclage de la première page du script, des geeks voulant plus être kevin costner que robin des bois, jouant aux bisounours dans la cour d'un fight club, comme par exemple prendre le choix de parasiter des sites pour réclamer la libération de hackers cinévores, quand ils pourraient liquider les transferts de fonds vers des paradis fiscaux de vieux *** ,
et tutti quanti,
je n'ai pas envie de vous parler, alors je m'écrie,
j'écris que je n'ai pas envie d'écrire,
avec deux trois coups de gueule, de toute façon,
je ne vous ai pas promis la lune, comme les ultras religieux américains surenchérissant sur la volonté chinoise de mettre des travailleurs en orbite,
à qui sera le plus con comme la lune,
sans offusquer les gens y ayant domiciliés leur tête,
au fond, si la terre est ronde, c'est parce qu'elle a trop bu, les larmes d'enfants qui fondent, devant des passants dans la rue,
hier j'ai offert un kebab à un jeune d'une vingtaine d'année, en galère, un galérien en galère, j'allais acheter mes clopes, je fumerais moins, en aidant un galérien qui implicitement m'aidera dans ma galère de fumeur invertébré, jusqu'au poumon, il a mangé son kebab, je l'ai vu en revenant, je faisais une pause clope, en repensant aux soixante centrale nucléaire qui me fumaient, il m'a fait un clin d'œil, en me proposant une frite, il a dû voir que je ne l'avais pas,
la route m'a repris,
j'ai croisé un voisin retraité de toute intention sociale, il devait certainement suivre un fil imaginaire, ils étaient complètement tordus, tous les deux, il inventait une nouvelle façon d'aprehender le trotoir, mais cela ne devait pas fonctionner, vu la grosseur d'un hématome sur son front, une balle aurait traversé son lobe frontal, ce serait pareil niveau dégât, je lui ai proposé de le raccompagner en lui disant bonjour, mais je crois que sa blessure était très profonde, un peu comme son état somatique,
il faut que je précise,
il existe une dizaine de bar, comme des oasis entre deux trois quartiers connexes,
mêmes des clandestins, de bar, où les jeux illégaux se monnaient en bluffs et en drames, la nuit,
je n'aime pas les bars à poivrot, gueulant à qui mieux mieux, je sortais beaucoup je n'aime plus la foule,
j'ai habité dix ans dans une cité, certes, c'est plus vivant qu'en propriété privé,
déjà les syndicats n'ont pas la même tranche d'âge,
d'ailleurs ils ne tranchent pas la même chose,
un c'est pour le caniche du voisin qui défèque dans le jardin,
l'autre c'est pour un coup de vice dans le bide parce qu'un regard s'est placé là où il ne fallait pas trainer,
à ce propos, un déplacement d'un président-candidat-président s'est vu facturer six cent mille euros, rien qu'un voyage, six cent mille euros,
l'année dernière, il fut déclaré une quarantaine de suicide dans les effectifs de la police, les objectifs sont chiffrés quand les rapports devraient être humains,
les prisons sont en surpopulation :heureusement le président actuel souhaite pouvoir agrandir de trente pour cent les logements, ça fait un mètre carré en plus par habitants en geôle, où mille trois cent prisonniers pour un établissement ne pouvant en accueillir que huit cent,
les hôpitaux psychiatriques ont déjà résorbé ce problème de mâton, en libérant d'avance des psychotiques,
si le mouvement fait la vie, tout est à plusieurs vitesses,
la peine de mort n'a pas été abolie, elle est toujours en fonction dans le regard des fous,
à quand une sécu privée, à quand la disparition de la caf, des assedic, du pôle-emploi ( un employé du pôle-emploi pour gerer plus de deux cent dossiers ), et après, les pauvres vous en faites quoi ? À l'abattage ?
La fondation abbé Pierre a fait savoir qu'il existait trois millions six cent mille mal-logés/sdf,
les maisons de retraites s'appellent des mouroirs,
les infirmiers gériatriques des croque-mort,
en emmenant ma fille aux urgences, j'y ai croisé la France dans un sale état, comme l'hôpital,
faut il mettre des nazis revendicatifs dans des camps de concentration ?
la prison était elle reelement la seule solution d'une société en perte de vitesse sur ses orientations préventives,
les futurs enjeux de l'après-élection présidentielle seront ils :
politique, avec une nouvelle orientation de choix de vie légiférée,
religieux, les déçus du premier se verront-ils se battre pour savoir lequel à la meilleur raison pour s'agenouiller à la gloire d'un amour omniscient, c'est à la révélation de chacun de communier avec son Dieu tout-puissant, hélas pour certains c'est l'argent, quand d'autres, la plupart, se substantent au jour le jour,en priant, devant leur congélateur,
l'école est devenue tellement boiteuse, la république payant de moins en moins ses béquilles, que des enfants sont amenés cahin-caha vers les usines, un plan de formation du comment répéter le même geste sans faute d'orthographe,
bientôt l'histoire à apprendre sera celle de son entreprise,
avec ses batailles d'organigramme,
l'école a perdu depuis longtemps le but de sa mission, révéler à chaque étudiant ce qu'il veut faire plus tard, de nos jours, on peut faire dix ans d'études de droit pour se retrouver vendeur de chaussure gauche,
et puis, parce que c'est long, sans que tout soit dis, fondamentalement, quel fut le bénéfice de transformer du pétrole en carburant ?

la nuit se promène près de phares felus
l'élu, mi-erre, vagabonde
je fume la fraicheur en recrachant de la buée
il neige partout sauf ici
je n'ai pas vu la queue d'un flocon depuis un an
alors ça m'énerve

le chant des pots d'echappement
repose leur batterie
un peu comme ces hommes bruyants
se rechargeant la nuit

les échos de leurs concerts
dans un de mélange de bribe de voix
reviennent par alternance
parasiter la quiétude du crepuscule

peut on évaluer l'omniscience
à la faculté d'un clique sur internet
étant donné qu'aujourd'hui
l'homme moderne peut faire le tour du monde
de chez lui ?

des encyclopédies comme des billets d'avions

nous sommes plus dans une revolution et qui table
qu'équitable,
et ça m'énerve,
car l'inégalité est devenue une norme
égalitaire,

et ça m'énerve.

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 5:46

Tes frissons omniscients sur ma peau délébile...

de cet hélium blanchâtre au fond de tes deux yeux
s'envolent les reflets pétillant ma peau parme
où l'horizon dissout par tes vapeurs de femme
déhanche l'univers sur ton regard en feu

créant l'arc d'un spectre au hâlant délicieux
un mélange du temps dont les heures se pâment
dans ce bouillon d'ivresse émanant de ton charme
roborant en mon cœur sur plus de mille lieues

grâce au rayonnement sortis d'entre tes cils
lors qu'il en éclaire aux étoiles volatiles
l'éclat d'intimité de ton aura soleil

aux frissons omniscients sur ma peau délébile
aimant couvrir l'espace où nos souffles charnels
parcourent l'orpiment de l'aube d'une idylle...

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 5:47

' par où vont les chemins, sur les mêmes miroirs,
des reflets deux par deux, tels ce un que nous fûmes,
joignent le mouvement des lueurs allant choir
dans l'ombre intronisée, aux souvenirs posthumes...

la dépouille d'un rêve, où vous fûtes l'espoir,
nonchalament s'étiole, et grave je l'assume,
ne pas vivre d'amour, c'est manger des rasoirs,
mais c'est mieux que saigner d'une minable écume.

Vous étais-je agressif, par trop de prévenance,
Je n'avais escompté qu'une double évidence,
Vous espérant l'égal qu'impose cupidon :

Je nous voyais vieillir d'amours douceheureuses,
Prenant tous les désirs pour passions ambitieuses...

Puis, vous avez brisé, commune des faïences,
La flèche décochée, imaginant d'avance,
Mon compte incompatible avec vos cœurs sans fond...

bref trouver l'amour fut recherche laborieuse,
Qu'une amoureuse dans une meule de...chieuses ! ''

'' Pauvre petit canard tout seul dans son coin-coin
nan mais t'as vu ta gueule une tronche de cake
tu racontes crétin que des salamalecs
tes pleurs sont en farine avec tant de foin-foin !

nan, mais sérieux, t'ecoutes ton baratin ?
et à qui parles-tu ? tu passes, mises, tchakes ?
c'est tête-à-tête ici, pauvre amateur, sans dec !
je l'ai compris ton tell espèce de malin ! ''

il sentit dans ses yeux, pendant qu'ils le fusillent,
le regard aussi dur que deux diamants qui brillent,
qu'elle sentait son bluff gros comme une maison :

' Tapis ! ', annonça t'il, tout nerveux sur sa chaise,
dans l'air dubitatif qu'un silence soupèse,

et elle le suivit fière d'une suite :
' Comme en amour : tu te deshabilles trop vite ! '
' ha ha, elle est bonne...et voilà mon caleçon...'

' dur dur, hein ! mon cœur...allez : mets toi à l'aise ! '

En somme, d'un béguin, souvent le je se biaise...

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 5:48


bas, le soleil fondait dans la coupe des dunes,
comme ce sable blond, s'écoulant de sa peau,
et la nuit allongeait, sur les toits, les cyprès,
l'ombre de mon amour démesurant mon cœur...

jusqu'à cet embouchure, aux clapotis vivaces,
de perles de baisers solennels, embrasant
les étoiles d'argent comme des pointillés
sur la robe des cieux habillant ses prunelles...

la lagune au décors de sinueux câlins
est celle de sa peau au sublime dessein
du rendu night&day de vagues symphoniques

où le temps échoué depuis son va et vient
joue l'exhalaison de sa passion métrique
dans un concert d'écume entre ses yeux salins



Dernière édition par poeteric le Lun 27 Fév - 8:33, édité 3 fois

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 5:49

Chanson de rap à la con :



je viens de terminer mon clip
d'une chanson d'amour pour toi
où j'cite mon manque de te bip
avec maintnant trente mannequins entre mes braaas*

refrain :
j'ai plein dchaînes en or massif
mais t'étais mon plus beau bijou
ton tarpé était mon plus beau spliff
mais c'est oit qui m'a fumée jusqu'au bout

quand tu m'as pécho avec dix mannequins entre mes braaas

put1 tu me manques surtout ta langue
même toutes ces meufs en slip
ont fait de moi un mauvais gang-bang
jfume ton absence et jfais des bad trip

refrain

sheet j'ai merdé sans toi jsuis rien
juste bon à lécher des lips
à chaq' fois jme rapl de tes seins
quand ma bouch sur d'autres rippent

refrain

jcrois qj'ai dù laisser mon cerveau
toutau fond dtes yeux bluedeep
aujourd'hui jsuis chanteur pour gogo
et heureusement jtourne des clips

avec maintnant trente mannequins entre mes braaaaas*

refrain

dédicace à...mes trente mannequins loll

( * aaaaa avec effet de voix électro )



Ne rigolez pas, ça fait des disques de platine. loll.

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 5:51

Hey ! Bienvenue au journal d'anonymeric !
nouvelles' fraiches de France et du monde critique !

vous êtes aujourd'hui Jeudi huit février
mettez tous vos bonnets l'hiver s'est installé
nous verrons la météo mais voici les news
des crimes odieux jusqu'aux histoires de flouze
affaire Betancourt woerth est un examen
apperçu dans la cours fouillant son sac-à-main
tous les financements des partis politiques
sont à l'assentiment de sages qui les fliquent
seulement on apprend que Monsieur Balladur
a eu gracieusement malgré ses comptes' obscurs
le droit de faire' campagne avant ce fameux soir
lorsqu'il ordonna, non aux cris de désespoir,
à Chalban-Delmas : ' je vous demande' de vous taire '
surtout qu'était mouillé Chirac dans cette' galère
mais parlons d'aujourd'hui sans oublier hier
l'affaire karashi et les vendeurs de guerre
alchimistes de morts transformant la poussière
en bulletins de vote où bien en billets verts
mais parlons d'aujourd'hui : politique étrangère
l'ONU reste indécise asie et puis russie
opposent d'un veto de stopper en Syrie
le massacre actuel d'opposants sans parade
sous les tirs de mortier de bachar al-assad
dont la fiabilité n'égale' la CIA
envoyant un drône' tuer un chef d'al-Qaïda
mais revenons en France et ses présidentielles
où les candidats cherchent l'evenementiel
au bal du crif dansent deux des protagonistes
les plus cotés selon les sondages' qui les listent
marine elle marine avec ses signatures
alors va se détendre au bal des droites dures
stop actualité : Renault ouvre à tanger
deux cent cinquante euros/mois/ouvrier
on peut s'indigner des delocalisations
mais travailler autant pour si peu de pognon
c'est presque esclavagiste au fond comme méthode
le style' de manag'ment par profits à la mode
même chez psa ils coupent' les radiateurs
pour que le froid renvoie un à un les acteurs
de leurs plus-values par leurs mains fondatrices
qui encore sont jetées après bénéfice
maintenant page sport : grève dans les traffics !
pas celui véreux des cyclistes qui se piquent :
Yann ulrich déclassé pour dopage affirmé,
depuis deux mille cinq ses titres retirés !
voyons voir maintenant quelle est la météo :
grand froid chez les français, mais ça devient très chaud !

Hey ! Bienvenue au journal d'Anonymeric
c'était les nouvelles' fraiches de ce monde critique !



poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 5:53

Bonjour, je me présente, je suis nouveau parmi vous, je m'appelle Joe, Joe Carrie, attention : pas Joe Joe Carrie, mais bien Joe Carrie, je sais, comme jokari, le jeu, on m'a assez renvoyé la balle, j'ai eu des vannes à toutes les sauces, ' on te racket souvent ? ', à tous les âges, ' c'est pas moi c'est Joe qu'à ris ! ', je vous le dis, j'ai eu le droit à la totale, on se fait à tout, même si ça impreigne la peau, mais j'avais acquis une sacré carapace, mon père est décédé j'étais très jeune, il a fait une mauvaise réaction allergique aux fraises, enfin, c'est ce que voulait me faire croire ma mère, j'ai appris plus tard qu'il était mort à cause d'une roulette russe, ma mère devait se donner corps et âme pour son boulot, un sacerdoce, elle travaillait chez un cabinet de généalogistes, elle était plutôt dans la branche qui s'occupait de retrouver les racines des familles, bonjour, si vous avez suivi jusqu'ici, vous savez que je m'appelle Joe Carrie, qu'j'ai eu un début de vie un peu difficile, où la fatalité m'a sucré mon enfance, jusqu'en classe de prémolaire, où beaucoup se sont cassés les dents sur mon caractère introverti, sauf une fille, un matin, elle se prénommait : Orée, un canon, je me sentais comme un gros boulet dès qu'elle venait me parler, qu'est ce qu'elle était chique, en plus c'était son nom de famille, Chic, en effet, le père Orée était un prothésiste réputé, politicien, il avait pû changer son patronyme, j'ai donc invité mademoiselle Chic Orée dans le meilleur restaurant du coin, un palais, j'étais maladroit, car intimidé, mais surtout enamouraché, elle m'avoua ' tu sais Joe, Joe Carrie, je viens tout juste de sortir d'un bain de bouche, je me sens encore toute humide, je t'offre un digestif à la maison ? ', que voulez-vous répondre à cela, j'accusi le coup, en acquiesciant du cou du coup nous partîmes avec nos cinq sens, nous nous retrouvâmes devant la porte d'Orée, j'ouvrais déjà dans ses yeux la porte dorée de ses désirs, ' tu es mon adorée ! ' ' mais non je ne m'appelle pas mona ? ', ce fut notre premier rire, ' tu sais, je veux bien Chic Orée '' tu crois que c'est le moment ? embrasse moi plutôt ! '' ouarf ouarf '' tu n'as pas envie de Mickey ?'' écoute, tu sais, Orée, j'ai une envie, plus que de te découvrir, c'est celle de rester auprès de toi, c'était écrit sur les lignes de notre dysney !' cela fait maintenant 35 000 ans que l'on se connait depuis toujours, par cœur, nous nous sommes unis à las vegas, en nous prêtant chacun notre serment, devant un dentiste vêtu en Elvis, qui nous bagua, d'ailleurs, en hommage à lui, nos trois premiers enfants s'appellent Blue, Suede, Shoes, Blue est parti au Canada, ha mon grand Carrie Blue, Shoes a choisi le nom de sa mère, Chic Shoes, Suede a carrément changé de prénom, il n'aimait pas Suede Carrie, et étant des ' indignés ' il ne voulait pas Suede Chic, alors il a pris Elvis, un peu gonflé, il tient ça de sa maman, en hommage il a même pris son nom, à sa maman, Chic Elvis, il a eu une période artiste, il potelait des dents en céramique de luxe, le luxe, avec la guerre, est ce qui fonctionne le mieux en temps de crise de rage dedans, j'espère ne pas avoir été trop long, c'était un bonjour, je m'appelle Joe Carrie, jeune je portais des prothèses, aujourd'hui je remercie la mort de me laisser goûter chaque instant de plus de la vie qui passe sur les yeux d'orée, pendant que j'aime l'admirer, voilà, merci à vous, je m'appelle Joe Carrie, je vous écris depuis ma glotte, et je vous souhaite bien du bonheur dans cette vie incisive...

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 5:55

La nuit, quand je n'arrive pas à dormir, je fais du jogging tout nu dans les bois, même sous - 25 :

Il est trois heures du mat', la pleine lune brille comme un grand soleil blanc, les ombres, épuisées d'une longue journée, se sont rassemblées, derrière un arbre, pour échaffauder un plan, et enfin dormir en paix, il est trois heures du mat', je suis parti évacuer une insomnie persistante, en me défoulant dans quelques foulées, rien de mieux qu'un jogging à la belle étoile, je précise, cela ne veut pas dire que je porte un survêt' avec une belle étoile, je cours toujours à poils, surtout pendant l'hiver, cette nuit la température est de moins vingt-cinq degrés, ça vous fouette le sang, le froid fait pleurer des yeux, des stalagtites lacrymales pendent sur vos sourcils, le nez est une banquise où des pinguins armés de pics vous raclent la peau, mais, heureusement, j'ai une crème spéciale, faite à base d'excrements de renard et de poils de loup pilés, elle est super efficace pour chasser la chair de poule, surtout à trois heures du mat', sous moins vingt-cinq degrés, tout nu, dans ce grand froid des rayons glacés de la lune, même une bande de cerfs s'est foutue de ma gueule, en riant de tout leur bois, dans la forêt, à trois heures du mat, surtout quand ils ont vu mes deux petites noisettes, ça les a fait rire, car ' ce n'est pas avec seulement deux noisettes que l'on peut nourrir sa femme cet hiver, sous moins vingt cinq degrés ! ' creugneugneu, heureusement, j'ai une crème spéciale, mais c'est surtout mon manteau en fourrure qui me tient chaud, car cet hiver est particulièrement rude, quand à quatre heures du mat', sous moins trente degrés, je fis la macabre découverte d'un ami, sdf, sans vie, il s'était perdu en lui en même temps que la perte de sa femme, puis de son boulot, maintenant il était raide mort, encore un ami à rajouter sur ma longue liste d'amis victimes collatérales de leur système capitaliste outrancié, je ne pouvais plus rien faire, étant tout seul et trop petit, sous moins vingt cinq degrés, et une hécatombe de sans-logis, alors, j'ai repris le chemin retour, pendant que mon corps joggait, tout seul, moi, j'étais ailleurs, je suis rentré à la maison, il était six heures, j'ai préparé un café-noisette, pour ma femme, elle en est friande, avec deux tranches de pomme-de-pain toastées, accompagnées d'un verre de baie sauvage...de baie sauvage...certes, nous, les écureuils, on vit dans un monde sauvage, mais beaucoup moins que le vôtre...

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 5:57


.............- hihihi
.........../
......( \__/ )....~... ~.
...../.0..0..|../...........'
..{.o.__,....\.\..........{
...../...........)/...........\
.....|..-.|.'-'..\\...........}
....(....._(.....)..____/
.....'.--.~.__/

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 5:58


qu'est ce que je t'aime bb : t'es la plus belle !
le temps gracieux dessine un à un tes contours,
je ne suis que la lune en face du soleil,
qui braise les passions du feu de nos amours !

j'espère ma belle que ce quatrain suffit,
car, vois-tu, je n'ai pas fermé l'oeil de la nuit !
j'étais en plein cash-game, en plus j'ai fini max :
trente mille euros virtuels sur winamax !

ne crois pas mon bb que je te laisse choir !
pour l'instant j'ai sommeil, les oreillers m'attirent...
tu seras donc gentille, aucun bruit : jvais dormir,
pour ta saint-Valentin, on verra ça plus tard !

Ha...mon amour...tu me fais...l'homme le...plus...riche...
sans...toi jsuis...sans...valeur...rhoo...je...t'aime...rron...pich...

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 6:12

bienvenue au fn où l'on jette aux orties
chaque contestataire émettant son avis
voici le sort attendu pour ceux n'ecoutant pas
les ordres imposés comme un brave soldat
une seule méthode instaurer aux peureux :
diviser pour régner, quitte à mettre le feu
elle aurait une chance, en quittant, euphémisme,
son parti dont l'image est reliée au racisme
voir même xénophobe envers tout être impur
( enfin jugé ainsi par différence obscure )
comme certains dossiers sur leurs financements
dont certains légataires sont morts tous brusquement
en fait elle a perdu quelque part en Autriche
dès son premier pas au bal du troisième' riche
recherchant des contacts, des soutiens en finance
( chères' sont les signatures chère est la présidence )
pendant que préparait leur grand maître collard
une riposte auprès du conseil du savoir
afin de procurer des maires' que l'on nomine
le pouvoir de donner leur choix en anonyme
voici donc la vision d'un parti aux abois :
faire aller dans leur sens n'importe quelle loi
leur barrant le chemin vers l'accès qui préside
eux, déclamant, sereins, qu'il n'y eut génocide,
et les voici pointant du doigt ceux qui se vautrent
alors qu'en fait ils sont pire que tous les autres
pauvres leurs idées pour eux la politique
c'est récolter la peur par quelques polémiques
programme d'exclusion pour des français qu'entre eux
pour Tous des enfants blonds si possible aux yeux bleus
il ne manquerait plus qu'elle prenne pour gifle
sa non-invitation au sein du bal du crif
( là où se déhanchent les autres candidats
essayant de prêcher dans chaque électorat
leur plus belle promesse en ferrant des lobbies
mais allez donc aux bals de Gaza de Syrie
allez danser chanter sur des charniers où l'or
en Afrique attiraient les pilleurs de trésor )

mais revenons au thème avec lepen en France,
qui, sous couverts de signatures en souffrance,
se fait un coup de pub en stupide oxymore :

Un dictateur se plaint de libertés en tort !

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 6:13

Hier, je discutais avec un ami, il habitait très loin dans l'espace, à 10 000 galaxies de là, avant il résidait ici, jusqu'à la majorité de ses cinq ans, où il avait choisi de s'installer sur la Terre, près d'une rivière, je discutais avec un ami, il habitait très loin dans l'espace, pour rigoler on va même dire qu'il était dans l'espace depuis le début de son arrivée dans sa nouvelle résidence, sur Terre, un vrai tête en l'air, mon ami plus que d'hier, je discutais avec un ami, il habitait très loin dans l'espace, mais ça, je vous l'ai déjà dit, j'ai l'impression qu'un bugg a a a pris place, il a été hors réseau sans prévenir, net, depuis je n'arrive plus à à à le joindre, alors je vous ai enregistrés ce message, tard dans la nuit, hier, je discutais avec un ami, il habitait très loin dans l'espace, l'infini est petit, nous nous sommes recroisés virtuellement dans la nébuleuse des rêveurs, la bibliothèque avait fermé tard ses lumières, je discutais avec un ami, il habitait au bout d'une impasse, sur une Terre d'Eau pareille à la nôtre, je lui avais porté d'ailleurs une reflexion sur ses reflets turquoises, enveloppant jadis la fierté de sa couleur océane, la beauté de son teint bleuté avait perdu de sa clarté d'hier, je discutais avec un ami, il habitait très loin dans l'espace, mon ami n'avait pas la peau bleu comme un ciel d'été joyeux, mais plûtot noire sur sa peau d'orange, je le sais, il m'a envoyé un mms mental hier, je discutais avec un ami, il habitait très loin dans l'espace, vous l'ais-je déjà dit, il a déménagé depuis longtemps de chez nous, vers votre surface, il savait qu'il aimerait respirer l'air salin entre les dunes soyeuses de votre Terre, mais aussi ses bocages sauvages où la faune de ses doigts lappait sur la peau du vent la rosée qui y erre, je discutais avec un ami, il voulait habiter dans le cœur de sa femme, ça lui coûtait assez chair, environ 800 bisous/moi, me disait-il, mais aussi, gratuitement, dans tous les cœurs des hommes, un vrai tête-en-l'air mon ami, avant la coupure de la liaison, comme un bucheron casserait en deux un arbre en cristal, j'ai reçu des échardes magnétiques plein la gueule, avec des vibrations de millions de voix qu'explosèrent dans un seul cri, retombant en poussières, je discutais avec un ami, il était à bord de votre sys sys sys, tême solaire j'envoie ce message comme un sos sur votre fréquence, nous ne vous discernons plus, des réactions en chaîne de vents astraux font barrières, je discutais avec l'espace, il habitait chez un ami, un tête-en-l'air, nos paroles se sont engluées dans une sorte de vase communicante, et tout s'est coupé de façon grossière, je discutais avec un ami, maintenant mes compatriotes sont inquiets, plus aucune nouvelle ne filtre le nuage de mystère qu'entoure votre si si si, lence radio o radio o, je les ai twittés, sur l'écran de leur rétine, en soumettant un buzz sur une possible soudaineté de votre éradication, sans distinction de race de montre, où de force financière, je discutais avec un ami, aujourd'hui nous sommes soucieux, chez nous il pleut des fleurs, nous ne portons pas de nom, à proprement parlé, chacun peut prétendre à en s'en octroyer un, d'autres se contentent d'un sourcillement, notre seule richesse est celle du cœur, nous produisons dans une communion de particules en paix avec la nature, pourvoyeuse de pléthore de nourritures saisonnières, je discutais avec la nature, elle co-habitait avec mon ami, je n'ai plus de nouvelle, il voulait faire grandir l'humanité de son âge de pierre, je discutais avec un ami, j'espère que ce message ne mettra pas 2000 ans pour vous parvenir, en se perdant dans le labyrinthe des années-lumières, je discutais avec un ami, si vous avez des nouvelles, si vous n'avez pas été détruit, répondez-moi, en attendant, nous avons envoyé des éclaireurs, au cas où vous soyez tombés dans l'obscurité hier, je discutais avec un ami, il habitait très loin dans l'espace, mais je ne vous ai pas dit, il s'était trouvé un prénom, vous l'appeliez : Jésus, c'était un homme de prière, je discutais avec un ami,

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 6:14

Le monde est une grande arnaque, dont on peut voir les voleurs en costume-cravate...

La délinquance n'est pas dans la rue, elle est dans les bureaux, le fusil d'assaut a été remplacé par un clavier, avec la lunette d'un écran de 17''...

La dette francaise est de bientôt 1 800 milliards d'euros, pratiquement 6 000 euros en plus chaque seconde...

La dépense sociale est de 14 %, et certains matraquent les ' assistés sociaux ' ( qui n'ont pas eu la chance d'être fonctionnaire : 27 % de la dépense de l'état ) où d'avoir les facultés de toucher 5 000 euros/mois minimum afin de ne pas être ' minable ' ( dixit Copé ), quand entre temps on peut trouver dans les jardins des villas de jolies niches fiscales : était-il plus urgent d'arranger les riches que les pauvres...

Les prêts aux banques ont des intérets plus faibles que les états, obligés d'emprunter auprès de leur ambition vampirique de sucer le sang des Hommes, jusqu'à la lie de leur porte-monnaie...les intérets de la dette represente 10 % des dépenses de l'état. ( notez : ce chiffre est assez proche des dépenses sociales...je ne dis pas qu'il ne faut pas les payer, ces intérets, car si ils ne sont pas remboursé, plus personne ne prêtera de l'argent...) Fin 2011, les banques ont reçus 500 milliards de prêts par la BCE ( et qui donne l'argent à la BCE : nous...) pour un taux de : 1 %...La France emprunte à 1,7 %...mais ce n'est rien comparé aux USA, qui eux ont eu 1 700 milliards d'aide pour 10 banques ayant une telle hégémonie que leur banqueroute mettrait des millions gens à la rue...quand il y en a déjà des millions...

À ce rythme là, la dette va dépasser le PIB de la france...Si ce n'est déjà fait, en cumulant la dette extérieur et la dette privée...

Note historique : en 1788, la dette publique atteignait 80 %, il fut alors décidé d'augmenter les impôts...

On peut délocaliser au nez à la barbe des ouvriers jetables...

Les deux millions de millionnaire français s'amusent à s'en péter les bulles spéculatives dans leur jaccuzi financier...

La dette francaise est amortie à 60 % par des ' partenaires ' non-résidents français, en l'occurence j'imagine ( étant donné la non-divulgation de l'état sur qui achète notre dette ) que ce sont les chinois ainsi que des pays assez riches en ressources naturelles, pays du Maghreb et autres...

Je souhaite de tout cœur, et cela vaut pour n'importe quel candidat ayant réussi le test du suffrage universel, de pouvoir se dépêtrer de tous ces embrouillaminis comptables dès le début de son mandat...vu que la France doit payer 50 milliards de ces fameux intérets d'ici la fin de l'année...........



Bref, je suis peut-être un économiste ' à deux balles ', mais c'est normal, je n'ai pas fait d'étude dans le secteur de la finance, par contre, ceux bardés de ' Master ' etc et qui aujourd'hui dirigent les arcanes de nos comptes, et bien ce sont eux ne valent pas un kopeck, sauf bien sûr : Celui de leurs propres intérets.

J'aurais aimé vous faire un texte plus percutant, vous dire que l'on va droit dans le mur, vous dire que nos dirigeants nous prennent pour leur vache à lait, vous préciser que notre futur président n'aura aucun pouvoir pour contrer l'attaque des places financières avec leur manque à gagner dû à leurs conneries successives de subprime etc sur les états, vous dire que les néolibéraux sont des égoïstes, qu'ils seront les déclencheurs d'une guerre civile,

mais à quoi ça sert,

Nous ne sommes que des pions.......

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 6:15

le néant assis sur le balcon de sa montre
contemple le spectacle des béatitudes
accrochées sur les grains de sable d'argent
tombant de la peau du temps qui se dénude...

lui, il se dit que
malgré les chats sachant
chasser les souris le soir échu,
en général, le dernier chez lui,
n'éteint pas la rue :
dont la réminiscence des dernières 15H de bruits
revient klaxonner entre les oreilles d'une insomnie

qui comme un grand coup de pied dans un réverbère

vient briser des rêves ronflants en mille éclats de verre...

alors,
il regarde son sommeil
partir en fumée
de la bouche d'une clope...

il s'amuse du silence
sur la boutonnière des robes
que portent des lumières pompettes
dansant entre les bras de boulevards noctambules...

après, il écoute la nuit câliner les décibels
fatigués par l'orchestration du jour
ayant tout donné sur la scène des parallèles
où filent les partitions

des chorégraphies d'éclats&d'ombres qui courent...

puis, les échos du plaisir
soufflent leurs confidences
d'un elle à cent mille lieux
sur des reflets exponentiels

où même le sourire de l'oubli se souviendra à jamais d'elle...

quand l'ébauche de pastels nucléaires,
annonçant l'aube et les péninsules qu'elle propose,
colorise le romantisme de sa main
sous une chemisette rose,

dont la voix sortie d'un décolleté
souffle comme 40 rugissants qu'elle s'affabule !
car il ' rest' deux bonn' zeur' à dormir ' !
dit-elle, sans qu'elle l'articule...

le ricochet de son désir
s'essaie aux parades d'un refus
en persistant sur la surface des os
où les vagues d'un agacement

laissent surfer le commérage de ses testostérones effervescents...

pourtant, de l'amphithéatre de la couette
retentent ses caresses
où l'alarme des sens
réveille doucement la chair de sa belle...

dans l'instant qui suit,
près des vagues d'un jeu de regards,
le temps s'aveugle
en fermant ses volets

sur un paysage fertile en mille astres d'or,

comme autant de brûlures d'un corps-à-corps...

la rétine d'un trouble
en partance pour le septième ciel
bat dans le cœur du vent
et discerne un sourire en forme de lune

sous une pluie de fleurs sortie du coquillage de ses yeux ouverts...

alors, l'horizon s'eparpille,
où ses cheveux s'étalent,
en tatouant la mer du néant
de deux silhouettes au fer rouge...

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Mer 15 Fév - 6:16


Son sommeil part en fumée de la bouche d'une clope, il écoute la nuit câline bercer les décibels, fatigués par l'orchestration du jour juxtaposant sans cesse sur la scène des parallèles les chorégraphies d'éclairs&d'ombres qui courent,

le silence est un reflet
sur la boutonnière des robes
que portent des lumières pompettes
dansant entre les bras de boulevards noctambules.

Malgré les chats sachant chasser les souris le soir échu, en général le dernier chez lui n'éteint pas la rue, dont la réminiscence des dernières 15H de bruits revient klaxonner entre les oreilles d'une insomnie, qui comme un grand coup de pied dans un réverbère vient briser des rêves ronflants en mille éclats de verre,

les pastels nucléaires de l'aube et ses péninsules qu'elles proposent
colorisent le romantisme d'une main sous une chemisette rose
dont la voix d'un décolleté souffle comme 40 rugissants qu'elle s'affabule
car il ' rest' deux bonn' zeur' ' dit-elle sans qu'elle l'articule

L'embrouillamini de cette réponse ne stoppa pas la négociation, qui au contraire contente d'avoir evitée un ferme ton clapet, fît ricocher son désir persistant sur les vagues de l'agacement, en essayant des parades à un refus comme un crochet voulant mettre à terre le commérage de testostérones effervescents,

l'amphithéatre de la nuit
laisse rebondir l'écho des perceptions
dans le retentissement qui se poursuit
entre les volutes de caresses dansant sur des frissons

Le néant s'est assis devant le pentacle de béatitudes, et compte les grains de sable d'argent s'enroulant sur la peau de l'écume qui se dénude, venue des galaxies entre les halos vibrants,

la silhouette du plaisir
vient souffler ses confidences
d'un elle à cent mille lieux
sur des reflets exponentiels

même le sourire de l'oubli se souviendra à jamais d'elle

près des vagues d'un jeux de regards
le temps s'aveugle en fermant les volets
sur un désert fertile en mille astres disparates
cherchant à se mêler avec les brûlures de corps-à-corps

l'horizon s'eparpille où ses cheveux s'étale
en tatouant la mer de ses mains au fer rouge
la rétine d'un trouble
d'un sourire en forme de lune coquillage
l'epine dorsale d'une dramaturgie
copie animal
en partance pour le septième ciel
pour battre dans le cœur du vent
en essayant d'emporter les restes de la nuit
une explosion se recoiffe
entre les boucles d'oreilles
d'une illusion en prêt-à-porter

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Lun 27 Fév - 10:25

bas, le soleil fondit dans la coupe des dunes,
comme ce sable blond, s'écoulant de sa peau,
et la nuit allongeait, sur les toits, les cyprès,
l'ombre de mon amour démesurant mon cœur...

jusqu'à cet embouchure, aux clapotis vivaces,
de perles de baisers solennels, embrasant
les étoiles d'argent comme des pointillés
sur la robe des cieux habillant ses prunelles...

la lagune au décors de sinueux câlins
est celle de sa peau au sublime dessein
du rendu night&day de vagues symphoniques

où le temps échoué depuis son va et vient
joue l'exhalaison de sa passion métrique
dans un concert d'écume entre ses yeux salins

depuis l'arborescence où elle est l'empyrée
les senteurs d'une muse aux yeux lune-lavande
éprend ma page blanche où va mon cœur qui bande
ma plume éjaculant des rimes colorées

d'arc-en-ciel de chaleur de ses charmes mouillés
ses longs cheveux sont des syllabes qui descendent
sur les lignes de son dos par où des inspis s'étendent
citant des phrases de désirs jusqu'au point g

de la passion suant tout ce qu'elle érotise
cette esquisse d'exquise amante m'hypnotise
lorsqu'elle m'ordonna d'en exhiber mon texte

je déclama alors que son âme électrise
par versets silencieux mes soupirs ambidextres
son échine azurée en frémit de sa frise

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par poeteric le Jeu 1 Mar - 7:51

Bonjour, je m'amusais, hier, dans le petit parc du square, en bas de chez nous, j'aime ses jeux d'insouciance, ses toboggans de rire, ses balancelles ivres de joie, nous pouvions à cet endroit laisser notre jeunesse goûter au bonheur, sans porter le lourd fardeau d'être un homme, quand je suis mort, hier, sur ce champs de bataille, pourtant, je ne suis pas un soldat, je ne porte aucune tenue de combat, ni même un casque, ma seule arme est un yo-yo, fabriqué par mon grand-père, d'ailleurs, il me la légué, avant de s'éteindre, il y a quelques années, là, sur le sol, devant moi, pile à l'endroit où la poussière me mord à mon tour.
Heureusement, mon petit frère est indemne, je le vois pleurer sur mon corps, enfin ce qu'il en reste, un tir de mortier m'a pris pour cible, et il ne m'a pas loupé, mes petites tripes sont des cordes à linges tenant entre deux murets, une de mes jambes est partie à travers la vitrine d'un commerce en ruine, l'autre est restée en lambeaux dans le mini-cratère de l'obus, mon petit frère est pétrifié, il coule de mon sang sur son visage figé, tuméfié, horrifié, je crois qu'il est devenu sourd, il n'entend pas ma grande sœur, derrière lui, qui accourt, en hurlant, derrière lui, avec une nouvelle série d'explosion retentant de plus belle, détruisant un à un les immeubles qui s'affaissent en même temps que s'écroule mon petit frère et, ma grande sœur, maintenant, depuis que je suis mort, hier, moi ma grande sœur et mon petit frère, nous n'entendons plus le bruit des canons sortir de la bouche des hommes.



- Chéri j'ai oublié de prendre du pain pour ce soir !
- Ok Ok je vais à la supérette du coin et je reviens
- Tu ne voudrais pas que je te supplie aussi !
- Nan ça va c'est la mi-temps j'y vais en dspee !
- Quoi ? tu vas prendre la voiture ? pour 50 mètres !
- o ! ce sera plus rapide...hey : ça va retransmettre !




Messieurs, je pense qu'il serait bon de clarifier tout de suite les bases de cette négociation : si vous continuez à vous mêler des ingérences de notre pays, alors sous le contrôle incontesté de notre cher souverain, nous nous verrons contraint de vous demander de vous ravitailler en pétrole ailleurs, à moins que vous soyez prêt à payer le triple de la valeur d'un baril.





Pour répondre à cette question, très chers compatriotes, j'ai décidé, si Vous me permettez d'accéder à ce poste, non pas d'imposer une tipp flottante, car ce n'est pas ainsi que nous pourrons juguler les coûts de plus en plus capricieux de cette énergie non-renouvelable, de supprimer définitivement l'essence de nos réservoirs et de nos pompes.
Cela va sans dire, ce sera un tel bordel, qu'il vous faudra quelques mois pour vous y faire.
L'Homme sait s'adapter à tout nouvel environnement.
Ce processus rentre dans le projet global de mes intentions humanitaires, certes, les solutions proscrites sont radicales, car elles sont en avance sur une possible fin du monde, et qui dit fin des temps, dit fin du pétrole, du kérosène, du diesel, du plastique, bien que Bertrand soit finit depuis longtemps.
Alors, Tout rejet de nature polluante par un outil entre les mains de l'homme sera punissable d'une garde à vue de 48H à Ohms. ( sans inclure l'aller-retour en chameau )
Donc, en tant que président de notre pays, j'irais au congrès européen porter haut le drapeau de notre indépendance, et j'irais vers ces états de l'Europe déclamer quelle est la solution qu'un peuple a voté pour qu'enfin autour de la table des négociations mondiales l'avenir de chacun soit garantie par une conscience d'équité pour tous, sans qu'une enième marée noire viennent signer un enième chèque en blanc :
Je leurs imposerais 48H pour trouver une solution alternative, soit par regroupement d'ingénieurs géniaux, soit par la divulgation de ce système existant déjà mais potentiellement gênant pour les habitudes de vie des profiteurs.
Je tiens à rajouter que les ramassages d'ordures, afin de vous responsabiliser dans votre citoyenneté, ne se feront plus ( art 3 du code écolo ), il faudra soit venir en charette, où en camion electrique, à la décharge chargée de votre compte à décharge, attention : tout ne sera pas pris, comme ce qui est renouvelable, qui devra être redistribué au fabricant dusdit produit renouvelable, sous forme de consigne payante avec carte à point, si vous les perdez, vous devrez vivre avec vos détritus qui s'entassent chez vous. ( article 3-432 du code écolo ).
Sur la question des centrales nucléaires, et leurs déchets toxiques, moindres que ceux des systèmes financiers, mais assez inquiétants pour tuer des générations de poissons et ver-de-terre, jusqu'à parfois transformer des lapins en godzilas, Je fermerais dès le lendemain de mon élection toutes les centrales nucléaires de notre pays, progressivement, du moins le temps qu'elles soient paliées par une nouvelle identité en adéquation avec les lois de la nature.
Je rajouterais une dernière chose : fini l'approvisionnement en gaz des oléoducs russes.
En guise de conclusion sur ce sujet sensible qu'est le devenir de notre terre, je tiens à vous rassurer sur les solutions d'échanges de ces matières premières à prohiber, nous sommes un grand peuple, notre devoir est dans le respect d'apporter à la vie une continuité, et non l'horeur d'une survie au dépend d'un autre, même si j'ai bien conscience que la tache sera dure, que bien des sacrifices vous seront demandé, mais je Vous demande de bien y réfléchir : Notre système actuel est il le meilleur garant de notre longévité ?
Soyer fier de Vous, et Votez pour moi !





- Cette année y'a de sacrés loustics qui se présentent !
- Mais dis papa tu ne trouves pas qu'il a raison ?
- Ha oui ? Et comment on va vivre s'il fait tout ce qu'il dit ?!!!
- Au moins l'Humanité reprendra peut elle conscience d'elle même ?
- Ha oui ? Et pour jouer avec ta play tu feras comment !!!
- Ecoute papa, j'ai neuf ans, tu crois qu'une play c'est fondamental ?
- À voir les heures que tu passes dessus je pense que oui !
- À l'école, on m'a dit que c'était fabriqué dans un pays d'enfants travailleurs : Pourquoi tu m'as acheté ça ? Tu voudrais que je travaille moi aussi ?





La sonnerie tant attendue raisonne dans l'usine, la cloche a sonné, il sort des ateliers en rang deux par deux les travailleurs en culotte courte, couleur bleu de travail, les parents à la sortie récupèrent la paye, quand les orphelins se dirigent, tête basse lasse de douze heures de suite en formation d'assemblage, vers leur chambre pour douze personnes, après une bonne douche commune, en bas, dans la rivière polluée. Jhing-soo est l'un d'entre eux, ce soir il est l'attraction, il s'est rebellé dans la journée contre un gardeprof, il le serrait d'un peu trop près, avant d'être convoqué dans son bureau, comme il en ressorti qu'une heure après, en cachant des larmes, tous s'étaient inquiétés de leur possible sort par cet odieux personnage. Mais Jhing-soo restait muet, il ne parlait plus, tous l'harassaient de la même question, jusqu'à le bousculer devant son mutisme, quand Jhing-soo ouvrit la bouche le plus grand possible avec toute sa rage s'évacuant desesperée des raclements d'un bruit de gorge : il n'avait plus de langue.





poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli mélo

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum