Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
» compil de textes
Ven 15 Jan - 16:40 par poeteric

» Eros
Mar 26 Aoû - 13:09 par pendantce

» Premier Moment de l'Instant
Mar 26 Aoû - 13:07 par pendantce

» Amour Besoin
Mar 26 Aoû - 13:06 par pendantce

» Laissons Tout Reposer
Mar 26 Aoû - 13:05 par pendantce

» Etouffement
Mar 26 Aoû - 13:03 par pendantce

» Les goëlands
Mar 26 Aoû - 13:02 par pendantce

» Le Drapeau et le Paravent
Mar 26 Aoû - 13:01 par pendantce

» La Terre et le Propos
Mar 26 Aoû - 13:00 par pendantce

Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

      


pour une de perdue un nouvel amour né...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

pour une de perdue un nouvel amour né...

Message par poeteric le Lun 14 Déc - 10:45

Quand ses yeux chaloupent, sous ses lunettes, qu’elle
place en inertie ses branches purpurines,
traversant sa coupe, cheveux en fête, frêle
cette frénésie de rompre sa routine.

‘Marre de ce tricot, toujours le même !’ hèle
sa colère, je crois, si ce n’est le dégoût
d’être mal de sa peau contre elle-même. ‘Belle ?
Comment faire ? si moi suis moche comme un pou !’

Puis sa transformation commença le jour où
elle changea son look. portant sur ses lentilles
des cheveux en boucles, sous des mèches qui brillent.

D’ailleurs, un inconnu, sous son charme, lui porte
des fleurs, dans cette rue aux joues parme, où s‘emportent
les trames d’une union. il l’aime comme un fou.

Stupeur à l’agression, d’abord, faut dire aussi
il était déguisé avec un blazer d’une
époque où des légions, des portes de Russie,
marchaient au froid armé, cherchant gloire et fortune

Vous l’auriez aperçu, parmi la foule en jeans
et costards, vous auriez cherché où est la blague !
Puis pris dans l’imprévu, leurs sourcils firent pin’s
de regards extasiés quand il tendit sa bague :

‘ Mon amour, cela fait maintenant un an que
nos décors s'unissent sur le parvis heureux
de nos jours en essais. Quels moments merveilleux !

Aujourd’hui, devant toi, je m’agenouille, je
m’incline et ne tremble que d’un cœur mille feux
d’une harmonie, foi d’un avenir fougueux '

Et la rue acclame, les gens les applaudissent
il attend la flamme du dévouement, hisse,
de sa paume ouverte, le cercle de diamants
aux passions en sertes de l’amour talisman.

Nous vîmes sa gène, tête cachée sur
son épaule, pâle livide et de grimaces…
Aux moues de peine, des spectateurs plus durs
partirent. Lui seul mal ridicule et fugace.

Elle avait pris le coin, ce non l’avait groggy
Quand le carrosse vint, lui n'était pas partis.
Mort est son panache, sa vie s‘effiloche.

' Mais comme il est vilain ! Nous deux c’est jour et nuit !
Maintenant je marche joues mattes cils blushs
C’est chacun son destin, moi celui de Barbie !

Je n’aurais de vertu aux fils de ma beauté
Que de gagner mon sort par un trait de rimmel
Y’a pas de consensus tais toi fais la poupée
Tu verras les remords disparaissent véniels !'

Elle fut parcourue au cours de deux années
Par une pléthore de relations charnelles
Mais même toute nue aucun âne bâté
Ne voulait pour tout l’or l’habiller d’éternel

Seule sur son balcon elle a atteint le top
Juchée sur sa mue en haut d’un gratte-ciel
Pas eu besoin qu’un con son ambition la stoppe
Quand pourtant s’insinue un silence mortel

La vue bruineuse du soixante sixième
Emporte rêveuse les larmes qu’elle sème

Marchant sur les braises du bas-fond de ses failles
La nuit elle ne dort quand de partout résonnent
Ses propres malaises d’un manque qui l’entaille

Elle mire au travers de la mort au velux
ordonné sur le temps des faisceaux qui inclinent
Son âme qui erre de routes qui se luxent
de ses ressentiments sous la voûte azurine

À peur d’être crépie en ne trouvant aucun
repos, elle tombe pour ne plus voir ses yeux,
son âme succombe dans ce miroir odieux

Force est de se meurtrir quand le corps ne sait pas
Être à la mesure des dictats imposés
Les modes expirent les rides se déploient

Hier à l’infini promesses des demains
Il écoutait vaillant les rythmes qui se soudent
Lierre amour de la vie ô princesse en chemin
Dressant en partant le décor qui le boude

‘ Oublier sa chaîne prétendre pour la mienne
Vie d’étincelle j’ai encore du feu
Oublier l’ancienne pré-tendre à la prochaine
Ce n’était pas elle mais il fallut de peu ‘

D’avoir été paître vinrent mille questions
‘ L’amour est il maudit ne suis-je qu’un minus ‘
Quand il comprit qu’être ne dépend pas d’un non
Mais du temps imparti avant son terminus

Le temps de remettre ses justes émotions
En plein charivari sur ses montagnes russes
Il peignait en maître le réel la fiction
Tel amour et vie le coeur à l'angélus

Puis un jour de grand zip le bonheur l’oriflamme
Aux valses des regards Dansent essences libres
Le passé en vieux clip son futur pour sa femme

Duo qui s’agrippe se trouvant même charme
Sans aucune manip qu’une valse de brames
Faut il que j’ajoute leur peau leurs sens tout vibre

L’amour est un état, l’amour est en chacun
Il se cache parfois quand on croit être rien
Les malheurs en bernent ses véritables gènes.

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: pour une de perdue un nouvel amour né...

Message par poeteric le Lun 4 Jan - 12:03

Quelle prémonition...heureusement ça finit bien...lol...

poeteric

Nombre de messages : 933
Age : 43
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum