Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» compil de textes
Ven 15 Jan - 16:40 par poeteric

» Eros
Mar 26 Aoû - 13:09 par pendantce

» Premier Moment de l'Instant
Mar 26 Aoû - 13:07 par pendantce

» Amour Besoin
Mar 26 Aoû - 13:06 par pendantce

» Laissons Tout Reposer
Mar 26 Aoû - 13:05 par pendantce

» Etouffement
Mar 26 Aoû - 13:03 par pendantce

» Les goëlands
Mar 26 Aoû - 13:02 par pendantce

» Le Drapeau et le Paravent
Mar 26 Aoû - 13:01 par pendantce

» La Terre et le Propos
Mar 26 Aoû - 13:00 par pendantce

Avril 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

      


DesEssais

 :: recueils :: poeteric

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Dim 23 Oct - 15:48



...............................pen
...............................dant
...............................que
...............................je
...............................me
...............................tiens
...............................contre
..................................un
.......................................balcon je profite du point de vue de ton charme
.................................................e
.................................................t
.................................................j
.................................................e
................................................d
.................................................e
.................................................s
.................................................c
.................................................e
.................................................n
................................................d
.................................................s
.................................................g
.................................................l
.................................................i
.................................................s
.................................................s
.................................................e
.................................................a
.................................................u
.................................................l
.................................................o
.................................................n
.................................................g
.................................................d
.................................................e
.................................................m
.................................................o
.................................................n
.................................................f
.................................................i
.................................................l
.................................................t
.................................................e
.................................................n
.................................................d
.................................................u
..........................................vers...aba
..................................toi.......dre.un......sou
.........................qui..............per...ns............rdie
.................me..................te...........da..................au
...........................re...de.....................ber......pr
..............................ur.gar.....................ès
..........................pe............de......de..........tom
.......................la................ton héros................re
.................mie.................venu sauver.................sans
..............ne...................ton cœur qu'att.....................aller
................en.................aquait un chagr...................sser
.................mon.............in voulant prend.................lai
.....................de............re ta peau pour..............se
.......................ge........en faire son costu.........de
...........................piè.me heureusement m.libres
.............................aintenant tes frissons sont

.................................................
.................................................
.................................................
.................................................

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Dim 23 Oct - 16:18



...............................pen
...............................dant
...............................que
...............................je
...............................me
...............................tiens
...............................contre
..................................un
.......................................balcon je profite du point de vue de ton charme
.................................................e
.................................................t
.................................................j
.................................................e
................................................d
.................................................e
.................................................s
.................................................c
.................................................e
.................................................n
................................................d
.................................................s
.................................................g
.................................................l
.................................................i
.................................................s
.................................................s
.................................................e
.................................................a
.................................................u
.................................................l
.................................................o
.................................................n
.................................................g
.................................................d
.................................................e
.................................................m
.................................................o
.................................................n
.................................................f
.................................................i
.................................................l
.................................................t
.................................................e
.................................................n
.................................................d
.................................................u
..........................................vers...aba
..................................toi.......dre.un......sou
.........................qui..............per...ns............rdie
.................me..................te...........da..................au
...........................re...de.....................ber......pr
..............................ur.gar.....................ès
..........................pe............de......de..........tom
.......................la................ton héros................re
.................mie.................venu sauver.................sans
..............ne...................ton cœur qu'att.....................aller
................en.................aquait un chagr...................sser
.................mon.............in voulant prend.................lai
.....................de............re ta peau pour..............se
.......................ge........en faire son costu.........de
...........................piè.me heureusement m.libres
.............................aintenant tes frissons sont
...........................................l'écho..................l'arde
.........................................de tes r.............devant.u
.......................................êves cont.........surprise...r
.....................................re mes lèvres.prenant les...d
....................................dont un baiser.tiennes en......e
....................................relie notre u........notre sy
....................................nion des sens........mbiose
.....................................pérennisés.............actuel
.......................................d'étreinte...................le
.....................................................................fourni
..................................................................ssant les
.............................................................éclats de s
.........................................................ynergie entre l
............................................................eurs frictions
.................................................................par étince
.....................................................................lles de p
..........................................................................laisir e
...............................................................................ntre le
...................................................................................ur co
....................................................................................nviction

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++=

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Dim 23 Oct - 16:44



...............................pen
...............................dant
...............................que
...............................je
...............................me
...............................tiens
...............................contre
..................................un
.......................................balcon je profite du point de vue de ton charme
.................................................e
.................................................t
.................................................j
.................................................e
................................................d
.................................................e
.................................................s
.................................................c
.................................................e
.................................................n
................................................d
.................................................s
.................................................g
.................................................l
.................................................i
.................................................s
.................................................s
.................................................e
.................................................a
.................................................u
.................................................l
.................................................o
.................................................n
.................................................g
.................................................d
.................................................e
.................................................m
.................................................o
.................................................n
.................................................f
.................................................i
.................................................l
.................................................t
.................................................e
.................................................n
.................................................d
.................................................u
..........................................vers...aba
............................toi.............dre.un.............sou
...............qui........................per...ns..........................rdie
....me...............................te...........da......................................au
...............re.................de..................er......................pr
.........................gar.ur.........................mb.....ès
..........................pe.....de...................de...to
.......................la................ton héros.............re
.................mie.................venu sauver..............sans
..............ne...................ton cœur qu'att..................aller
................en.................aquait un chagr...................sser
.................mon.............in voulant prend.................lai
.....................de............re ta peau pour..............se
.......................ge........en faire son costu.........de
...........................piè.me heureusement m.libres
.............................aintenant tes frissons sont
...........................................l'écho..................l'ard
.........................................de tes r.............devant.e
.......................................êves cont.........surprise...u
.....................................re mes lèvres.prenant les....r
....................................dont un baiser.tiennes en......d
....................................relie notre u........notre sy.........e
....................................nion des sens........mbiose
.....................................pérennisés.............actuel
.......................................d'étreinte...................le
.....................................................................fourni
..................................................................ssant les
.............................................................éclats de s
.........................................................ynergie entre l
............................................................eurs frictions
.................................................................par étince
.....................................................................lles de p
..........................................................................laisir e
...............................................................................ntre le
...................................................................................ur co
....................................................................................nviction
.....................................................................................d'être fait
...................................................................................pour....se l
...................................................................................over....ens
................................................................................emb.....le tel
...............................................................................lem.....ent l
.............................................................................adé.......quat
.............................................................................ion..........s'im
.............................................................................briq..........ue p
..............................................................................our............le m
...............................................................................ieu.............en l
................................................................................eur..............état
..................................................................................tra...............nsi
................................................................................d'am............oure
..............................................................................ux sus......pendu
...........................................................................à leur....ttement
......................................................................fou.....gueux

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Lun 24 Oct - 7:05

- hey mon pote tu serais faire ma femme en calli ?
- écoute j'ai bien fait une baleine
- t'es en train de dire que ma femme est une baleine ?
- elle n'est pas une sardine non plus
- elle a des courbes généreuses !
- et puis t'aimes bien la pêche au gros
- en gros tu veux une pêche ?
- on ne va pas se fâcher pour la nana qui t'en bat l'aisne !
- va te faire voir !
- allez passe moi une photo d'elle
- nan !
- quoi tu fais la tête de golem !
- nan ce n'est pas ça...
- quoi alors ?
- c'est une photo prise devant une vieille affiche de ciné...
- nan ne me dis pas !
- bah si...
- tu vois je te l'avais dit !
- mais nan mais !
- nan je te taquine...je comprends très bien...
- tu comprends quoi ?
- bah l'affiche sauvez Willy et tout !
- mais nan ce n'est pas une affiche de Willy ! t'es encore sur la baleine !
- bah ouais !
- nan nan tss tss en fait c'est, mais on ne voit plus trop le titre, ' Samantha en prend plein le...ul ' un film x avec son prénom et l'actrice lui ressemble beaucoup ça nous a fait rire...
- c'est peut être vraiment elle
- beuh t'es con !?
- tu ne la connais que depuis une semaine !
- justement
- quoi elle te la joue prude
- je suis pour la découverte de l'autre avant de lui introduire mon avis définitif entre ses
- oui j'ai compris ! mais tu as changé dis donc en une dizaine de jours !
- j'ai appris beaucoup de chose sur moi-m'aime
- jcroyais que tu étais love d'elle et non pas de toi !
- avant d'aimer les autres il faut s'aimer soi-même
- c'est vrai qu't'étais un branleur y'a dix jours !
- qu'est-ce tu mrabaches avec tes dix jours ?
- bah t'as fait fort quand même !
- j'n'avais pas envie : j'n'avais pas en vie !
- devant deux cents invités et après un an de préparatifs ?
- c'était le meilleur moment
- sûr !
- j'avais trop de pression avant
- dur !
- je n'étais pas...
- mûr !
- prêt... et quand elle m'a dit dans l'antichambre est-ce que tu es
- sûr !
- okay...j'ai saisi l'occasion pour lui demander si je pouvais fuir hors
- dur !
- de ce mariage qui navet ni queue ni tête que finir en tête à queue entre
- murs !
- deux patates !
- sûr !
- bon t'as fini
- dur
- lard ?
- mûr !
- sang ?
- sure, donc tu te ne te marierais qu'avec une femme ayant mise le grappin sur toi ?
- nan, on était juste pas fait pour être ensemble
- y'a un mois tu rampais encore devant ses volontés !
-

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Mar 25 Oct - 16:46

c'est en rhooorhuiiirhhooo près d'un bing padaboum
que tu plof plof sploc dans un tuuut tuuut taziiin taziiin
avec tes bombombombom frôlant la grande plaf
bidibing bidibing tu niiiiaonnn alors que moi je haouu

un pimpon pimpon pimpon brillant de tindindin tindindin
maquilait tes ding dong ding dong superbe de miaouuu
le ciel faisait wouaf wouaf mon cœur jetait des grrr
un feu de heiiiin heiin heiiiiiiin de caresses vroum vroum

le soleil tic tac tic tac du bout de ses bzii bzii bzii
chantant à tagada tsoin tsoin ton regard biiiiiiiiiiip
petite sirène dedadadon dedadadon dans mon BANG d'amour

ma raison est ON TILT pendant que tes tss tss tsstss dansent
sur le drap en ffffffff quand nous devînmes sourd
en écoutant enfin notre intense silence...

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Mar 25 Oct - 16:47

de plus ça ne va plus très fort en cette époque de crise, les héros ont dû se reconvertir, par exemple aux dernières nouvelles, le grand Flash Gordon serait représentant chez minolta, l'Homme Elastique servirait pour les sauts à l'élastique dans le grand canyon, La Chose après s'être fait virer de son poste de stripteaseur serait maintenant modèle dans une carrière de pierre à tailler, la Torche Humaine lui il se serait carrément immolé d'eau, wolverine a ouvert un salon de manucure après son coming-out, Magneto ferait dresseur de cheveux dans un manège de la peur, sale temps pour les héros, même capt America il est dead il se croit encore au top devant métal soldier en ligne, Cyclope il croit qu'il s'en est sorti en devenant alarme au laser dans une villa de grand notaire, Tornade fait la météo sur canal+, bref, tu m'étonnes que le monde se barre en couille, les héros sont fatigués...

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Mar 25 Oct - 16:48

- Peter viens ici !
- qu'est ce qu'il y a MJ !
- c'est quoi tout ce sable dans l'entrée ?
- c'est à cause de l'homme sable il cambriolait une banque !
- veut pas le savoir tu balayes !
- ok ok
- déjà qu'j'en ai marre de tes traces de pas au plafond ! c'est irrécupérable jt'ai acheté des pantoufles merde !
- bah en fait y'a un problème avec les pantoufles...
- quoi ?
- ce sont des symbiotes
- hein ?
- elles sont d'origine e.t, des que tu les mets tu deviens pantouflard
- mais ouais c'est toi la faignasse de symbiote !
-

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Mar 25 Oct - 16:50

L'automne rebondit contre tes boucles blondes

vu l'appel érotique emoustillant ta hâte
d'une maille de braise à feu vif décidant
la fournaise du goût pétillant l'aromâte
d'une essence subtile au fumet arrogant

j'escorte tes apprêts mi-dits pendant qu'ils mattent
d'un air sainte nitouche enrobant mes allants
ma chair aux stimulis de ta langue en ball-trap
parée à exploser ma tendresse en piment

du papillonnement de papilles pimpantes
un panorama prend toute passion qu'arpente
des yeux dolce vita dont l'air présomptueux

passe un à un les pans désarmorcés d'oedipe
à la fécondation des émois ambitieux
restituant ton armure au pied de tes nippes

la brume de l'automne ankylose un ciel bleu
ce matin raffermie au source d'un verglas
quand la peau s'émoustille au vent comme des pieux
dissolvant la chair ivre attisée de froid

sur tes lèvres un givre à tâton bienheureux
prend leur coloration pulpée de grenat
en rajoutant sa vive étincelle au milieu
comme une étoile éclair prête à fondre pour toi

l'absorption de ton âme au sort balbutié
du reffroidissement d'un halo de rosées
floconne ta parcelle aux frissons en poudreuse

s'applanissant dans l'aube où ses polarités
posent leur ossature en ton cœur d'amoureuse
fixant dans son engel un cristal de baiser


Dernière édition par poeteric le Mer 2 Nov - 12:52, édité 1 fois

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Mar 25 Oct - 16:51

Regarde toi dans la glace avant de m'insulter

- pti boudin au nez crochu
reprends donc ton balais
et bouge ton gros cul
au lieu d'être à l'arrêt

pti boudin au nez crochu
qu'est ce que t'as à me matter
tu louches sur tes verrues
où t'essaies de me fixer

allez bouge de là tu mgènes
tu gâches mon panorama
même avec un style de Jane
tu ressemblerais à cheeta

nan mais t'as vu tes fringues
c'était à la mode t'as dis le vendeur
avant que tu ne les rendes ringues
en les portant comme une horreur

dégage jte dis grosse conne
ton ex c'était un camionneur
où t'as lpermis trente huit tonnes
pour te déplacer sans heurt

tuut tuut tuut ce n'est pas une alarme
tuut tuut tuut ni une manifestation
tuut tuut tuut c'est pour éviter le drame
tuut tuut tuut quand tu recules DU F

- Pardon Madame vous pourriez faire moins fort d'autres clients voudraient se promener tranquillement s'il vous plaît ?
- c'n'est pas moi c'est cette tête de guignol qui m'empêche de passer !
- mais c'est un miroir Madame...


Dernière édition par poeteric le Mar 25 Oct - 16:53, édité 1 fois

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Mar 25 Oct - 16:52

bonne nuit la lune
chante en ricochant d'éclat
le soleil qui dore

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Mar 25 Oct - 16:54

au rythme des pouls
le battement est mesure
des saison du corps

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Mar 25 Oct - 16:56

sous un ciel de givre
les baisers confettis collent
l'écharpe des lèvres

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Mar 25 Oct - 16:57












.......................il ne le savait.................pas mais son cœur
............................avait dispa.................ru déjà en
.....................................mille..................mor
......................................cea....................ux
......................................sans...................vie
......................................tout.....................vide
......................................l'eff....................ort
......................................vio......................lent
.......................................de.....................son
.......................................pal...................pit
........................................ant................sur
.....................................d...pris............par..e
.......................................e....la rapidité....r
.....................................lat..son adversai..lité
...............................éc.......ayant dégainé.......ta
.......................d'un...........plus vite qu'elle.........fa
....................pas...............étendue sur pla............la
..................tré...................ce....avec un tr...............de
.................au....................ou....faisant office de cœur
...................un coup de foudre l'a emportée
...............................................dans la
.............................................tombe du
..........................................soleil un der
.........................................nier soupir po
.........................................ur son cow-b
...............................oy solitaire partant au loin
.........................................sur son che
............................................val blanc


++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Mar 25 Oct - 16:58

j'ai fait du tort à une barre parallèle
dit le soleil sur son oreiller d'étoiles
je l'ai dissolue dans du crépuscule
alors qu'il était à peine dix huit heure

une femme enfant assise sur la lune
telle une balancelle aux fils de comètes
écoute la berceuse de la voie lactée
rythmant l'ombre du jour contre la nuit

le boléro de ses cheveux boréals
avec une touche de peinture halo
est une source pour le vent astral
ondulant entre ses boucles d'échos

dans ses yeux perlés de galaxie
l'avenir s'est dilué en miettes d'instant
mutant une seconde terrestre
en un slowmotion de deux siècles

voyageuse elle se repose
en tendant ses oreilles
sur les variations cardiaque
du pouls de notre monde

un tatouage de constellation
comme une tâche de naissance
marque en bas de ses reins nus
son appartenance à un autre système

lui il croyait encore rêver
affalé sur son tapis de neige
lorsque d'une sensation étrange
il se réveilla consciemment titillé
par la présence réelle de cette fée

essuyant sa bave au coin des lèvres
elle entonna d'une douceur vocale
un chant de désir magnétique
en pleine attraction de son cœur

au décollage de son envol précieux
il fit abstraction des chaumes blanches
rétrécissant au fur et à mesure
qu'il flottait dans les filets de ses prunelles

sa volonté sous l'hypnose de la sienne
accepta de se coordonner aux cardinaux
de son point de vue prêt à fondre
dès passé le proxima de sa bouche

c'est ainsi que Monsieur Bonhomme
parti dans la brûme d'un matin pâle
pour rejoindre Madame la lune
dans leur voyage de noce autour du globe...

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Mar 25 Oct - 17:01

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


.......................la nuit
........................brille
...................sur son
........................front
................d'où perle
.................des notes
................................sa
.............................sueur.................................... ....................................les nuages
............................musicale.................................. ...........................bar parmi...les
.................................en un e.................................................fond d'un.....fumées
.....................................ffort divin...................................opère du.........bleues,
.......................................que souffle......................instrument..........l'attention
........................d'où.....entre.............................de son..................dont un...]
...............ses................joues..ses............l'embout...... ................jeune public
.prennent.........................lèvres fines.dont.........................accompagne...]
.......dans...............................le blues de.............................le saxophoniste
...........ses.............................son........................ ..............pleurant la...]
....poumons.........................le.....cœur....................... ...passion de son
............plaisir.....................de............la.............. ...........âme l'humeur...]
......................se................à..............mé............. .......resplendissant
.............................laisser.....................lo........... .....ses doigts vire
..........................................................die......... ...voltant l'amour...]
..............................................au corps..............de son cœur au
...................................................................... ...sein des regards...]............r
...................................................................le fixant sur scène.................o......i
...................................................................qu' il dépossède...]..............n............t
............................................................en se laissant aller................s..o............é
.........................................................au timbre de son...]............e.....s......s....s
......................……………......................souffle de vie......................s.........e....l
.........................................................et il s’y accroche..............................u
....................................………....offrant aux autres
...............................................comme un vieux disc........aux sillons envoûtants
.............................................dissipant des maux..............la métamorphose
.........................................d'un regard malheureux......la zik est ainsi, nous
..........................................calme nos torpeurs.........sonnent dans le cœur,
......................................effleurant ces instants........où gravite les échos
......................................…l’amour au quotidien quand la vie nous porte
...............................................…en elle la beauté de ses ondes en
..........................................................sa symphonie vagabonde




++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Sam 29 Oct - 6:31

je danse entre les barbelés de tes bras
ceux déchirant ma chair de mes émois
dans notre prairie où sept milliards de personne
qui sont à la frontière de nos cœurs qui raisonnent
tentent eux-mêmes de trouver dans l'espace
la même étoile entre deux regards face à face

mes poignets retenus menottés de velours
elle me maintient ses bas de soie en foulard
étranglant la vertue évincent nuit&jour
dans une ombre argentée à ses dentelles noires

comme un coup de fouet caresse son échine
j'ai les reins entaillés par ses ongles féroces
son visage envisage aux allures félines
de m'ébattre pendant que ses baisers me rossent

meurtrière torride au charme exécutif
mon corps coopérant sa victimisation
offre sa carotyde aux coups de ce canif :
sa langue maniant sa lame aux émotions...

la voici me perçant mon cœur brûle mon sang
de glace s'effondrant par pic de sentiment

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Dim 30 Oct - 7:17

c'est dimanch dans tes yeux la forêt nous appelle
le ciel majestueux sur les arbres rouquins
étale au voile bleu des saisons qui s'emmèlent
un soleil radieux sur ton regard coquin

quel est donc cet aveu brillant dans tes prunelles
aux reflets délicieux d'un appétissant teint
voulant que je m'émeus sur ta moue si belle
devant ton amoureux parti tôt ce matin

chercher ton petit-dèj quand dehors il grelotte
en traversant la neige alors que tu dorlottes
pour enfin t'apporter caché entre des feuilles

ton menu préféré pour tes grandes quenottes
quelques glands concassés par ton bel écureuil
qui au palier d'écorce égaye sa marmotte !


poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Dim 30 Oct - 12:34

c'est l'histoir d'un shorty accroché à tes fesses
moulant comme jamais le galbe de ton corps
lorsque tes reins tendus libèrent leur hardiesse
émoustillant mes mains de va-et-viens d'accord

je l'ai vu s'envoler pour visiter la pièce
après je ne sais pas j'étais parti ailleurs
moi aussi je planais contre nos deux ivresses
pendant qu'il disparu comme fil' des voleurs

c'est un(e) fois revenu sur la terre gisant
dans un rest' d'agrégat d'intenses sentiments
que tu me murmuras mais où est mon shorty ?

puis je t'ai vu partir sans porter de culotte
m'embrassant que ce soir tu reviendrais promis
le chercher dans ma poche avec un regard hot !

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Mar 1 Nov - 16:51

que tu es magnifique avec tes rides sûres
tes cheveux clairsemés d'un panaché d'argent
où ton cou détendu éprouve ta peau mûre
cachant entre ses plis tous mes baisers d'antan...

qu'est ce que tu es belle et mêm si ton allure
atteint la soixantaine entre tes seins tombant
sur ton nombril perdu près de tes vergetures
le ventre rebondis d'embonpoint imposant

j'ai vu le temps passer te prendre ta jeunesse
tes hanches s'élargir par plus en plus de graisse
près de toi chaque instant fut un cadeau précieux...

qu'importe de vieillir, sans regrets ni remords,
je garde dans mon cœur tes deux grands soleils bleus
qui quand j'irais m'éteindre éclaireront la mort...

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Mar 1 Nov - 20:00

j'ai le blues du blasé de morts en blockbusters, la scoliose des courbettes devant des princes, sans rire, j'ai une crise de nerfs à force qu'ils soient en guerre, la conscience trop présente de charniers qui s'étirent, des ravages plein les yeux que des hommes sans un cœur pour qu'ils s'en reprochent ouvrent sans pincettes en éventrant les peines pleines de vide de mon cœur écervelé : j'ai l'amour pour mon prochain ankylosé.
si l'horreur est installé depuis longtemps, j'aimerais tant être insensible, regarder des tremblements de terre sans trembler qu'avaleraient que des pourris pourrissant des situations pourries par leur prédécesseurs aussi pourris qu'eux, vous n'êtes que des pourris ne se serrant la vis que pour mieux se cramponner à vos sièges éjectables, jetables tout est jetable si le benef est minable, intolérable rendement des besoins non-vitaux quand est déjà surtaxé la vie in vitro, déjà dans ton rétro aux vitraux de tes excès tu n'es que le puzzle de tes reflets, le monde est un puzzle rétro que chacun assemble suivant ses envies, peu importe si rien ne s'imbrique, si tout se délite dans un bricàbrac où tout le monde se braque pour de quelques briques casser la vitrine où trône le dernier écran troisd diffusant déjà le reportage d'un casseur de vitrine chantant Ha si j'étais un marteau.
depuis toujours les coupables découpent les mains propres des innocents pour s'essuyer le front avec, c'est suant de remplir des suaires.
t'as comme une odeur de poudrière dans les narines dès que tu sors prendre l'air, pour sortir prendre l'air il faut avoir du bol, car avec de la chance on peut boire un bon bol de pollution toute fraiche, et s'en mettre plein les narines, un shoot naturel, gratuit, à base de nitrate de plomb d'essence d'ammoniac et même de cocaïne selon une étude de camés, t'as tes bronches nasales comme un été à sec sur les bords d'un feu de forêt dans la garrigue de ton âme :
t'as du pétrole dans les veines, tes ongles sont en tungstène, t'as des poils en titane, t'es un robot qui ne sait pas couler, qui ne sait pas couler mais nager, un robot ménagé par l'écrou dans la tête, tes neuronnes sont des circuits qu'un prix met en boucle assemblé par un contrôle-système, tes cheveux sont des fils d'acier, ta boite crânienne est en ferraille de conserve, ton index droit est une fourchette le gauche un couteau, t'as un phone greffé à la place du cerveau, tes oreilles sont des satellites, ta langue est une radio sur la fréquence de tes cordes vocales, ton foie est une poubelle, tu es l'homo-sapiens quand sa peur pompe y est, tu es le feu dans l'eau qui le noie et l'eau dans le feu qui la brûle, tes genoux sont en coton de kevlar renforcé pour mieux te courber, tes chevilles ont un système pump pour les dégonfler quand on te gonfle, tu es un robot avec un sexe à piles rondes à plat autant que des couilles plates à force de se les faire écraser par d'autres collègues robots, tu es un robot à plat serveur pour des végète à rien, un robot et une viande pour des végétariens, tu es un robot et tu te viandes quand t'entends des végète arhiens essayant d'acquérir des croix dans des combats online sur PS3, tu es un robot et tu n'écris plus sur du papier mais sur ton interface troisg, tu es un robot programmé pour se la jouer poète des barres et des slashs sur un pavé numérique, tu es un robot poète et
tu numérises des pavés sur le net, du style de ceux traitant l'homme comme un tas de viande de robot, ton créateur a dépensé des millions pour que tu puisses dire des conneries.


une image résiduelle de ton innocence
se balance sur la corde de tes souvenirs
s'étranglant pendant que ton obsolescence
tarde à déchirer ton cœur ne faisant que tréfaillir...





T'es rien qu'un Terrien.


Dernière édition par poeteric le Ven 11 Nov - 19:18, édité 1 fois

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Mer 9 Nov - 14:20

En un jour devant ta lucarne animée, tu ridiculises Christophe colomb.
Comme en un clic devant tes ordres boursiers, tu peux faire une liquidation.
Entre un attentat et une catastrophe, une starlette s'est faite voler ses seins.
Des têtes sans taux d'écoute tombent et roulent à terre devant l'audiMaître.
Il existe un programme abouti pour dix autres inventés par des abrutis.

Mais le plus impressionnant, c'est quand elle est en veille.


Dernière édition par poeteric le Mer 9 Nov - 19:19, édité 1 fois

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Mer 9 Nov - 14:36

' tu ES le soleil de mA vie...' quand je lui chante ça, ma femme croit que je veux lui taxer des sous, ' tu m'as pris pour cofidis ', c'est notre génération télé qui veut ça, ma femme et moi on se répond au tac-o-tac, on a déjà virtuellement gagné quinze voyages chez les z'amours, et je ne vous dis pas tout ce que l'on a loupé en home cinéma avec tf1 et leurs questions à deux balles l'appel, la question du genre si t'appelles et que tu reponds à côté, c'est que c'est foutu pour toi, t'es bon qu'à bloquer devant les multirediffs d'helene et les garçons.
On est tellement accro aux pubs, ma femme et moi, que pour haloween on a proposé une soirée à thème dédiée aux dieux de la réclame, elle a osé se déguiser en Alice gore, avec une robe blanche à poids vert horrible, et moi en lapin duracell, c'était fendar, elle faisait semblant de rapticir en se baissant et grandir debout sur une chaise en s'affichant, à demander si elle avait du crédit. Quand sa copine en chantal Goya me prévint que j'étais recherché par la police pour avoir tuer un chasseur ce matin, je lui répondis que je devais aller éteindre le four, mon civet de chasseur imbibé de vin était fin prêt. Après on pourrait passer au vote pour élire le meilleur sosie de la mascotte de cetelem.
C'est au moment où j'avais un coup de pompe, et qu'un de mes potes, en boite de juvamine, me mit une pêche en me disant tiens, c'est bon pour ce que tu as, qu'Andros, neuroleptique, tomba dans les pommes. Andros s'était déguisé en géant vert, au début tout le monde avait cru qu'il était en cetelem, mais quand il sorti un maïs de sa braguette ouverte, on a tous compris. Quand il s'est réveillé, il était dans les bras d'une voisine à nous, ' Jin ', mais son vrai nom c'était Madère, bien conservée pour son âge, habillée d'une robe Bonduelle, couleur carotte avec des petits pois, je crois qu'après la soirée, ils sont partis danser en boite. Avec ma femme, on s'est dit qu'ils allaient bien ensemble, Andros Madère. Enfin je veux dire c'est un beau couple Andros Jin. Bref, c'est au dessert que Ben, tout juste en maillot de bain, décida de faire un speech, seulement on ne comprenait rien, avec sa rose entre les dents, ' essaie d'être un plus ultra-bright dans ce que tu dis ! ', ça c'est sa femme, Nathalie, dite ' Nut's ',elle est en brosse à dent, à poils, elle est énervée car elle est jalouse, depuis que sa meilleur amie, Carrie, déguisée en tube dentifrice, lui dit qu'il n'avait qu'une Rose à la bouche, ce qui gêna la femme de Jerry, elle s'appelait Rose, et elle s'était déguisée avec juste une rose entre ses cheveux et une robe noire à la main, en disant qu'elle était l'épine, Jerry ne comprit rien du tout quand tout le monde se tourna vers lui en le regardant comme une bête curieuse, sauf Ben qui regardait sa femme, Rose. Heureusement, pour ne pas que l'ambiance se fâne, il cru que c'était à cause de sa tenue, il aimait bien faire les choses en grand en en faisant tout un fromage, Jerry, mais là il avait fait fort, au milieu d'une boite ronde en carton d'un diamètre de deux mètres, il s'était accroché autour du cou une banderole marquée ' Le President '. Enfin, c'est une crème mais il s'encroute. C'est pour ça que Rose s'est sentie partir en parfum avec Ben, et Jerry ne la laisse que de glace. Seulement il a fallu que Nathalie comprenne tout, quand elle vit leur petit manège sous la table, grillant son Ben en train de chatouiller les pieds de Rose, avec sa rose à la bouche. Nathalie l'a fixé droit dans les yeux, expliquant que ce soir il fallait qu'il trouve un pote pour éviter de dormir dehors. Comme il était bien bourré, il lui sortit ' Vous n'avez pas le monopole de mon cœur mademoiselle Nut's ! '. Quand ils sont partis en avance, tous les deux chacun de leur côté, on s'est dit, ma femme et moi, que c'était prévu d'avance, que ça partirait en cacahuète, leur couple, à Ben et Nut's.
Les autres invités partirent chacun leur tour, en nous remerciant ma femme et moi, sa copine Chantal Goya, qui s'appelait en fait Perrette, était la dernière à partit, et elle était tombée sous le charme de juvamine, en plus, il s'appelle Brice, mon pote en pot de juvamine, alors quand ils sont partis tous les deux, ma femme et moi on n'a pas pû s'empêcher de s'écrouler de rire derrière la porte, en bafouillant ' tu crois qu'elle va où perette avec son pot de bridelice !!! '
La maison enfin à nous deux, il ne restait plus qu'un seul mon chéri, on a décidé de le jouer dans un quizz sur les pubs, jusqu'à ce que Ben revienne, pour squatter notre canapé, je lui ai donné le mon chéri, ma femme était aller glisser sur elle ses dentelles en chocolat, en me disant qu'elle était la cerise dans le gateau...

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Ven 11 Nov - 8:23

Quand s'éclaira des pans depuis Les temps anciens
L'éclat des souvenirs dans les Plaisirs du soir
Nous réveillant tôt le Premier matin du monde
Où Dieu créa l'eden pour nous rendre un Hommage,

Je t'avais retrouvée au Paradis des femmes,
Où un illuminé qui s'appelait Moïse,
Au dernier amour, du dernier jardin,
Predit mes futurs pleurs dans Les larmes du ciel...

Et ce fut exact...dans la source de mes larmes
Un serpent caducé au bras de mon Aimée
Emporta mon espoir dans l'enfer du mépris,
Où depuis mon cœur hurle à se brûler les ailes...

Quand survint le moment de nous dire Au-revoir
Je vis trembler l'espace en moi...Si tu savais...
Je maudissais ce monstre aux Ecailles de lune,
Mon âme flamboyait d'un feu de Jets perdus...


poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par poeteric le Ven 11 Nov - 11:15

ma femme naviguait dans le delta
du triangle de mon bermuda
quand sur l'île de son corsage
ma langue fit naufrage

les palmiers de ses cheveux
surplombaient les galets de sa beauté
quand sur la plage de son front
des rides l'étreignaient une vague après l'autre

des oiseaux de silice
arpentent le duvet d'une écume
où le volplané de gouttes d'eau
en migration vers la lune alchimiste
transforme tous ses éclats en un monolithe d'argent

en bas du poster de ses reins
la signature de mon rêve
dans son costume à quatre épingles
lui offre le panorama du mur de l'Atlantique

la déboussole des désorientations
indique à son affolement
la proximité d'une zone érogène
dont le touché fait perdre la raison

dans un geyser de fareinheit
le silence admire les ondes sifflantes
aprés l'ultime pulsation d'une fusion polissonne
additionnant les polarités qui s'imbriquent

les chamarrures d'écorce de peau
ont la senteur de sens contreplaqués
il chavire entre des châles sulfureux
un ciel faisant corps avec ses abysses

à la dernière combinaison d'une roulade
devant le jury de sa complaisance acrobatique
notant sévèrement l'ambition d'escalade
je la regarde admirer la vue de son ciel empirique

les yeux remplis de buzz
en pleine posture free jazz
le temps ralenti son œuvre
en se calant à une extase

dans l'orbite des échos rompus
partageant leur satiété de désir
la teneur des soupirs confondus
débat sur le fait qu'un silence peut frémir

après la révolte des réflexes
récitant la plainte frémissante
venant de s'éteindre en douceur
dans l'appaisement d'une caresse

l'etablishment d'une apothéose
rétablit l'ordre après le dévergondage
en suspendant le verdict que dépose
les ferveurs devenues sage

nous en étions arrivé à nous assoupir
et j'étais fatigué par trente trois ans de route
parcourus d'un trait de sommeil
quand un hameçon transperça ma joue

je ne savais pas si j'étais la proie où l'appât
où étais-je cette bulle
remontant à la surface
en disparaissant du crépuscule

je me suis retrouvé en hors d'œuvre
avant l'assiette d'un steak de godzila
sauce aux champignons nucléaires
un homme barbu me regardant avec délice

l'onctuosité de ma chair aigrevice
fait saliver l'oeil de mon bourreau
prêt à décapiter la carapace
du côté introverti de mon mutisme

ma bouche est de ses ustensiles
qu'il repose ensuite après avoir sirupé
une rasade de mon alcool de vie
sa sueur à quatre pattes sur mon nez

c'est à mon éternuement
que cet ogre émotionnel
me mit dans un mouchoir
puis me jeta dans la décharge des hommes

une anguille imite la guirlande
d'un sapin accroché à une grue
d'où une étoile de mer
poste comme si elle était un phare

une veste en épluchures d'orange
un bonnet en plumes de matelas
dans un traineau en grilles de four
un cafard géant fouette des homards
ayant au cou un collier de clochettes

il s'adressa
à l'ombre de moi-même
je les écoutais parler
en observant le manège d'une belette pickpocket

elle circule entre des rats
déposant des leurres à chats
en repérant parmi la foule
un porte-monnaie rempli
dans la gueule d'un pitbull
que discrètement elle poursuit

dans un coin des poupées russes
s'embrouillent dans un combat de coq
pariant de qui l'oeuf où la poule
est sorti le premier de son cloaque

avec des ressorts aux pieds
sautant pardessus une rivière d'huile
des sauterelles tentent d'éviter
de dangereux sacs crocodile

une sardine se remet du rougeàlèvre
en aguichant devant sa boite de conserve
un vieux pélican faisant le beau
sous l'oeil suspicieux de son maquereau

avec son bouquet de pailles
débordant d'un pot de yaourt
une mouette en costard de capsules
court après toutes les oiselles

une aigle royale me fixe
me prend entre ses serres
je vole audessus du styx
entre des courants incendiaires

en haut d'une tour de babel
son maître cornu nous receptionne
en prenant mes bras pour des ailes
il me jette tel un avion en papier

j'ai eu le temps d'apercevoir pendant ma chute
au loin les montagnes d'immondices
où l'ombre des déchets qui croulent se répercute
en filtrant la lumière du jour qui s'y éclipse

dans le ventre des gratte-ciel
des fourmis font du parapente
bloquées devant leur écran virtuel
un joystick maniant leur épouvante

un fond sonore de good vibe
reste en apnée dans le vibrato des horloges
évaluant le total des bénéfices
à chaque fin d'année de la journée

apeurés par un quotidien
pouvant transformer des couleurs extravagantes
en une terne panoplie
les anciens caméléons content leurs souvenirs d'arcenciel
dans la grisaille des rues

un refrain de cygales
rappelle les kms de bouchons
sur cent mètre d'avenue
qu'une jungle a remplacé

des lianes sortent d'un épais brouillard
à mihauteur de grands bâtiments
quand la moitié des vitres à terre
furent cassées par des racines de séquoïas

une araignée aux airs bimbo
déboule d'une bouche de métro
à la conquète de cette mygalopole
espérant en être la reine des idoles

les poumons du centre de la terre
toussent sous la jupe de la brûme
quand avant de m'écraser dans cet enfer
sous l'oeil amusé d'un chien qui fume
je devins un ballon d'helium
avec des dessins sur mon sébum
un anaconda autour du cou
attaché sur un feu rouge à l'autre bout

devant une jolie musaraigne
il la siffle en me lâchant
filant droit en serpentant
avant qu'elle ne lui cogne une beigne
lui faisant une boule au ventre
quand il la goba au cœur de son antre

un courant d'air se proposa comme guide
je pû profiter de la visite entre les rues vides
de toute trace humaine à part ces sectes
d'animaux sauvages où ces bandes d'insectes

même les ascenceurs élastiques
eux qui rebondissaient toute la journée
avec leurs amateurs de sensations fortes
imitant les professionnels du suicide
sont des tombes flottantes dans lesquelles des fantômes
essaient veinement d'appuyer sur le bouton d'appel d'urgence

c'est lorsque un hérisson
me prit entre ses bras
que ma peau explosa
en milliers de frissons

pendant qu'il me saupoudre
au-dessus d'une grande parade
comme des confettis à dissoudre
sur une faune en pleine pétarade

tous levaient leurs membres, leurs bras
en voulant me saisir pour s'habiller de joie
avant qu'ils ne me ramassent en tas
et qu'il m'érige en une grande piñata

en explosant une deuxième fois
je me suis réveillé entre les draps
d'une maison pour les gagas
une infirmière rien que pour moi

elle avait des ailes de libellule
mais c'était une manthe religieuse
une piquouze sur mes cellules
elle m'aspirait ma bile en intraveineuse

heureusement un scorpion
dans le désert de ma fièvre
la trancha d'un coup de pince
avant de m'emporter sur son dos

en me déposant dans une gare
il m'invita à faire attention
aux horaires des chenilles
sur le quai des papillons

c'est une fois dans le train
au milieu des nuages
que je compris son allusion
derrière mon hublot

des haut-parleurs en panique saturent en mesures
un panneau en crise signalant serrez vos ceintures
pendant que doucement je reprends une forme humaine
avec un mal de crâne comme si de cris elle en était pleine

une statue de vaudou
de ma voisine de bord
me fixe comme si j'étais fou
en me voyant rerentrer dans mon corps

pendant que j'immacule de sang
les restes d'un mouchoir blanc
le cockpit de la cabine de mon lit
rentre dans la fenêtre où mon reflet s'était endormi

la sirène d'alarme de ma torpeur
évacue mon réveil dans un cri
la nuit qui transpire de lueurs
m'accueille sur sa civière obscurcie

la réalité tourbillonne
dans les pâles d'un vertige
resituant les lieux
dans le cadre des habitudes

une porte entrebâillée
au fond du couloir
abonde de luminosité
alors je suis allé voir

un soleil entre ses bras
des étoiles tout autour
une femme galactique
berce le gazouillis de son existence

sur le rocking-chair de sa poitrine
tétouillant un sein entre ses mimines
un ange a comme auréole
le visage de sa maman qui le cajole...







Il y a plus de dix millions d'années, j'écumais des théories de big-bang en dilatation entre des galaxies scissipares, quand un soleil noir m'entraina dans son tourbillon nucléaire. Une constellation plus tard, et 100 000 kms de souvenirs fuyant de mon cœur de glace, dans les couloirs de l'infini, je pris une aurore boréale pour en faire un flambeau, et m'aiguiller ainsi dans le moire en expansion sur ma chute elliptique. Des cendres de cratères en flammes s'eparpillaient comme des étoiles filantes, quand à l'ombre d'une d'elle en or, de son obscurité surgit une planète engloutie par le feu : j'appercevais sur l'enclume de ses vagues le martellement d'un Dieu, façonnant des âmes perdues à son image.
Un siècle plus tard, la curiosité me poussa vers les sillons bleus de son orbite astrale, je revis les âmes perdues tuer leur Dieu, en se partageant la terre du milieu en plusieurs continents. Je me promis de revenir tous les cent ans.
Ainsi, à chaque époque de mon passage, je les observe s'étendre en traversant des fleuves de sang.
Lors de mon dernier passage, en 1986, j'ai vu l'Homme essayer de quitter ce qu'il avait fait de la Terre, pour exploser en plein ciel dans un boucan d'enfer.
Alors, j'espère qu'à mon prochain passage, en 2061, j'aurais la chance de les observer encore...

Halley.[img][/img]

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DesEssais

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 :: recueils :: poeteric

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum